Le succès électoral des Palestiniens en Israël ne peut être nié

Daoud Kuttab

12 mars 2020

Les citoyens et citoyennes palestiniens en Israël ont fait une avancée majeure lors des élections du 2 mars, la Liste commune arabe (Joint List) remportant 15 sièges, un précédent à la Knesset, composée de 120 membres. L’alliance se compose de Hadash (Front démocratique pour la paix et l’égalité), dirigé par Ayman Odeh, du Mouvement arabe pour le changement, dirigé par Ahmad Tibi, du Mouvement islamique, dirigé par Abbas Mansour et le nationaliste Balad, dirigé par Mtanes Shehadeh. Les 64,7% des électeurs palestiniens qui se sont rendus aux urnes ont voté presque exclusivement pour la Liste commune, contrecarrant ainsi les espoirs de l’actuel premier ministre israélien intérimaire, Benjamin Netanyahu, de former un gouvernement de coalition majoritaire de 61 membres.

Fadi Elsalameen, associé principal adjoint au projet de sécurité américain basé à Washington, DC, a déclaré au Al-Monitor que les résultats des élections représentaient un énorme succès pour les citoyens palestiniens en Israël. « Ce succès empêche non seulement Netanyahu de former un gouvernement, mais met également fin au programme de droite visant à exclure les Arabes palestiniens de la politique israélienne », a déclaré Elsalameen. Elsalameen, un Palestinien lui-même, a ajouté que même avant le jour du scrutin, « Le succès est devenu évident en regard de la tentative de dernière minute de Netanyahu de soustraire certains de ces votes à son profit, ou du moins de les inciter à rester chez eux, comme en témoigne sa tentative de dernière minute d’organiser des pèlerinages à La Mecque et son auditoire affirme que l’idée de ce déplacement était une mauvaise idée ».

Le plan de paix du président américain Donald Trump, qui, selon beaucoup, est largement inspiré des idées de Netanyahu, comprend le déplacement des frontières pour déplacer 250 000 citoyens palestiniens d’Israël vers l’État palestinien théorique et impuissant. Cette disposition, cachée à la page 13 du plan de paix pour la prospérité de 181 pages, aurait augmenté la participation arabe aux élections.

Smadar Perry, une journaliste chevronné de Yedioth Ahronoth, a souligné deux facteurs contribuant à l’obtention de 15 sièges pour la Liste commune. Elle a fait remarquer au Al-Monitor: « [Premièrement,] il n’y avait aucun candidat arabe dans aucun autre parti, ce qui était une énorme erreur pour autant que je puisse voir, et deuxièmement… est le taux de participation élevé que les dirigeants et partisans de la liste ont réussi à obtenir.»

Johnny Mansour, historien basé à Haïfa et professeur de sciences politiques à l’Academic College de Beit Berl, en Israël, a déclaré pour sa part que les dirigeants de la Liste commune avaient bien fait, mais que leurs opposants tentaient de nier l’importance du résultat du vote. « Les résultats ont suscité de multiples voix négatives des autres partis près de [le leader bleu et blanc Benny] Gantz, y compris certains membres de son propre parti qui ne veulent pas voir les Arabes associés à un gouvernement, accusant même certains élus, en particulier le parti Tajamu [Balad], d’être des terroristes.»

Mansour a salué la maturité des dirigeants de la Liste commune, qui feront d’importantes demandes au nom de leurs électeurs. « Leur participation aux négociations [vers le soutien à un nouveau gouvernement de coalition], avec un représentant des quatre composantes de la liste, est une réalisation majeure par rapport au passé, alors qu’ils étaient rejetés en raison du refus généralisé du nationalisme palestinien », il a dit.

Selon Mansour, les dirigeants doivent combiner les demandes directes et les demandes idéologiques dans de telles négociations politiques. « Par exemple, ils peuvent demander la fin des démolitions de maisons, exiger la reconnaissance des communautés bédouines dans le Néguev et, en même temps, insister pour une annulation d’un certain nombre de lois racistes récemment adoptées qui discriminent les Arabes et exiger que le nouveau gouvernement ne donne pas suite au plan Trump. Les grands partis répondent souvent à des problèmes spécifiques mais sont réticents à céder à certaines des demandes idéologiques et politiques», a expliqué Mansour.

Le taux de participation élevé des Palestiniens qui a conduit au gain de 15 sièges marque également un autre précédent. Eman Khatib, la candidate du Mouvement islamique qui occupait la 15e position sur la liste commune, ouvrira de nouveaux horizons lorsqu’elle entrera à la Knesset. Khatib, une mère de quatre enfants qui détient une maîtrise de l’Université de Tel Aviv en études féminines, deviendra la première femme portant le hijab à entrer à la Knesset.

Après la confirmation des résultats des élections, Khatib a publié une vidéo sur Facebook remerciant ses électeurs. « Votre confiance m’est précieuse, et nous essaierons de porter cette responsabilité partout où nous irons, et nous serons des représentants honnêtes de vos aspirations et de vos droits ».

Les élections israéliennes de mars, les troisièmes en moins d’un an, ont modifié le paysage politique du pays. Le nombre record de sièges à la Knesset représentant des citoyens palestiniens semble suffire à créer une majorité de blocage qui pourrait pousser le premier ministre israélien de droite, accusé de corruption, à quitter ses fonctions. Un tel succès ne passera pas inaperçu.

Daoud Kuttab est un journaliste palestinien, militant des médias et chroniqueur pour Palestine Pulse. Il est un ancien professeur Ferris de journalisme à l’Université de Princeton et est actuellement directeur général de Community Media Network, une organisation à but non lucratif dédiée à l’avancement des médias indépendants dans la région arabe. Twitter: @daoudkuttab 

Adapté de: https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2020/03/israel-elections-palestinians-15-seats-block-netanyahu.html#ixzz6GajieoSC

Voir aussi: Israel’s Arab party’s new target: 20 Knesset seats https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2020/03/israel-orly-levy-abekasis-benny-gantz-arab-joint-list.html#ixzz6Gallwobu

Distribué par PAJU (Palestiniens et juifs unis)

PAJUMONTREAL.ORG/FR