Note de PAJU :    Le nouveau rapport d’Amnistie internationale sur l’apartheid israélien a forcé les soi-disant sionistes « libéraux » à sortir de leur cachette. Il n’y a plus de place pour se cacher.

Nous n’utilisons pas le mot apartheid – disent les sionistes libéraux

Les sionistes libéraux n’acceptent pas les rapports des principales organisations de défense des droits de l’homme, dont dernièrement celle s’Amnistie Internationale, affirmant qu’Israël pratique l’apartheid. J Street et Ameinu and Partners for Progressive Israel rejettent le terme, tandis que Americans for Peace Now dit qu’il n’a pas de commentaire pour le moment.

Par Philip Weiss          6 février 2022

Le rapport d’Amnistie internationale condamnant « l’apartheid » israélien comme un système cruel et durable de domination sur les Palestiniens devient un grand moment dans le discours sur le conflit. Le lobby israélien se détraque sur le rapport, et les politiciens des deux partis américains se lèvent dûment et détruisent le rapport.

Le lobby israélien doit construire un pare-feu pour empêcher l’apartheid d’entrer dans le discours de l’establishment. Nous avons tous vu « l’apartheid » passer de la communauté de solidarité palestinienne à la communauté progressiste des droits de la personne en 15 ans.

Ce pourquoi Jimmy Carter et Desmond Tutu (et moi) avons été mis au pilori pour avoir dit il y a des années est maintenant partout. Betty McCollum et Aida Touma-Sliman l’ont dit il y a quatre ans. Human Rights Watch et le groupe israélien de défense des droits de la personne B’Tselem l’ont dit dans de longs rapports l’année dernière.

Il y a même un consensus des juifss progressiste sur le fait que c’est de l’apartheid. Un sondage récent mené à la suite de la dernière attaque israélienne contre Gaza indique que le quart des juifs pensent qu’Israël pratique l’apartheid, et ce chiffre atteint 38 % chez les moins de 40 ans.

Trois groupes juifs disent que c’est de l’apartheid : Jews Say No, Jewish Voice for Peace et IfNotNow. Amnistie « réitère ce que les Palestiniens ont mis en évidence depuis plus de deux décennies », déclarent «  Jews say no ». Le nouveau livre de Sylvain Cypel, «The State of Israel Vs The Jews » disent que c’est de l’apartheid ; et c’est un danger pour les juifs partout parce qu’Israël leur demande de taire cette injustice flagrante pour préserver leur immunité diplomatique.

Mais qu’en est-il des sionistes libéraux ? Ils ont critiqué l’occupation israélienne pendant des années, souvent avec véhémence. Qu’ont-ils à dire sur le rapport sur l’apartheid ?

Les sionistes libéraux n’acceptent pas les rapports des principales organisations de défense des droits de l’homme.

J Street écrit:

J Street n’approuve pas les conclusions ou les recommandations du rapport, et nous n’utilisons pas non plus le mot « apartheid » pour décrire la situation sur le terrain.

Ameinu (sionistes travaillistes et membres de la puissante Conférence des présidents des principales organisations juives américaines) rejette l’allégation d’apartheid :

Le président d’Ameinu, Kenneth Bob, a déclaré : « Je rejette les conclusions du rapport d’Amnistie, mais je pense que les partisans d’Israël en Amérique et dans le monde doivent examiner de près et sans broncher la politique d’Israël dans les territoires occupés qui provoque ce tollé au niveau de la communauté internationale. »

Partners for Progressive Israel (le parti Meretz aux États-Unis) dédaigne le mot :

Comme nous l’avons déclaré l’année dernière, notre organisation n’est pas un arbitre du droit international et évite d’utiliser une telle terminologie, qui est à la fois juridiquement raréfiée et politiquement incendiaire. De plus, l’utilisation du terme ultra chargé d’ «apartheid» a également le potentiel de saper le travail anti-occupation en offrant à la droite une voie pour rediriger la conversation publique loin des véritables violations des droits de la personne vers un territoire plus commode. C’est précisément ce qui s’est passé dans ce cas…

Alors que nous nous abstenons donc d’utiliser le mot « apartheid », nous apprécions le travail d’Amnistie internationale dans la mesure où il attire l’attention américaine et internationale sur la réalité des injustices en cours.

Le New Israel Fund parle de « discrimination systémique enracinée » et soutient l’action

« Contre la violence et la terreur juive pour les agriculteurs palestiniens ! » Mais il n’a pas mentionné le rapport d’Amnistie internationale dans son fil Twitter.

