Israël empoisonne systématiquement un million d’enfants palestiniens

Nous sommes maintenant en 2020, l’année où les experts des Nations Unies (ONU) ont prédit que Gaza deviendrait invivable. Mais la triste réalité n’est pas seulement que ces mêmes experts ont déclaré que Gaza que c’était déjà e cas en 2017, mais que maintenant la population de 2 millions d’habitants résidant à Gaza est sous la menace réelle d’un génocide.

Sara Roy, du Center for Middle Eastern Studies de l’Université de Harvard, qui est considérée comme la principale spécialiste de l’économie de Gaza, indique que « des êtres humains innocents, pour la plupart jeunes, sont lentement empoisonnés à Gaza par l’eau qu’ils boivent et probablement par le sol dans lequel ils plantent. » Analysons donc cette déclaration, sur la base des données dont nous disposons.

La population de la bande de Gaza compte plus de 2 millions d’habitants, dont plus de 50% d’enfants (18 ans et moins). Quatre-vingt-dix-sept pour cent de l’eau de Gaza est imbuvable, seuls les 10% supérieurs de la population de Gaza ayant accès à de l’eau potable, selon l’ONU. Si nous prenons ces statistiques et les regardons d’un œil critique, cela signifierait que, selon des estimations prudentes, seulement 40% des enfants de Gaza consomment de l’eau propre à la consommation humaine. Cela signifie que les parents de la bande de Gaza sont contraints de permettre à leurs enfants de boire de l’eau contaminée pour leur survie.

Israël, qui impose son blocus illégal de Gaza depuis 2006, bien que les propagandistes sionistes prétendent qu’il a commencé en juin 2007, ce qui est incorrect, est, en vertu du droit international, tenu de fournir à la population deGaza la capacité de se maintenir. Gaza n’est pas un État; ce n’est pas un territoire souverain en soi. Selon l’ONU, Gaza fait partie de ce qu’on appelle les territoires palestiniens occupés, l’accent étant mis ici sur le mot « occupé ».

Selon la 4e Convention de Genève, Israël est tenu, en vertu du droit international, de fournir à Gaza et à la Cisjordanie la capacité de maintenir un environnement où il fait bon vivre. Israël soutiendra cependant que Gaza n’est pas spécifiquement occupée; qu’il s’en est retiré en 2005. Cependant, il contrôle toujours le registre de la population, les entrées et sorties, toutes les importations et exportations, la sphère électromagnétique, les lignes d’armistice (ce qu’Israël appelle la frontière), les eaux territoriales, l’espace aérien ainsi que le monopole sur l’électricité à Gaza. Israël contrôle Gaza de bout en bout; ce qui signifie que si Israël ne déclare pas d’occupation, c’est une annexion de facto du territoire.

Plus de 108 000 mètres cubes d’eaux usées non traitées s’écoulent dans la mer Méditerranée depuis Gaza. Cela est dû au manque d’électricité pour l’usine de dessalement de Gaza et au manque de matériaux de construction nécessaires à son développement, tous deux dus à la politique d’Israël envers l’enclave côtière assiégée. La situation est si mauvaise que non seulement l’eau de mer de Gaza est fortement contaminée, entraînant des morts aussi récemment que l’année dernière, mais aussi que l’usine de dessalement basée à Askalan (Ashkelon) en Israël arrête périodiquement ses opérations en raison de la pollution, montrant qu’Israël est prêt à mettre la purification de 20% de sa propre eau en danger afin de punir la bande de Gaza.

Le problème de la contamination de l’eau est également une maladie. Gidon Grumberg, fondateur et directeur d’Ecopeace israélien, a déclaré au Jerusalem Post en 2016 que Gaza est une bombe à retardement contre l’éclosion du choléra et des épidémies de typhoïde. Depuis lors, plusieurs experts ont demandé à plusieurs reprises que le manque d’eau potable à Gaza soit éradiqué. Si aucun changement n’est apporté en 2020, Gaza pourrait devenir un foyer de maladie comme le Yémen, toujours en raison d’un blocus imposé illégalement.

Au-delà du problème de l’eau, il y a également de nombreux autres problèmes qui affligent Gaza, qui sont tous à nouveau dus au siège imposé illégalement par Israël depuis près de 15 ans maintenant. Plus de 80% de la population de Gaza dépend de l’aide alimentaire internationale pour survivre, Israël appliquant une politique de « mise au régime de la population de Gaza », ce qui implique qu’Israël compte l’apport calorique minimum pour la population de Gaza pour rester en vie. Israël contrôle bien sûr l’aide alimentaire entrant dans la bande de Gaza et en tire même un profit. Les restrictions qu’Israël applique à la nourriture entrant dans Gaza sont également utilisées comme un outil politique afin de punir les Palestiniens pour leurs actes de résistance contre Israël.

