Une Palestinienne épargnée de l’horreur d’une naissance dans une prison israélienne

Anhar al-Deek, la Palestinienne qui devait accoucher dans une prison israélienne, a été placée en résidence surveillée.

Le tribunal militaire israélien d’Ofer en Cisjordanie occupée a accepté de la libérer sous condition jeudi et a imposé une caution de 12 500 $.

Elle devra rester dans sa maison familiale dans le village de Kafr Nima, au nord-ouest de Ramallah dans le centre de la Cisjordanie occupée.

Al-Deek a remercié ses partisans après sa libération.

« Seul un détenu qui a été libéré, avec l’aide de Dieu, après avoir vécu l’incarcération, peut comprendre ce que je ressens en ce moment », a-t-elle déclaré.

Conditions inhumaines et négligence médicale

Cela fait suite aux appels des défenseurs des droits humains et de la commission de l’Autorité palestinienne pour les prisonniers, ainsi qu’à l’indignation croissante des Palestiniens.

Jeudi, un groupe d’organisations palestiniennes de défense des droits humains a envoyé un appel par l’intermédiaire des Nations Unies appelant à la libération immédiate d’al-Deek.

Al-Deek était « incarcérée à la prison de Damon alors qu’elle entre dans un état critique de son neuvième mois de grossesse », ont déclaré les groupes.

« Elle continue de souffrir de conditions de vie inhumaines, d’une négligence médicale délibérée, notamment le manque de soins prénataux, d’une détérioration de son état de santé et d’une grossesse à haut risque. »

Si elle n’avait pas été libérée, al-Deek risquait d’accoucher par césarienne dans les prochains jours alors qu’elle était enchaînée à un lit, comme d’autres Palestiniennes détenues par Israël l’ont fait avant elle.

Elle aurait également été confrontée à la perspective d’« élever son nouveau-né dans une prison israélienne dans des conditions équivalant à la torture et à des peines ou à des traitements cruels, inhumains ou dégradants », ont déclaré les groupes de défense des droits humains.

Avant la décision de libérer al-Deek, les autorités pénitentiaires israéliennes avaient déjà refusé les demandes de sa mère ou de son mari d’assister à son accouchement et avaient décidé qu’elle serait placée en isolement avant son accouchement, soi-disant en raison des restrictions liées au COVID-19.

De telles conditions « exacerberaient le traumatisme post-partum et la mauvaise santé de la mère », ont déclaré les groupes.

Dans ces circonstances désastreuses, la libération d’al-Deek est considérée comme une victoire, les Palestiniens partageant des photos et des vidéos d’elle rentrant chez elle avec un accueil chaleureux.

Crise de la santé mentale

Même si al-Deek sera épargnée de l’horreur d’accoucher seule en prison, on ne sait pas ce que son avenir lui réserve.

Malgré sa libération conditionnelle, al-Deek fait toujours face au poids du système judiciaire militaire israélien, où elle fait face à des accusations d’agression et de possession d’une arme.

Al-Deek a été arrêtée en mars alors qu’elle serait entrée à Sde Efraim et aurait tenté de poignarder un habitant de l’avant-poste colonial israélien construit sur des terres palestiniennes non loin de son village. Al-Deek n’a blessé personne dans l’incident.

Son avocat a déclaré qu’au moment de l’incident, la jeune femme souffrait d’une grave dépression post-partum pour laquelle elle était traitée par un psychiatre.

Elle avait déjà une petite fille et était de nouveau enceinte au moment de son arrestation.

L’avocate a déclaré au journal al-Quds al-Arabi qu’al-Deek avait eu des « pensées sombres » et avait agi « sans être pleinement consciente » de ce qu’elle faisait.

La famille d’Al-Deek a déclaré au journal israélien Haaretz qu’elle souffrait de trouble bipolaire et de dépression.

Sa famille a décrit un comportement perturbateur et violent, des accès de dépression sévère et des menaces d’automutilation. Elle n’aurait souvent aucun souvenir de tels épisodes, selon sa famille.

Cela a conduit sa famille à se faire soigner par deux psychiatres. Malgré cette histoire, un médecin nommé par le tribunal militaire israélien a déclaré al-Deek apte à subir son procès.

Le système judiciaire militaire israélien qui décidera finalement du sort d’al-Deek n’est utilisé que contre les Palestiniens en Cisjordanie occupée.

Les colons israéliens vivant sur le même territoire bénéficient des protections relatives du système judiciaire civil israélien – un exemple flagrant du fonctionnement de l’apartheid israélien.

Avec leur absence de procédure régulière et d’équité de base, les tribunaux militaires ont un taux de condamnation de près de 100 pour cent contre les Palestiniens.

Adapté de : https://electronicintifada.net/blogs/ali-abunimah/palestinian-woman-spared-horror-israeli-prison-birth

DISTRIBUÉ PAR PAJU (PALESTINIENS ET JUIFS UNIS)

PAJUMONTREAL.ORG/FR