Americans for Peace Now dit qu’il n’a pas de commentaire pour le moment, et qu’il ne condamnera pas le rapport sans l’avoir lu. « Est-ce que délégitimer ceux qui osent dire « apartheid » change les circonstances horribles qui ont conduit les soldats israéliens à laisser mourir un vieil homme palestino-américain, menotté et bâillonné, par une froide nuit de Cisjordanie ? »

J Street parle aussi beaucoup du meurtre d’Omar Assad, 78 ans, et demande une enquête sur les forces israéliennes qui l’ont tué.

Les sionistes libéraux s’expriment de plus en plus ouvertement contre les atrocités en Cisjordanie alors même qu’ils rejettent l’étiquette d’apartheid. Ils savent que 38 % des jeunes juifs américains ont déclaré que c’était de l’apartheid l’été dernier et que ce nombre ne fait qu’augmenter car toutes les principales organisations de défense des droits de la personne disent que c’est l’apartheid.

Les sionistes libéraux craignent que la communauté progressiste ne se retourne contre eux – leurs propres enfants – s’ils ne s’élèvent pas au moins contre la « terreur juive ». Mais ils ne peuvent toujours pas se résoudre à dire Apartheid.

Je pense que l’échec des sionistes libéraux sur la question de l’apartheid est politique. Ils savent tous que c’est de l’apartheid. Les dirigeants du New Israel Fund et Americans for Peace Now l’ont parfois dit. Ils se sont tous tenus aux abords du passage de Qalandiya, ce complexe de structures modernes abritant des couloirs à bétail, des détecteurs de métaux et des soldats qui permettent à quelques Palestiniens d’entrer dans la capitale éternelle de l’État juif, Jérusalem, et ont vu l’apartheid sous leurs yeux.

Mais l’appeler ainsi est politiquement dérangeant aux États-Unis, en raison de la puissance du lobby israélien de centre-droit. Tout le monde dans l’establishment juif déteste le rapport. Les autorités israéliennes détestent le rapport. Les sionistes libéraux veulent être pris au sérieux dans cette communauté établie. Ils veulent avoir accès aux politiciens américains et ils veulent rester sous le chapiteau juif et rencontrer le premier ministre israélien.

Jonathan Greenblatt avance des arguments fous contre le rapport – que les antisionistes sont aussi dangereux que l’EI, que le rapport d’Amnistie Internationale est antisémite et met en danger la vie des juifs – et Jonathan Greenblatt obtient un accès direct au directeur du FBI et aux principaux médias, et aussi au Congrès, au point qu’il appelle les députés démocrates par leurs prénoms et sent qu’il peut improviser sur les titres de chansons de Bruce Springsteen quand il parle des droits des Palestiniens.

J Street n’a pas ce genre de pouvoir et il le souhaite. Il ne va pas s’aliéner l’ADL (Anti-Defamation League). Appeler apartheid ce qu’il est, c’est être excommunié. Ainsi, même lorsque toute la communauté des droits de la personne dit quelque chose, elle doit prendre ses distances.

Et oui, je pense que c’est finalement une question d’argent. Les donateurs pro-israéliens de droite sont toujours un bloc déterminant dans la collecte de fonds du Parti démocrate et Joe Biden ne fera rien pour contrarier ces gens. Il adopte donc une définition loufoque de l’antisémitisme qui dit qu’il est antisémite de critiquer Israël. Et son département d’État fait tout son possible pour dénoncer ce rapport d’Amnistie internationale alors même que le journaliste de l’AP souligne qu’il s’appuie tout le temps sur Amnistie internationale lorsqu’il critique d’autres pays. Et neuf membres du Congrès juifs disent que l’apartheid est une accusation antisémite. Et J Street s’aligne en qualifiant BDS – l’outil que la société civile palestinienne approuve massivement pour honorer ses droits – d’antisémite.

La vraie question est de savoir combien de temps les sionistes libéraux pourront tenir tête à la rue juive progressiste en faisant semblant de s’opposer à l’occupation. Combien de temps avant que leurs propres enfants ne les embarrassent en perturbant leurs conférences et en exigeant plus…

Adapté de : https://mondoweiss.net/2022/02/we-dont-use-the-word-apartheid-say-the-liberal-zionists/?utm_source=mailpoet&utm_medium=email&utm_campaign=daily-email-mailpoet

DISTRIBUÉ PAR PAJU (PALESTINIENS ET JUIFS UNIS)

PAJUMONTREAL.ORG/FR