Une Palestinienne en grève de la faim contre l’emprisonnement et les violences d’Israël

La prisonnière palestinienne Heba Al-Labadi est en grève de la faim après avoir été condamnée à une peine dministrative de cinq mois de prison sans inculpation ni procès le 20 août 2019. Elle a été interrogée par le Shin Bet pendant plus d’un mois…

Par Amira Hass, republiée de Haaretz

Une jeune Jordanienne détenue en Israël depuis le 20 août a entamé le 22ème jour d’une grève de la faim pour protester contre l’ordonnance de détention administrative qui avait été prise à son encontre. Cette ordonnance libère les autorités de la nécessité d’émettre un acte d’accusation et de lui fournir des preuves.

L’ambassade de Jordanie à Tel Aviv suit de près la situation de Heba al-Labadi, et dimanche, le consul de Jordanie lui a rendu visite au centre de détention de Kishon à Haïfa. Haaretz a appris que la Jordanie avait officiellement présenté au ministère israélien des Affaires étrangères une protestation sur son arrestation.

Le consul de Jordanie a déclaré à l’avocat de Labadi, Raslan Mahajneh, que son état s’était légèrement amélioré. Labadi se douchait pour la première fois en deux semaines et recevait des vêtements pour se changer. Auparavant, elle avait refusé de prendre une douche car les cabines étaient équipées de caméras de sécurité et que le rideau de douche était transparent. Le rideau a été changé pour un rideau plus sombre, a déclaré son avocat. Mahajneh a également déclaré à Haaretz que, même si Labadi se sentait faible, avait perdu du poids et souffrait d’une accélération de son rythme cardiaque, elle était déterminée à poursuivre sa grève de la faim.

L’ordonnance de détention administrative a été rendue après un interrogatoire 35 jours de Labadi par les services de sécurité israéliens du Shin Bet. Elle est soupçonnée d’être en contact avec le Hezbollah, qui l’aurait envoyée en Cisjordanie pour y recruter des agents de l’organisation terroriste chiite. Labadi rejette les accusations et son avocat affirme qu’en dépit du dur interrogatoire de sa cliente, aucune accusation n’a été portée contre elle.

Un juge militaire doit encore décider si l’ordre peut être exécuté. Il y a deux semaines, un contrôle judiciaire de l’ordonnance a eu lieu. Il s’agit d’une procédure judiciaire interdisant à la défense de connaître les soupçons et les preuves à charge. Mahajneh a déclaré que le juge ne s’était pas contenté d’examiner les documents confidentiels mis à sa disposition et a programmé une nouvelle audience pour jeudi. Il a demandé la présence de représentants du Shin Bet et au conseiller juridique de l’agence de lui fournir des éclaircissements.

D’après une déclaration qu’elle a donnée à la Commission des affaires de prisonniers palestiniens, Labadi a été interrogée de la même façon que quatre femmes de Hébron il y a un an avant d’être reconnues coupables d’être membres du Hamas et d’avoir mené des activités sociales et religieuses avec le groupe.

Le Comité public contre la torture en Israël, qui a déposé des plaintes auprès du ministère de la Justice israélien au nom de trois femmes, a déterminé que ce type d’interrogatoire constitue une torture illégale.

Labadi a déclaré à la commission que, environ 20 heures après son arrestation à Allenby Crossing le 20 août, après avoir été transférée entre plusieurs centres de détention, elle avait été emmenée à l’aile d’interrogatoire du centre de détention de Petah Tikva. Après s’être reposée pendant 30 minutes, elle a été emmenée vers 9h30 à un interrogatoire qui a duré jusqu’à l’aube le lendemain. L’interrogatoire a repris à 9h00 et a duré jusqu’à minuit. Les interrogatoires ont eu lieu de cette manière pendant deux semaines, a précisé Labadi.

Interrogatoire et menaces

Comme les femmes d’Hébron, elle a été attachée à une chaise dans une position qui lui créait des douleurs au dos, au cou et aux bras. Comme les plaignantes d’Hébron en ont témoigné, Labadi a également déclaré qu’elle avait été menacée par les interrogateurs.

Elle a déclaré qu’ils lui avaient dit qu’ils arrêteraient sa mère et sa sœur et qu’ils la mettraient en détention administrative en vertu d’une ordonnance pouvant être prolongée de sept ans et demi. Elle a également déclaré avoir été menacée de ne pas être autorisée à quitter la Cisjordanie (Labadi est une résidente de la Cisjordanie car sa mère est originaire de la ville de Ya’bad, à l’ouest de Jénine). Labadi a témoigné que ses interrogateurs l’ont insultée et lui ont crié dessus.

La cellule dans laquelle elle a été retenue pendant plusieurs heures entre les interrogatoires était étroite, malodorante, humide, sans fenêtre et pleine d’insectes. Les vêtements qu’elle portait pour la nuit dégageaient une mauvaise odeur. Selon elle, les lumières de sa cellule étaient allumées à toute heure et on ne lui donnait pas d’eau.

Labadi a déclaré qu’elle était amenée dans sa cellule deux fois par jour pour manger, pendant 30 minutes à chaque fois. Comme les présumées membres du Hamas d’Hébron, elle a dit que la nourriture était immangeable (et que le fait qu’elle soit végétarienne n’était pas prise en compte). Elle a raconté qu’elle avait refusé de manger pendant une semaine et qu’elle avait été prise de vertige et avait été emmenée dans une clinique. Après la visite à la clinique, elle n’a mangé que du pain et du yaourt.

Après la visite du consul de Jordanie le 3 septembre, Labadi a été emmené du quartier des interrogatoires à Petah Tikva et a été déplacé pendant plusieurs jours entre différents centres de détention – Kishon, Meggido et Damon. Bien qu’on lui ait dit que l’interrogatoire était terminé, elle a été ramenée au centre de détention de Petah Tikva, où elle a été détenue pendant neuf jours. Elle n’a été interrogée que pendant trois de ces neuf jours. Le 18 septembre, Labadi a été transférée à la prison pour femmes de Damon. Elle a de nouveau été transférée le 26 septembre à Kishon, où elle est actuellement détenue, pour la punir d’avoir entamé une grève de la faim, a-t-elle dit.

Amira Hass est la correspondante de Haaretz dans les territoires occupés. Née à Jérusalem en 1956, Hass a rejoint Haaretz en 1989 et occupe son poste actuel depuis 1993. En tant que correspondante, elle a passé trois ans à Gaza, ce qui a servi de base à son livre largement salué  « Drinking the Sea at Gaza ». Elle vit à Ramallah, en Cisjordanie, depuis 1997. Hass est également l’auteur de deux autres livres, qui sont tous deux des compilations de ses articles.

Adapté de : https://israelpalestinenews.org/palestinian-woman-on-hunger-strike-against-israeli-imprisonment-abuse/?utm_source=mailpoet&utm_medium=email&utm_campaign=Daily+Updates

Distribué par PAJU (Palestiniens et juifs unis)

PAJUMONTREAL.ORG/FR

 

 

 

Fermer le menu