« La construction du camp de concentration israélien de Gaza est terminé »

PAR HAIDAR EID

« Israël a annoncé l’achèvement d’un mur souterrain et d’une barrière maritime entourant la bande de Gaza assiégée. Équipé de capteurs autour de Gaza, il comprend des centaines de caméras, de radars et d’autres capteurs, et s’étend sur 65 km. Il mesure plus de six mètres de haut et sa barrière maritime comprend des dispositifs électroniques pour détecter les infiltrations par la mer et un système d’armes télécommandé.

Pas un seul média grand public n’a utilisé le terme « camp de concentration » pour en parler, mais ils auraient dû le faire

Le dictionnaire Merriam-Webster définit un camp de concentration comme « un lieu où un grand nombre de personnes (tels que des prisonniers de guerre, des prisonniers politiques, des réfugiés ou les membres d’une minorité ethnique ou religieuse) sont détenus ou enfermés sous garde armée – utilisé en particulier dans référence aux camps créés par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale pour l’internement et la persécution des Juifs et d’autres prisonniers. Et un camp de la mort est « un camp de concentration dans lequel un grand nombre de prisonniers sont systématiquement tués !

La bande de Gaza, occupée et assiégée par l’apartheid israélien, a été transformée en les deux ; la différence est qu’il est plus grand que tous les camps de concentration et de la mort connus, créés par les régimes occidentaux fanatiques au 20ème siècle. La décision d’Israël de redéployer ses troupes autour de la bande côtière densément peuplée en 2005, puis d’imposer un siège médiéval sans précédent en 2006 qui a brisé toutes les sphères de la vie, puis de mener quatre attaques massives qui ont tué plus de quatre mille civils, y compris les femmes et les enfants, ne semble pas être suffisant pour les élites sionistes au pouvoir de l’État voyou.

Le langage utilisé par les Forces d’Occupation Israéliennes est devenu la référence – sans poser de questions. Aucune voix gazaouie/palestinienne n’est autorisée à dire un mot sur l’impact de ce « projet » sur leur vie. Ce que nous pouvons lire, c’est la déclaration faite par le criminel de guerre israélien, le ministre de la Défense Benny Gantz, à savoir que « [l]a barrière, qui est un projet innovant et technologiquement avancé, prive le Hamas de l’une des capacités qu’il a essayé de développer », et que « [il] place un » mur de fer, « des capteurs et du béton entre l’organisation terroriste et les habitants du sud d’Israël ». POINT FINAL ! Aucune question posée !

Les deux millions d’habitants de Gaza assiégée, dont l’écrasante majorité sont des réfugiés qui ont été violemment expulsés et dépossédés de leurs foyers par les forces sionistes en 1948, ont été soumis à quatre semaines (2009), 2 semaines (2012), 51 jours (2014) , et 11 jours (mai 2021) de terreur d’État israélienne implacable, au cours de laquelle les avions de guerre israéliens ont systématiquement ciblé des zones civiles, réduit des quartiers entiers et des infrastructures civiles vitales en décombres et détruit des dizaines d’écoles, dont plusieurs gérées par l’Agence de secours et de travaux des Nations Unies pour Réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNRWA), où des civils se sont réfugiés.

Cela s’est produit après des années d’un siège israélien de Gaza, paralysant et meurtrier, une forme sévère de punition collective. Mais pourquoi « ils » ne sont-ils pas satisfaits de ce que « nous », soutenus par les régimes occidentaux complices et arabes « amis », leur offrons ? (Oubliez la Quatrième Convention de Genève de 1949, ratifiée par « nous », c’est-à-dire Israël, interdisant les châtiments collectifs d’une population civile.)

Les propriétaires de maisons partiellement ou totalement détruites pendant la guerre de mai à Gaza sont de plus en plus préoccupés par la reconstruction retardée.

Jamais auparavant une population n’a été privée des conditions de base pour survivre en tant que politique délibérée de colonisation, d’occupation et d’apartheid, mais c’est ce qu’Israël fait aujourd’hui au peuple de Gaza : deux millions de personnes vivent sans un approvisionnement sûr en eau, nourriture, électricité, médicaments, dont près de la moitié sont des enfants de moins de 15 ans.

Et maintenant, nous devons faire face au fait que nous sommes littéralement des détenus du plus grand camp de concentration du monde sans aucun droit. Le président Carter n’exagérait pas lorsqu’il s’est rendu à Gaza en 2009 : « [Les Palestiniens de la bande de Gaza] sont davantage traités comme des animaux que comme des êtres humains… [jamais auparavant dans l’histoire une grande communauté comme celle-ci n’a été ravagée par des bombes et des missiles et alors été privé des moyens de se réparer.] Hélas, Carter n’est plus le président des États-Unis, l’allié stratégique de l’apartheid israélien.

Tant que les organes officiels et les dirigeants mondiaux choisiront de ne rien dire et de ne rien faire, Israël continuera à tuer plus de Palestiniens, à ériger des murs plus hauts, à resserrer le siège, et prétendra que tout est fait en « autodéfense ! » Et pourtant, nous, « antisémites » ingrats, sommes accusés de l’avoir qualifié de « camp de concentration ! «

Haidar Eid

Haidar Eid est professeur agrégé de littérature postcoloniale et postmoderne à l’Université al-Aqsa de Gaza. Il a beaucoup écrit sur le conflit arabo-israélien, y compris des articles publiés sur Znet, Electronic Intifada, Palestine Chronicle et Open Democracy. Il a publié des articles sur les études culturelles et la littérature dans un certain nombre de revues, dont Nebula, Journal of American Studies in Turkey, Cultural Logic et Journal of Comparative Literature.

Adapté de : https://europalestine.com/2021/12/14/la-construction-du-camp-de-concentration-israelien-de-gaza-est-terminee-par-haidar-eid/

DISTRIBUÉ PAR PAJU (PALESTINIENS ET JUIFS UNIS)

PAJUMONTREAL.ORG/FR