Netanyahu veut un gouvernement d’urgence pour les juifs uniquement

Afif Abu Much 16 mars 2020

Bien que le coronavirus ne fasse pas de distinction entre juifs et Arabes, le premier ministre Benjamin Netanyahu l’a fait en appelant les dirigeants bleus et blancs à se joindre à lui dans un « gouvernement d’urgence ».

Citant l’épidémie actuelle de coronavirus, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré le 12 mars: «Un gouvernement d’urgence a été établi il y a 53 ans en Israël. J’appelle à la mise en place d’un gouvernement similaire maintenant. Dès ce soir ». Il a ensuite appelé le président du Bleu et Blanc Benny Gantz à se joindre à lui dans cette entreprise. Gantz a tweeté en réponse: « Compte tenu de la situation, nous sommes prêts à discuter de la création d’un large gouvernement national d’urgence, qui comprendrait des représentants de tous les partis à la Chambre. » En d’autres termes, le gouvernement qu’il envisageait devrait inclure la Liste commune arabe. Netanyahu a par la suite clarifié sa position, affirmant: « Les partisans du terrorisme ne peuvent pas faire partie du gouvernement, que ce soit dans des circonstances de routine ou en cas d’urgence ».

En bref, Netanyahu adopte la même approche qu’il a adoptée après les élections de septembre. Il continue de peindre la Liste commune, qui a remporté 15 sièges à la Knesset aux élections de ce mois-ci, comme inéligible pour participer à l’arène politique. Netanyahu se fait un devoir d’appeler les membres de la Knesset arabe « partisans du terrorisme », pour essayer de les empêcher de gagner en légitimité et de faire partie intégrante de la politique israélienne, qui est mieux caractérisée comme juive.

En fait, l’ensemble du bloc de droite / ultra-orthodoxe que dirige Netanyahu agit comme si tous les membres de la Knesset des partis arabes ne faisaient pas du tout partie de la politique israélienne. En d’autres termes, la Knesset compte 105 membres, et non 120. Netanyahu se rend compte qu’une fois que les partis arabes deviendront des partenaires réguliers dans la formation de coalitions et de gouvernements, la droite pourrait perdre sa chance de diriger le gouvernement. En même temps, l’impression qui émerge à travers le spectre politique suggère que le centre-gauche n’a aucune chance de former un gouvernement sans l’aide des Arabes.

Ainsi, bien que Netanyahu puisse utiliser ses fréquentes conférences de presse ces jours-ci pour dire que le coronavirus ne fait pas de distinction entre les juifs et les Arabes, il distingue définitivement entre les membres et les citoyens juifs de la Knesset et leurs homologues arabes et cherche à former un gouvernement d’urgence pour juifs uniquement. Gantz a répondu le 14 mars sur Facebook que Netanyahu avait proposé de rejoindre un gouvernement d’urgence qui « ne ferait pas de distinction entre droite et gauche, religieux et laïc, juifs et arabes.… J’ai suggéré que nos équipes de négociation se rencontrent pour discuter de la nécessité et de la possibilité de former un large gouvernement pour a prochaine période… Je n’ai pas encore reçu de réponse sérieuse à mon offre. »

Netanyahu exploite-t-il l’épidémie de coronavirus à des fins politiques? A-t-il trouvé un moyen de continuer à exercer les fonctions de premier ministre sans avoir remporté 61 sièges lors de trois élections consécutives? Selon Moshe Ya’alon, le numéro trois de Blue and White, la réponse est absolument oui. Le 14 mars, Ya’alon a fustigé un tweet condamnant Netanyahu, accusant « l’utilisation cynique de la crise des coronavirus pour les besoins politiques personnels d’un criminel sur le point de subir son procès ».

Au-delà des manœuvres politiques, plusieurs autres questions doivent être abordées: le public arabe est-il préparé à la propagation du coronavirus? Les autorités l’aident-elles à se préparer? Le 8 mars, Sami Abou Shahadeh, membre de la Knesset de la Liste commune, a exigé que le ministère de la Santé rende l’information disponible en arabe. Le ministère a répondu positivement et a même lancé une chaîne Telegram sur le sujet. Yousef Jabareen, également de la Liste commune, a ensuite averti le ministre de l’Education Rafi Peretz le 11 mars: « Les écoles de la communauté arabe ne sont pas préparées à la situation d’urgence résultant de la crise des coronavirus. »

Dans une conversation avec Al-Monitor, Shuaa Massarweh Mansour, maire de la ville arabe de Taibeh, a expliqué: « L’absence du gouvernement a un impact direct sur le fonctionnement des autorités locales. En ce qui concerne le coronavirus, il y a un manque de clarté à ce sujet. Nous avons pris plusieurs mesures en tant que gouvernement local sans attendre les décisions du siège [gouvernement national]. Les écoles de Taibeh sont préparées logistiquement pour l’enseignement à distance dans l’espoir que les systèmes mis en place par le ministère de l’Éducation ne s’effondrent pas. »

Adapté de: https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2020/03/israel-arabs-benjamin-netanyahu-benny-gantz-coronavirus.html#ixzz6H5dxbvyN

Voir aussi: Pendant la panique liée au coronavirus, Israel ne perd pas de temps…

http://www.europalestine.com/spip.php?article913

Coronavirus: Deux premiers cas à Gaza, qui craint une épidémie désastreuse

http://www.rfi.fr/fr/science/20200322-coronavirus-deux-premiers-cas-gaza-craint-épidémie-désastreuse

Les soldats israéliens : « ils sont notre honte à tous », par Gideon Levy

http://www.europalestine.com/spip.php?article909

Distribué par PAJU (Palestiniens et juifs unis)

PAJUMONTREAL.ORG/FR