Un Canadien encenseur des crimes de guerre israéliens mis en nomination pour le prix Nobel de la paix

Yves Engler

Hypocrisie, mensonge, aberration pour les victimes de « nos » politiques et autres formes de préjudices sont profondément ancrés dans la culture politique canadienne.

Le dernier exemple en date est la proposition de l’ancien premier ministre Paul Martin, de soumettre le nom d’Irwin Cotler à titre de prix Nobel de la paix, ce qui a été applaudi par des personnalités telles Bernie Farber, Michael Levitt et Anthony Housefather.

Ce soi-disant promoteur de la paix et ancien ministre libéral de la Justice a consacré une grande partie de sa vie à la défense de la violence israélienne. Il a récemment encouragé la guerre contre l’Iran et le changement de régime au Venezuela.

Dans un article intitulé « La fille d’Irwin Cotler candidate avec Ya’alon, Gantz », le Jerusalem Post a récemment indiqué que Michal Cotler-Wunsh faisait partie de la liste électorale organisée conjointement par Israel Resilience et Telem. Il révélait qu’Irwin Cotler était un conseiller non officiel de Moshe Ya’alon depuis des années. Ancien chef d’état-major de l’armée israélienne et ministre de la Défense de 2013 à 2016, Ya’alon s’est récemment vanté de son rôle dans la création de la colonie de Leshem en Cisjordanie et a déclaré qu’Israël « avait droit à toutes les parties de la Terre d’Israël ». En 2002, Ya’alon a déclaré à Haaretz: « La menace palestinienne renferme des attributs semblables à ceux du cancer. Il y a toutes sortes de solutions au cancer. Certains disent qu’il est nécessaire d’amputer des organes, mais pour le moment, j’applique une chimiothérapie ».

Le parti Telem de Ya’alon a fait une alliance électorale formelle avec Israel Resilience, qui est dirigée par Benny Gantz, un ancien chef de l’armée israélienne. Pour lancer la campagne de son parti, Gantz a publié une vidéo dans laquelle il se vante de son rôle dans le meurtre de 2 200 Palestiniens à Gaza à l’été 2014. Il note en fait que « certains secteurs de Gaza ont été renvoyées à l’âge de pierre ». Gantz est poursuivi pour crimes de guerre aux Pays-Bas pour son rôle dans la mort de civils à Gaza.

Cotler a décrit les colonies israéliennes illégales de Cisjordanie comme étant des « territoires contestés » et l’avocat canadien a justifié la guerre menée par Israël contre le Liban en 2006, qui a fait 1 200 morts. Il a sauvagement attaqué Richard Goldstone après que le juge sud-africain eut mené une enquête des Nations unies sur les crimes de guerre commis par Israël lors de l’opération Cast Lead, qui avait fait 1 400 morts à Gaza en 2008-09. Il a aussi appelé à la destitution de Richard Falk de son poste de rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l’homme dans les territoires palestiniens et à celle de William Schabas de la Commission d’enquête internationale du Conseil des droits de l’homme des Nations unies enquêtant sur les meurtres perpétrés à Gaza en 2014. En plus de s’attaquer à ces trois avocats (juifs) chargés d’enquêter sur les violations des droits humains, Cotler défend la notion de « nouvel antisémitisme » afin d’attaquer les détracteurs de la politique israélienne.

Témoignant de l’ancrage inconditionnel de son soutien aux crimes israéliens, Cotler a à plusieurs reprises critiqué les expressions (légères) de soutien de son propre parti et du gouvernement aux droits des Palestiniens. En mai, Cotler a tweeté regretter [une] déclaration du gouvernement canadien critiquant les tireurs d’élite israéliens pour avoir tiré sur des milliers de manifestants pacifiques, dont le médecin canadien Tarek Loubani, à Gaza. En 2000, Cotler s’était plaint lorsque le gouvernement avait voté en faveur d’une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies appelant Israël à respecter le droit de manifester des Palestiniens. « Ce type de résolution, qui pointe Israël pour traitement discriminatoire et différencié semble exonérer les Palestiniens pour leur violence », a déclaré Cotler et « aurait tendance à encourager ceux qui s’opposent violemment au processus de paix ainsi que ceux qui cherchent encore à détruire Israël ».

En 2002, une demi-douzaine d’activistes à Montréal ont occupé le bureau de Cotler qui se dit l’avocat des droits de l’homme afin de protester contre son hostilité à l’encontre des Palestiniens L’épouse de Cotler, Ariela Zeevi, était une « confidente proche » du fondateur du Likoud, Menachem Begin, lors de la création du parti anti-palestinien pour contrer l’emprise du parti travailliste sur la politique israélienne.

« Version canadienne d’Alan Dershowitz», il  a également attaqué l’Iran sans relâche. Il a appuyé la décision du gouvernement Stephen Harper de rompre les relations diplomatiques avec Téhéran en 2012 et encouragé le retrait de la liste des terroristes le MEK, responsable de la mort de milliers d’Iraniens. En tant que membre du conseil consultatif de « United Against Nuclear Iran », Cotler s’est opposé à l’accord nucléaire P5 + 1Iran. Récemment, il a appelé le Canada à invoquer la loi Magnitski afin d’ « imposer des sanctions sous forme d’interdictions de voyager et de gel des avoirs»  aux autorités iraniennes.

