Liberté d’expression, mais pas pour la Palestine

par Mona Dennaoui et Hammam Farah

Le 20 novembre, le groupe de défense des droits israélien Herut Canada a organisé un événement à l’Université York avec d’anciens soldats des Forces de défense israéliennes (FDI). Les FDI ont organisé des campagnes de recrutement à Toronto et il est illégal pour une armée étrangère de recruter au Canada.

En tant que comité de solidarité palestinien sur le campus, Étudiants contre l’apartheid israélien (SAIA) York, nous avons décidé de protester contre la décision de notre administration universitaire de fournir un espace pour l’événement.

Malgré les contacts avec l’administration, préoccupés par le harcèlement et l’intimidation de groupes pro-israéliens et de leurs alliés au sein de la Ligue de la défense juive (JDL), considérée comme une organisation terroriste aux États-Unis, l’événement a été approuvé. Nos préoccupations se sont avérées fondées lorsque des membres du JDL s’en sont pris physiquement aux manifestants peu après le début de l’événement.

Parmi les personnes touchées figurent des étudiants et des membres de la communauté de York et leurs familles, ce qui visait à rendre les manifestants passifs en les intimidant.

Mais ce n’est pas ainsi que les médias locaux et nationaux ont rapporté l’événement. Malgré l’absence d’éléments de preuve, des personnalités de l’élite politique aussi importantes que Justin Trudeau, Michael Levitt, Andrew Scheer et Doug Ford étaient unanimes pour affirmer que des militants pro-palestiniens se livraient à des chants et à des violences racistes. Mais la preuve disponible sur vidéo largement partagée sur les médias sociaux révèle exactement le contraire.

Twitter: Justin Trudeau

✔@JustinTrudeau

On Wednesday night, violence & racist chants broke out against an event organized by the Jewish community at York University. What happened that night was shocking and absolutely unacceptable. Anti-Semitism has no place in Canada. We will always denounce it & all forms of hatred.

1:16 PM – Nov 22, 2019

Une partie de la controverse fabriquée semble tourner autour de notre utilisation du terme arabe « Intifada », qui signifie « soulèvement ». C’est ridicule, et la Ligue de défense juive et ses alliés sont des « flocons de neige » pour en avoir été offensés. Ce terme doit être compris dans le contexte de la résistance palestinienne en cours à la poursuite de l’occupation illégale par Israël des terres palestiniennes, des violations du droit international et des crimes de guerre répertoriés. En fait, la majorité des activités de résistance contre l’occupation ont été des incidents de désobéissance civile et de protestation non violente face à la puissance de l’armée israélienne. Pas plus tard que la semaine dernière, 34 Palestiniens, dont huit enfants, ont été tués par les bombardements aveugles et les punitions collectives d’Israël.

À REGARDER: https://twitter.com/hashtag/WATCH?src=hash&ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1198192840758775808&ref_url=https%3A%2F%2Ftorontosun.com%2Fopinion%2Fcolumnists%2Fopinion-free-speech-but-not-for-palestine

Soyons clairs: nous pensons que le but de cet événement était de harceler et d’intimider les étudiants de York, et en particulier les étudiants palestiniens. Les cas documentés d’agression physique par des membres de groupes pro-israéliens en sont la preuve.

Mais si les membres de groupes pro-israéliens de l’Université York ont la liberté d’organiser une conférence donnée par des membres d’une armée étrangère qui violent les droits des étudiants palestiniens de York et de leurs familles, il faut également reconnaître que les Palestiniens de York et les partisans de leurs droits ont la liberté d’exprimer pacifiquement leur opposition à cela.

C’est notre droit en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés. Et nous nous battrons pour le protéger si l’administration de l’université ou le gouvernement cherchaient à nous en priver.

– Mona Dennaoui est une ancienne étudiante en échange à l’Université York et membre de Students Against Israel Apartheid. Hammam Farah est un ancien étudiant de l’Université York et cofondatateur de SAIA York.

Lire aussi: Anatomy of a Zionist Smear Campaign: Jerusalem Post Admits to Fabrications http://www.palestinechronicle.com/anatomy-of-a-zionist-smear-campaign-jerusalem-post-admits-to-fabrications/

Adapté de : https://torontosun.com/opinion/columnists/opinion-free-speech-but-not-for-palestine

Distribué par PAJU (Palestiniens et juifs unis)