Liban : Torture dans une prison soutenue par Israël révélée

Le Shin Bet a publié des documents sur l’installation notoire de Khiam avant la procédure judiciaire qui devrait avoir lieu début avril

Par Edna Mohamed

23 mars 2022

Des documents récemment déclassifiés publiés par l’agence de sécurité israélienne Shin Bet montrent l’étendue de la torture endurée par les prisonniers pendant leur séjour dans le tristement célèbre centre de détention de Khiam, dans le sud du Liban.

Le Shin Bet a autorisé la publication des documents avant la première procédure judiciaire, qui devrait avoir lieu début avril.

Un certain nombre de militants des droits de la personne avaient soumis une requête à la Haute Cour de justice par l’intermédiaire de l’avocat israélien des droits de la personne, Eitay Mack pour ordonner au Shin Bet de déclassifier les documents. Les documents, disent les militants, enregistrent « la torture et les châtiments cruels et inhumains » dans la prison.

Cependant, une partie substantielle des documents est restée censurée, ce qui signifie que de grandes sections ne pouvaient pas être lues.

L’un des rapports censurés de 1987, intitulé « l’Établissement de Khiam – une évaluation de la situation », montrait que le Shin Bet affirmait que la prison « jouait un rôle important dans l’activité de prévention ».

Il a également affirmé que Khiam avait été dirigé par des interrogateurs de l’Armée du Sud-Liban (ALS), un groupe dissident de soldats soutenu par Israël formé pendant la guerre civile libanaise, qui a duré de 1975 à 1990. Ces « personnels de la SLA [étaient] formés par les Forces de défense israéliennes (FDI) et le Shin Bet », indique le rapport.

Khiam a été converti d’un camp militaire en une prison en 1985 dans le sud du Liban, à quelques kilomètres de la frontière israélienne. Elle est restée comme prison et lieu de torture jusqu’au retrait d’Israël du Liban en mai 2000 et à l’effondrement ultérieur de l’ALS.

Les frappes aériennes israéliennes ont détruit ce qui restait du camp de Khiam pendant la guerre entre le Hezbollah et Israël en juillet 2006, prétendument pour cacher les preuves de torture et de mauvais traitements qui y étaient pratiqués.

Mack, l’avocat des droits humains qui a travaillé pour obtenir la déclassification des documents de la prison de Khiam, a déclaré à Middle East Eye : « L’armée israélienne et le GSS [Shin Bet], en collaboration avec l’ALS, ont géré à Khiam un centre de détention et de torture comme ceux des dictatures militaires en Amérique latine ».

Il a ajouté : « Les documents révélés par le GSS ne sont qu’un petit aperçu de l’enfer qui se vivait là-bas. Nous continuerons à nous battre jusqu’à ce que tous les documents soient rendus publics et que les responsables de ces atrocités soient traduits en justice ».

De nombreuses preuves

Selon les documents, entre 250 et 300 individus étaient détenus dans la prison à un moment donné. Ils appartenaient à diverses organisations et partis politiques, dont Amal, le Hezbollah, le Parti communiste, le Fatah et le Front populaire de libération de la Palestine.

Israël a toujours affirmé qu’il n’avait rien à voir avec la tristement célèbre prison et que l’établissement était administré et sous l’autorité de l’ALS. Cependant, il a également reconnu avoir tenu des réunions avec les interrogateurs de la prison pour coopérer et aider le personnel de la SLA à se former.

Human Rights Watch et d’autres groupes de défense des droits affirment qu’il existe de nombreuses preuves indiquant une implication directe d’Israël dans cette prison, notamment des visites fréquentes et une implication dans des interrogatoires.

D’anciens prisonniers disent avoir été frappés avec des tiges électroniques, suspendus par les poignets et placés dans de petites cellules qui ressemblaient à des « chenils pour chiens » en guise de punition.

Dans le document récemment déclassifié de 1987, sous une rubrique intitulée « Divers », il est écrit : « Aucun aveu n’est recueilli des personnes interrogées dans cet établissement, elles ne sont pas poursuivies, il n’y a pas d’ordre de détention à leur encontre et la durée de leur détention dépend de la gravité de leurs actes, sans aucune détermination de la durée de leur séjour en prison ».

Si les prisonniers étaient détenus sans inculpation et pour une durée indéterminée, cela mettrait l’établissement en violation du droit international.

Un autre document, écrit à la main et sans aucune information sur l’auteur ou sa fonction, décrit un détenu qui a été interrogé et torturé parce qu’il était soupçonné d’être « lié au Hezbollah » et qui « a reçu de l’électricité dans les doigts ».

Le Shin Bet est bien connu pour les méthodes brutales qu’il utilise contre les détenus, en particulier contre les prisonniers palestiniens.

Le Comité des Nations unies contre la torture a condamné les méthodes que le Shin Bet utilise lors des interrogatoires.

En 2019, Amnistie Internationale a condamné le Shin Bet pour la « torture autorisée par la loi » de Samir Arbeed, un Palestinien admis à l’hôpital avec des côtes cassées et une insuffisance rénale après son arrestation et son interrogatoire par les forces israéliennes.

Adapté de: https://www.middleeasteye.net/news/lebanon-israel-backed-prison-khiam-torture-declassified-documents-extent

DISTRIBUÉ PAR PAJU (PALESTINIENS ET JUIFS UNIS)

PAJUMONTREAL.ORG/FR