L’Algérie blâme en partie Israël dans sa décision de rompre ses relations avec le Maroc

En expliquant la décision de son pays de rompre les relations diplomatiques avec le Maroc, le ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra a également pointé du doigt Israël.

25 août 2021

L’annonce par l’Algérie cette semaine de la rupture de ses relations diplomatiques avec le Maroc n’a pas été une surprise – le président algérien Abdelmadjid Tebboune avait publié une déclaration le 18 août disant que les relations avec le Maroc étaient en cours de révision. Pourtant, la profondeur des accusations portées par l’Algérie contre Israël le 24 août a surpris Jérusalem. Pour le moment, le gouvernement israélien n’a émis aucun commentaire, préférant garder un profil bas.

La colère algérienne contre Israël n’est pas nouvelle et est principalement liée au conflit israélo-palestinien. En tant que tel, il s’est intensifié depuis qu’Israël a signé les accords d’Abraham avec le Maroc, Bahreïn et les Émirats arabes unis. Peu de temps après l’annonce des accords, Tebboune a déclaré : « Il y a une course folle parmi les Arabes pour normaliser leurs relations. Nous n’y participerons pas. Nous ne l’accepterons pas. Nous ne les bénirons pas. La cause palestinienne est sacrée et nous n’y renoncerons pas.

Mais plus que la question palestinienne, la colère algérienne contre le rapprochement israélo-marocain a été alimentée par la reconnaissance américaine de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental. En fait, c’est l’accord de l’administration Trump selon lequel les États-Unis reconnaîtraient la souveraineté marocaine qui a ouvert la voie à Rabat pour rejoindre les accords d’Abraham. L’Algérie soutient le mouvement indépendantiste du Sahara occidental Polisario depuis des décennies, et le nouveau triple consensus israélo-américain-marocain sur le Sahara occidental a été perçu par l’Algérie comme particulièrement hostile.

Récemment, l’Algérie a accusé le Maroc de complicité dans des incendies de forêt meurtriers où 90 personnes ont été tuées. Selon les autorités algériennes, les incendies étaient d’origine criminelle. L’Algérie a imputé les incendies d’août et un incident de lynchage connexe aux mouvements indépendantistes kabyles MAK et Rachad, prétendument soutenus par les Marocains. « Le haut conseil de sécurité a décidé (…) d‘intensifier les efforts des services de sécurité pour arrêter le reste des individus impliqués dans les deux crimes, ainsi que tous les membres des deux mouvements terroristes qui menacent la sécurité publique et l’unité nationale », lire la déclaration du 18 août. Il a en outre noté que les autorités algériennes visent « l’éradication totale » des mouvements, en particulier le MAK, qui reçoit le soutien et l’aide de partis étrangers… du Maroc et de l’entité sioniste ».

La colère algérienne a été encore alimentée par la visite le 12 août du ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid au Maroc. Au cours de cette visite, Lapid a exprimé ses inquiétudes quant aux signes de rapprochement entre l’Algérie et l’Iran. S’exprimant lors d’une conférence de presse à Casablanca, Lapid a déclaré qu’il partageait avec son homologue marocain Nasser Bourita « une certaine inquiétude concernant le rôle de l’État algérien dans la région, qui s’est rapproché de l’Iran et fait actuellement campagne contre l’admission d’Israël à l’Union africaine en tant qu’observateur. »

L’Algérie était furieuse de cette déclaration, comme l’a clairement exprimé la déclaration du 24 août du ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra. « Le Maroc a fait de son territoire une plateforme permettant aux puissances étrangères de parler avec hostilité de l’Algérie. … Depuis 1948, aucun responsable israélien n’a fait de déclaration hostile à un pays arabe d’un autre pays arabe », a déclaré Lamamra.

La question de la déclaration de Lapid, le conflit israélo-palestinien et le désaccord sur le Sahara occidental ne sont pas les seuls griefs que l’Algérie a contre Israël. Lamamra a également dénoncé des « actes d’espionnage massifs et systématiques » de la part du Maroc.

Il faisait référence à l’affaire Pegasus, où le Maroc aurait utilisé le logiciel de fabrication israélienne pour espionner les responsables algériens. Alors que Rabat a catégoriquement démenti ces allégations immédiatement après leur publication, l’Algérie n’a visiblement pas été convaincue par ce démenti.

Adapté de : https://www.al-monitor.com/originals/2021/08/algeria-partly-blames-israel-decision-cut-ties-morocco

DISTRIBUÉ PAR PAJU (PALESTINIENS ET JUIFS UNIS)

PAJUMONTREAL.ORG/FR