Les estimations prudentes, selon les Nations Unies, indiquent également que le taux de chômage des jeunes à Gaza est proche de 70% avec un taux de chômage global enregistré autour de 50%. Israël a également empêché à maintes reprises à des patients palestiniens atteints de cancer d’entrer en Israël afin de recevoir des traitements vitaux. Non seulement cela, mais en raison du manque d’électricité à Gaza, les moniteurs cardiaques et les appareils à rayons X deviennent peu fiables. Au cours du premier semestre de 2019, le ministère de la Santé de Gaza, qui dispose d’un budget ordinaire de 40 millions de dollars par an, ne disposait que de 10 millions de dollars de fournitures et en juillet (2019) a déclaré un avertissement d’une pénurie sans précédent de médicaments et fournitures médicales. Selon l’Organisation mondiale de la santé, 39% des demandes de Gaza visant à ce que des patients cancéreux quittent la bande assiégée n’ont pas abouti en 2018.

La population de Gaza est régulièrement assujettie aux eaux usées, inondant les rues après les pluies et causant des maladies, en particulier parmi les populations les plus pauvres. Même les familles plus aisées financièrement qui résident dans des zones telles que la ville de Gaza (nord-est de Gaza), sont touchées. Ainsi, les résidents de la région d’al-Rimal, qui sont considérés par beaucoup comme vivant dans une zone de prestige, doivent fuir vers des endroits comme Istanbul, ou devenir des réfugiés à l’étranger et perdre les actifs de leur famille en raison d’une absence de revenu.

Gaza survit actuellement avec quelques heures d’électricité par jour, dû au fait qu’Israël a plafonné la quantité d’électricité qu’il autorise à Gaza, et qu’Israël a bombardé et détruit le réseau électrique et les centrales électriques de Gaza à diverses occasions. La seule centrale électrique, partiellement détruite par les bombardements, à Gaza est également dans un état semi-opérationnel en raison de la coupure du carburant diesel de la bande au début de 2018, après que l’Autorité palestinienne ait cessé de payer pour le carburant.

En février 2018, la bande de Gaza était en « état d’urgence ». Endurant, depuis le début du siège, huit massacres offensifs militaires à grande échelle par Israël, avec des centaines de petits bombardements entre les deux.

Un jeune de 17 ans à Gaza aurait connu l’occupation interne israélienne, un siège de plus en plus serré de 15 ans, 8 massacres à grande échelle, des centaines d’autres attaques, trois guerres, le bourdonnement constant des drones, la mort d’amis et de la famille, des déplacements temporaires ou permanents et la liste s’allonge encore et encore.

Pour couronner le tout, lorsque les habitants de Gaza se sont soulevés par centaines de milliers de personnes sans violence, à partir du 30 mars (2018), ils ont été ignorés à l’international et rien n’a été fait pour empêcher Israël d’assassiner plus de 330 manifestants non armés auxquels s’ajoutent quelques 40 000 blessés. Jusqu’à présent, les manifestations se poursuivent chaque semaine et aucun soldat israélien n’a été tué ni blessé grièvement.

Selon le droit international, le peuple de Gaza a tout à fait le droit d’utiliser la force armée pour lutter pour son autodétermination et mettre fin au siège. Israël n’a aucun de légitime défense, tout comme un violeur n’aurait aucun droit de légitime défense contre sa victime de viol, et la prochaine fois que nous entendrons parler du « droit » d’Israël à recourir à la force, sachons que quiconque répète cela est en contradiction avec la quatrième Convention de Genève.

Aviv Kochavi a déclaré récemment dans un discours concernant une future guerre contre Gaza, qu’Israël visera les composants électriques, agricoles et autres composantes structurelles qui, selon Israël, contribuent à maintenir à flot le Hamas, le parti au pouvoir de Gaza. Cela signifie que si Israël procède à un nouveau massacre (guerre) contre Gaza ou le Hamas comme ils l’exprimeront, alors cela signifiera que toutes les statistiques énumérées ci-dessus grimperont à des quantités sans précédents et que Gaza deviendra encore plus inhabitable.

Mais alors qu’est-ce qui empêchera Israël de procéder au génocide complet des Gazouïs et comment les générations futures nous considéreront-elles pour avoir permis cet holocauste contre le peuple de Palestine? Un million d’enfants palestiniens sont systématiquement empoisonnés par Israël et il ne provoque qu’un silence assourdissant.

Adapté de: https://www.sott.net/article/426758-Israel-is-systematically-poisoning-one-million-Palestinian-children

Distribué par PAJU (Palestiniens et juifs unis)

PAJUMONTREAL.ORG/FR

Fermer le menu