2021 : L’année la plus meurtrière pour les enfants palestiniens depuis 2014

Au lieu de tenir les coupables pour responsables, Israël criminalise le travail que font des organisations comme la mienne pour protéger les droits des enfants palestiniens.

Par Khaled Quzmar 14 décembre 2021

« Cette année ne ressemblait à aucune autre dont je me souvienne de mes décennies de défense des droits des enfants palestiniens. Le bombardement par Israël de la bande de Gaza en mai, au milieu d’un soulèvement de masse mené par des jeunes dans toute la Palestine historique, a déclenché un tollé dans le monde entier, avec plus de gens que jamais exigeant qu’Israël soit tenu pour responsable de sa violence envers les Palestiniens et appelant à la fin de son apartheid régime. C’était comme si notre mouvement pour la justice, la responsabilité et la libération était enfin sous les projecteurs du monde. Et pourtant, cette attention n’a entraîné aucun changement significatif pour les enfants palestiniens vivant sous l’occupation militaire israélienne. En fait, 2021 a été l’année la plus meurtrière pour les enfants palestiniens depuis 2014, une année qui comprenait l’assaut militaire dévastateur d’Israël dans la bande de Gaza sous le nom de code « Opération Bordure Protectrice ».

Au 14 décembre, 86 enfants palestiniens avaient été tués en Cisjordanie occupée, y compris à Jérusalem-Est et dans la bande de Gaza, selon des documents collectés par Défense des Enfants International – Palestine, où je suis directeur général. Les forces israéliennes et les civils israéliens armés ont tué 78 de ces enfants palestiniens.

Sur la base de nos conclusions,  en mai , un total de 67 enfants palestiniens ont été tués au cours de l’escalade militaire de 11 jours entre les forces israéliennes et les groupes armés palestiniens. Soixante de ces enfants ont été tués par l’armée israélienne à l’aide d’obus tirés par des chars, de balles réelles, de missiles largués par des drones armés et d’avions de guerre et d’hélicoptères Apache provenant des États-Unis.

Au cours de l’année, les forces israéliennes ont abattu 15 autres enfants palestiniens en Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, et tué un autre enfant palestinien qui manifestait près de la clôture de Gaza en août. Des civils israéliens armés ont également tiré et tué deux autres enfants palestiniens en Cisjordanie.

En vertu du droit international, la force létale intentionnelle n’est justifiée que dans des circonstances où il existe une menace directe pour la vie ou une menace de blessure grave. Cependant, les preuves recueillies dans les enquêtes du DCIP suggèrent que les forces israéliennes utilisent régulièrement la force meurtrière contre des enfants palestiniens d’une manière qui peut s’apparenter à des assassinats extrajudiciaires ou délibérés.

L’un de ces enfants dont la vie a été volée par une balle israélienne est Obaida Jawabra, qui a été tué à l’âge de 17 ans. Obaida est reconnaissable par des milliers de personnes à travers le monde car en 2019, DCIP a produit un court métrage sur son expérience en Israël. Détention militaire. À l’âge de 15 ans, les forces israéliennes avaient déjà arrêté et emprisonné Obaida à deux reprises : d’abord à l’âge de 14 ans, puis de nouveau l’année suivante. Comme l’écrasante majorité des enfants palestiniens arrêtés par les forces israéliennes en Cisjordanie, Obaida a été accusé de jets de pierres.

Des soldats israéliens ont abattu Obaida à balles réelles dans le camp de réfugiés d’Al-Arroub, près d’Hébron, le 17 mai. Il a été blessé par balle à la poitrine lors d’une manifestation à l’entrée du camp situé près de la route 60, la principale autoroute israélienne qui coupe par la Cisjordanie pour relier les colonies israéliennes illégales d’Hébron à Jérusalem. Un soldat se tenant à environ 70 mètres (230 pieds) d’Obadia a tiré le coup fatal, selon des témoins oculaires interrogés par DCIP. Obaida devait obtenir son diplôme le mois suivant d’un cours de cuisine professionnelle au Talitha Kumi Community College de Beit Jala. Et il n’était qu’à trois semaines de son 18e anniversaire.

Cette année marque le 30e anniversaire de DCIP pour la promotion et la défense des droits des enfants palestiniens.

