En accusant Israël d’« apartheid », l’ancien AG israélien rejoint la liste de ceux que Greenblatt et Deutch jugent antisémites

La liste croissante de ceux qui disent qu’Israël pratique « l’apartheid » dans les territoires occupés et à l’ouest de la Ligne verte est rejointe par Michael Benyair, un ancien procureur général israélien. Mais les défenseurs américains maintiennent un tabou sur ce mot dans le discours américain.

Par PHILIP WEISS  DECEMBER 7, 2021

Alors que les accusations d’apartheid contre Israël se multiplient, les défenseurs d’Israël ont riposté en disant qu’il est antisémite de porter cette accusation. Voici Jonathan Greenblatt le disant en novembre à l’organisation qu’il dirige, l’Anti-Defamation League, dans un discours sur l’antisémitisme :

Ne vous méprenez pas, il y a certainement des choses que le gouvernement israélien a faites et qui méritent d’être réprimandées. Mais critiquer les actions d’un gouvernement est catégoriquement différent que de le juger illégitime en raison d’affirmations extrêmement inexactes selon lesquelles il institue un apartheid ou mène un génocide.

Voici le représentant de Floride Ted Deutch en septembre disant à la Chambre que sa collègue Rashida Tlaib est antisémite parce qu’elle a cité des rapports sur les droits de l’homme appelant le régime israélien à l’apartheid :

Je ne peux pas – je ne peux pas permettre à un de mes collègues de se tenir debout sur le sol de la Chambre des représentants. … pour qualifier l’État juif démocrate d’Israël d’État d’apartheid. Je le rejette…. Je dis à mon collègue qui vient de salir notre allié… Nous pouvons avoir l’occasion de débattre de nombreuses questions à la Chambre. Mais caractériser à tort Israël… est cohérent avec ceux qui préconisent le démantèlement du seul État juif dans le monde. Quand il n’y a pas de place sur la carte pour un seul État juif, c’est de l’antisémitisme.

Faux et totalement inexact ? Salir Israël ? Human Rights Watch et l’organisation israélienne des droits de l’homme B’Tselem ont publié des rapports plus tôt cette année disant qu’Israël n’est pas une démocratie. Il pratique l’apartheid des deux côtés de la Ligne verte – rapporte Tlaib cité à la Chambre. Al-Haq et d’autres groupes palestiniens de défense des droits humains ont longtemps dit la même chose. La Campagne américaine pour les droits des Palestiniens l’a dit il y a des années.

Voici quelques autres qui ont dit que c’était l’apartheid : les épiscopaliens de Chicago ; Zaha Hassan, avocate des droits de la personne  et membre du Carnegie Endowment ; 38 pour cent des Juifs de moins de 40 ans, selon un nouveau sondage ; Jimmy Carter dans son livre de 2006 qui l’a fait exiler de l’establishment américain ; James Klutznick, président d’Americans for Peace Now (« que quelqu’un veuille ou non parler d’apartheid, je viens de le dire. C’est de facto un apartheid depuis longtemps et cela pourrait finir par être officiel ») ; la membre du Congrès du Minnesota Betty McCollum ; et Aida Touma-Sliman, membre de la Knesset israélienne.

Cette liste s’allonge maintenant avec la déclaration d’un ancien procureur général israélien, Michael Benyair (par Lara Friedman qui traduit) :

Re : l’appeler « apartheid » en Cisjordanie uniquement : « C’est une erreur. Le régime d’apartheid est dans toutes les zones contrôlées par Israël, entre la mer et le Jourdain. La distinction… entre Israël démocratique et la Cisjordanie qu’il contrôle est fausse. »

Benyair, un PG sous le gouvernement travailliste dans les années 90, a utilisé il y a des années le mot apartheid pour désigner le régime israélien en Cisjordanie. Il explique son expansion de cette déclaration dans le reste de son fil, par le service de traduction Twitter :

Après environ 55 ans de règne, il ne s’agit plus d’une occupation militaire temporaire d’un État démocratique sur un territoire qui n’est pas le sien. Il s’agit de la suprématie des titulaires de droits sur les exclus dans toute la zone sous leur contrôle.

La solution à cela est l’une des deux choses suivantes : accorder des droits égaux à ceux dépourvus de leurs droits dans l’ensemble de la zone contrôlée et assumer la perte de la majorité juive, ou mettre fin au contrôle de ceux qui privent les droits de ceux privés de leurs droits, et accorder l’autodétermination à chaque communauté, dans son propre territoire. Le passage des années n’aide pas à résoudre le dilemme, mais à l’exacerber.

Benyair observe une réalité que toute personne qui s’est rendue en Cisjordanie occupée, ou qui a lu la loi de l’État-nation juif qui donne plus de droits aux Juifs, peut voir par elle-même.

Malheureusement, cette vague d’accusations d’apartheid a été largement ignorée par la presse occidentale, qui maintient une vision du château de rêve Israël qui est à son tour appliquée par des gens comme Ted Deutch et Jonathan Greenblatt. Nous ne pouvons qu’espérer que Benyair aide à briser cette illusion.

Adapté de : https://mondoweiss.net/2021/12/by-charging-israel-with-apartheid-former-israeli-ag-joins-list-of-those-greenblatt-and-deutch-deem-antisemitic/?utm_source=mailpoet&utm_medium=email&utm_campaign=daily-email-mailpoet

DISTRIBUÉ PAR PAJU (PALESTINIENS ET JUIFS UNIS)

PAJUMONTREAL.ORG/FR