En plus de promouvoir la propagande américano-israélienne sur l’Iran, Cotler a critiqué le gouvernement de Hugo Chavez au moins depuis 2009, lorsque le Venezuela a rompu ses relations diplomatiques avec Israël en réponse aux meurtres perpétrés à Gaza. Au cours des dernières semaines, Cotler a critiqué le gouvernement vénézuélien dans un certain nombre d’articles, dont celui du National Post intitulé « Les syndicats canadiens ont aidé à financer une délégation qui a donné un aperçu élogieux des élections au Venezuela considérées comme illégitimes », a déclaré Cotler. Des élections équitables pourraient éventuellement avoir lieu si vous ne criminalisez pas seulement les membres de l’opposition… mais lorsque vous ne bénéficiez d’aucune indemnité pour les expressions de liberté de parole, de réunion, d’association et autres, c’est tout simplement un non-séquestre. Cependant, comme Dave Parnas l’a écrit en réponse, « depuis deux semaines, nous voyons des images de rues remplies de gens qui se sont rassemblés, associés et qui ont parlé librement contre le président Nicolás Maduro ».

Cotler a revendiqué que le Canada demande à la Cour pénale internationale d’enquêter sur le gouvernement du Venezuela. M. Cotler était l’un des trois « experts internationaux » responsables d’un rapport de l’Organisation des États américains (OEA) sur les violations des droits au Venezuela, qui recommandait de soumettre le Venezuela à la CPI. Lors d’une conférence de presse tenue en mai à la publication du rapport, M. Cotler a déclaré que « le gouvernement du Venezuela est lui-même responsable de la pire crise humanitaire de la région ». Comme l’écrivait cet auteur à l’époque: « Pire que l’extermination du Taíno et des Arawak par le Espanol? Ou l’esclavage de cinq millions d’Africains au Brésil? Ou les 200 000 Mayas tués au Guatemala? Ou des milliers de « subversifs » assassinés par l’État au Chili, en Argentine, en Uruguay, au Brésil? »

Depuis quatre ans, Cotler collabore avec le parti populaire « ultra-de droite » Voluntad de Juan Guaidó pour renverser le gouvernement de Nicolas Maduro. En mai 2017, Cotler a aidé Lilian Tintori, épouse du chef du parti populaire Voluntad, Leopoldo López, à rencontrer le premier ministre du Canada et les chefs de l’opposition. Le Guardian a récemment rendu compte du rôle joué par Tintori dans la mobilisation du soutien international à la faveur d’une tentative de coup d’état modéré qui a cours au Venezuela. Tintori a agi en tant qu’émissaire de Lopez qui n’a pas pu se rendre à Ottawa car il avait été reconnu coupable d’incitation à la violence lors des manifestations meurtrières des « guarimbas » en 2014. Une série de médias ont rapporté que Lopez était l’organisateur vénézuélien clé du plan Guaidó président par intérim.

Cotler a rejoint l’équipe juridique de Lopez au début de 2015. À cette époque, les médias vénézuéliens et internationaux ont répété la description largement diffusée de Cotler en tant qu’ancien avocat de Nelson Mandela (un titre de Reuters mentionnait: « L’ancien avocat de Mandela a rejoint la défense du militant du Venezuela emprisonné »). En réponse, l’ambassadeur d’Afrique du Sud au Venezuela, Pandit Thaninga Shope-Linney, a déclaré: «  Irwin Cotler n’était pas l’avocat de Nelson Mandela ». De son côté, Nelson Mandela mentionne un certain nombre d’avocats (il en était un) dans sa biographie, mais le nom de Cotler semble absent.

Les références de Cotler dans le domaine des droits humains sont une façade. Il est un anti-palestinien vicieux qui critique de manière agressive des « États ennemis » tels le Venezuela, la Chine, la Russie et l’Iran, tout en ignorant les violations des droits humains commises par le Canada et les États-Unis.

Pour ceux qui sont choqués à l’idée que Cotler reçoive le prix Nobel de la paix, le militant irano-canadien Mehdi Samadian a créé une pétition intitulée « Irwin Cotler ne mérite pas de nomination pour le prix Nobel de la paix». ((https://www.change.org/p/nobel-institute-irwin-cotler-does-not-deserve-nomination-for-noble-peace-prize?signed=true)

Voir aussi : Anglo-American Deep State Operatives in Canada Caught Steering Venezuelan Coup

(https://www.sott.net/article/406179-Anglo-American-Deep-State-Operatives-in-Canada-Caught-Steering-Venezuelan-Coup)

Adapté de: https://yvesengler.com/2019/03/09/canadian-apologist-for-israeli-war-crimes-nominated-for-peace-prize/

Distribué par PAJU (Palestiniens et juifs unis)

WWW.PAJUMONTREAL.ORG/FR/

Fermer le menu