Pour moi, ce travail est profondément personnel. J’ai décidé d’étudier le droit après avoir rendu visite à mon frère aîné, qui avait été arrêté par l’armée israélienne, en prison. J’avais 14 ans à l’époque. Quand je l’ai rencontré là-bas avec mes parents, les gardes israéliens nous ont interdit de le toucher ; seul l’avocat de mon frère a été autorisé à s’approcher de lui, alors que j’étais assis là, ne voulant rien de plus que d’embrasser mon frère. C’est à ce moment-là que j’ai su que je deviendrais un avocat dédié à aider les Palestiniens – comme mon frère – devant les tribunaux militaires israéliens.

En tant que directeur général de DCIP, je pense que nous avons de quoi être fiers. Pendant trois décennies, nous avons défendu les enfants palestiniens devant les tribunaux militaires israéliens, les avons mis en relation avec un soutien psychologique après leur libération, formé des enfants à documenter les violations des droits dans leurs communautés, travaillé avec les responsables pour créer des systèmes et des environnements de soutien adaptés aux enfants, préconisé sur les scènes nationales et internationales, et plus encore.

Et pourtant, alors que je réfléchis à la nature mortelle de cette dernière année, je ne peux m’empêcher de m’asseoir avec un nombre inquiétant dans mon esprit. Depuis 2000, année du début de la deuxième Intifada, notre équipe a documenté les meurtres de 2 206 enfants palestiniens. Ce sont 2 206 enfants palestiniens, tous avec des vies et des histoires aussi riches que celles d’Obaida, tous avec des familles qui les aimaient, tout ce qui manque profondément à leurs communautés. Plus de 2 200 enfants qui ne grandiront jamais pour vivre dans une Palestine libérée.

Au cours de ces deux décennies, presque aucun officier ou colon israélien n’a été tenu responsable de la mort de ces enfants. Yesh Din, une organisation israélienne de défense des droits humains, rapporte que les chances qu’une plainte déposée par des Palestiniens auprès des autorités israéliennes pour des préjudices ou des violences présumées par des soldats aboutisse à une inculpation sont de 0,7%.

Pendant ce temps, au lieu de tenir leurs forces pour responsables du meurtre d’enfants palestiniens, les autorités israéliennes ont décidé de criminaliser le type de travail mené par DCIP. Pendant des années, un réseau d’organisations de la société civile pro-israéliennes, avec le soutien du ministère israélien des Affaires étrangères et d’autres agences gouvernementales, a mené une campagne incessante de délégitimisation et de désinformation contre le DCIP, affirmant que notre travail pour protéger les enfants conformément au droit international équivaut à du « terrorisme » ou à un « antisémitisme ».

Bien que de telles attaques ne soient pas nouvelles pour nous, le gouvernement israélien a maintenant désigné DCIP et cinq autres organisations de la société civile palestinienne comme « groupes terroristes » – une escalade évidente qui rend notre travail pour les droits des enfants palestiniens non seulement plus difficile, mais extrêmement dangereux pour notre personnel et les collectivités que nous représentons.

Bien que les allégations d’Israël ne soient pas fondées et déforment des éléments factuels et juridiques critiques de notre travail, ses actions ont néanmoins un impact négatif sur la capacité d’organisations comme la nôtre à fournir une assistance critique aux Palestiniens et à défendre leurs droits. Et tant que la communauté internationale permettra aux autorités israéliennes d’agir avec une telle impunité, il est peu probable qu’un Palestinien, surtout pas un enfant, trouve justice pour les torts qu’il a subis. C’est pourquoi nous avons besoin que la communauté internationale utilise tous les moyens disponibles pour tenir les autorités israéliennes responsables de leurs attaques ciblées et de la répression des organisations de la société civile palestinienne comme la nôtre, et pour agir pour mettre fin à la complicité internationale et au soutien au régime d’apartheid d’Israël.

Bien que ces attaques soient conçues pour épuiser nos ressources et notre moral, notre équipe s’engage plus que jamais à protéger les enfants palestiniens. Nous continuerons à travailler pour un avenir libéré pour tous les enfants palestiniens – en l’honneur des plus de 2 200 enfants dont la vie a été violemment écourtée. »

Khaled Quzmar est le Directeur général de Defense for Children International – Palestine.

Source : 972 + Magazine

Traduction CAPJPO-EuroPalestine

Adapted from: https://europalestine.com/2021/12/23/2021-lannee-la-plus-meurtriere-pour-les-enfants-palestiniens-depuis-2014/

DISTRIBUÉ PAR PAJU (PALESTINIENS ET JUIFS UNIS)

PAJUMONTREAL.ORG/FR