L’objet réel du décret présidentiel de Trump sur l’antisémitisme

par Masha Gessen

Donald Trump a le don de prendre certaines des idées les plus problématiques de l’humanité et de se les mettre en tête pour les empirer. Il l’a encore fait. Mercredi, il a signé un décret qui autorisera le retrait des fonds fédéraux des collèges où les étudiants ne sont pas protégés contre l’antisémitisme, en utilisant une version absurde de ce qui constitue l’antisémitisme. Un précédent récent et l’historique des efforts législatifs qui ont précédé le décret présidentiel

suggèrent que ses principales cibles sont les groupes sur les campus critiques de la politique israélienne. Ce que l’ordre lui-même n’a pas rendu explicite, le gendre du président l’a fait: mercredi, Jared Kushner a publié un Op-Ed dans le Times dans lequel il soulignait que la définition de l’antisémitisme utilisée dans le décret présidentiel « rend clair ce que notre administration a déclaré publiquement au procès-verbal: l’antisionisme est l’antisémitisme. »

Kushner et le décret font référence à la définition de l’antisémitisme formulée, en 2016, par l’International Holocaust Remembrance Alliance. Il a depuis été adopté par le Département d’État. La définition fournit des exemples d’antisémitisme et Kushner a cité les plus problématiques comme les plus importants: « le ciblage de l’État d’Israël, conçu comme une collectivité juive »; dénier au « peuple juif son droit à l’autodétermination, par exemple en affirmant que l’existence de l’État d’Israël est une entreprise raciste » et en comparant « la politique israélienne contemporaine à celle des nazis ». Les trois exemples procèdent du même tour de passe-passe: ils recadrent l’opposition ou la critique de la politique israélienne comme une opposition à l’État d’Israël. Et cela, dit Kushner, est de l’antisémitisme.

Certes, certaines personnes qui critiquent la politique israélienne sont opposées à l’existence de l’État d’Israël lui-même. Et certaines de ces personnes sont également des antisémites. Je connais intimement cette marque d’antisémitisme, car j’ai grandi en Union soviétique, où la rhétorique antisioniste a servi d’épine dorsale à la propagande sur l’antisémitisme d’État. Le mot « sioniste », lorsqu’il a été déployé par la Pravda, a servi d’incitation à la violence et à la discrimination contre les juifs soviétiques. Tout cela peut être vrai en même temps qu’il est également vrai qu’Israël a effectivement créé un État d’apartheid, dans lequel certains Palestiniens ont des droits politiques et d’autres n’en ont aucun. Des organisations de défense des droits de l’homme tels que Breaking the Silence et B’Tselem, des groupes israéliens, fondés et dirigés par des Juifs,  continuent de documenter les mauvais traitements infligés aux Palestiniens en Israël, en Cisjordanie occupée et à Gaza.

En août, j’ai fait une tournée conçue par Breaking the Silence qui vise à montrer aux Israéliens et aux étrangers à quoi ressemble l’occupation. Cette tournée s’est terminée dans un village palestinien qui a été repris par une colonie israélienne illégale au regard du droit international. L’une des maisons palestiniennes s’est retrouvée sur le territoire revendiqué par les colons, de sorte que les colons ont construit une cage à mailles autour de la maison, de la cour et de l’allée. Un jeune enfant palestinien, qui grandit dans une maison à l’intérieur d’une cage, nous a fait signe à travers la clôture. Comparer ce type d’approche aux politiques nazies n’est peut-être pas l’argument le plus utile, mais ce n’est certainement pas bizarre. La mémoire de l’Holocauste est un avertissement à l’humanité des dangers de déshumaniser l’autre et l’invocation de cet avertissement en Palestine est justifiée.

Il n’est pas nécessaire d’être antisémite pour être antisioniste, mais on peut certainement être à la fois antisémite et antisioniste. Trump, cependant, a inversé cette formule en se positionnant comme un antisémite pro-sioniste. Il a souvent proclamé son soutien à l’État d’Israël. Les politiques de son administration, qui ont notamment consisté à déplacer l’ambassade des États-Unis à Jérusalem et, plus récemment, à déclarer que les États-Unis ne considèrent pas les colonies israéliennes en Cisjordanie comme illégales, ont plu à l’État d’Israël, en particulier à ses citoyens les plus expansionnistes. Au cours du week-end, cependant, lors du sommet national du Conseil américain israélien, en Floride, Trump a prononcé un discours qui regorgeait de stéréotypes juifs: juifs et cupidité, juifs et argent, juifs comme marchands de roues impitoyables. « Beaucoup d’entre vous travaillent dans l’immobilier parce que je vous connais très bien », a-t-il déclaré. « Vous êtes des tueurs brutaux, pas des gens gentils du tout. » C’était le genre de choses qui ne nécessitent aucune définition, éditoriaux ou explications, c’était un antisémitisme clair et facilement reconnaissable. Et ce n’était pas la première fois que Trump colporte de stéréotypes antisémites. La vision du monde derrière ces stéréotypes, combinée à un soutien à Israël, est également reconnaissable. Pour Trump, les Juifs, y compris les Juifs américains, dont certains votent pour lui, sont des êtres étrangers qu’il associe à l’État d’Israël. Il trouve ces êtres étrangers à la fois désagréables et dignes d’une sorte d’admiration, peut-être parce qu’il leur attribue de nombreuses caractéristiques qu’il se reconnaît également lui-même.

Il n’est pas surprenant que les incidents antisémites aux États-Unis aient augmenté de soixante pour cent au cours de la première année de la présidence de Trump, selon la Ligue anti-diffamation. L’année en cours est en voie d’établir un record du nombre d’attaques antisémites. La dernière apparition aurait eu lieu mardi, alors que des tireurs auraient été liés à un groupe marginal ciblant un supermarché casher à Jersey City, tuant quatre personnes.

Le décret présidentiel ne protégera personne contre l’antisémitisme, et il n’est pas destiné à le faire. Son seul objectif est de rayer la défense de mêmemême le débat entourant les droits des Palestiniens. La victime en sera la liberté d’expression.

Adapté de : https://www.newyorker.com/news/our-columnists/the-real-purpose-of-trumps-executive-order-on-anti-semitism?fbclid=IwAR0XCGB2xzm3zqoIYgDHOaby5-62BXt82e5Yt0UX-LDXmnIcJYgOd9UnCp8&verso=true

Distribué par PAJU (Palestiniens et juifs unis)

PAJUMONTREAL.ORG/FR

Fermer le menu