La nouvelle ambassadrice d’Israël au Royaume-Uni a appelé à « étendre » les frontières d’Israël

Par Asa Winstanley

La nouvelle ambassadrice d’Israël au Royaume-Uni a appelé à « étendre » Israël aux pays arabes voisins, montre une vidéo d’un ancien discours.

Dans ce document, Tzipi Hotovely a exprimé sa préférence pour l’hymne sioniste de droite «Two Banks to the Jordan», une chanson hébraïque qui en 1929 revendiquait la totalité de la Palestine et ce qui devint l’état de Jordanie.

Ayant plus tôt dans le discours critiqué certains politiciens israéliens pour «la mentalité qui ne regarde pas 20 ans en avant», elle a articulé sa vision de ce qu’elle a appelé le Grand Israël.

Elle a expliqué dans un discours: «Nous ne devons pas nous contenter de préserver ce qui existe. Nous devons toujours regarder en avant et nous demander: que voulons-nous pour la prochaine génération? Voulons-nous voir nos ennemis poursuivre la révolution islamique sur notre front oriental? Ou voulons-nous voir l’État d’Israël s’étendre? »

Le refrain de la chanson dit: « Deux rives a le [fleuve] Jourdain / Ceci est à nous et cela l’est aussi » avant de continuer dans un couplet en criant: « Laisse ma main droite se faner / Si j’oublie la rive Est du Jourdain».

Hotovely a poursuivi dans son discours en laissant entendre que « l’expansion » d’Israël devrait également inclure la Syrie: «si seulement ces personnes en Syrie avaient un peu des droits que les Arabes israéliens ont. »

« Expansion » en Syrie

En plus de consterner les Syriens, cette suggestion de voir Israël «s’étendre» des deux côtés du Jourdain alarmera également les Jordaniens – dont au moins la moitié sont des descendants de réfugiés palestiniens expulsés par les forces sionistes en 1947 et depuis.

Israël occupe déjà une vaste étendue de terres syriennes – les hauteurs du Golan, qu’il a annexées illégalement en 1980.

Quand Israël a envahi en 1967, ils ont chassé plus de 95% de la population du Golan – 130 000 Syriens – et détruit systématiquement des centaines de villages et une ville.

Depuis lors, les réfugiés ont été empêchés par Israël de rentrer, tandis qu’environ 23 000 colons israéliens dominent désormais le territoire occupé.

Malgré les affirmations de Hotovely, les Syriens qui demeurent encore sur le plateau du Golan occupé ne sont toujours pas traités avec égalité.

« Les politiques israéliennes discriminatoires continuent de violer les droits humains fondamentaux des Syriens qui sont devenus des citoyens de seconde zone dans leur pays natal », déclare le groupe syrien des droits humains Al-Marsad.

Hotovely a prononcé son discours en 2012, s’adressant à un groupe radical de colons de Cisjordanie appelé les « femmes en vert » lors d’une conférence dans une colonie à Hébron.

« La Jordanie est un compromis historique »

Un an plus tard, en tant que ministre junior, elle a déclaré à un événement du Likud que «l’existence de [l’état de] Jordanie est un compromis historique» et que « quiconque croit en la Grande Terre d’Israël n’a jamais été prêt à donner des parties de notre patrie loin pour n’importe quel but, pas même pour la paix ».

Une pétition lancée par des Juifs britanniques en juin appelant le Royaume-Uni à rejeter Hotovely comme ambassadrice a maintenant près de 1900 signatures.

Bien qu’elle ait été confirmée par le cabinet israélien en août, l’actuel ministre des colonies Hotovely n’est pas encore arrivée au Royaume-Uni.

Le dernier ambassadeur, Mark Regev, a quitté le Royaume-Uni en juin et le vice-ambassadeur est depuis chargé d’affaires. Regev a repris ses fonctions au bureau du Premier ministre israélien en août.

Lorsqu’on lui a demandé si elle maintenait ce discours, Tzipi Hotovely et l’ambassade d’Israël n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

« Deux banques vers la Jordanie» a été écrit par Vladamir «Zeev» Jabotinsky, le fondateur du sionisme de droite et le grand-père idéologique du parti au pouvoir, le Likoud, auquel appartiennent à la fois Hotovely et le premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le logo de la milice Irgun fondée par Jabotinsky comprend une carte de l’ensemble de la Palestine et de la Jordanie.

Dans son discours, Hotovely a plaidé pour l’hymne sioniste de droite plutôt qu’une autre chanson hébraïque, «For All These Things», de l’auteur-compositeur Naomi Shemer. La réplique la plus célèbre de cette dernière chanson demandait: « Ne déracinez pas ce qui a été planté ».

La chanson est devenue un hymne pour les colons expulsés de la colonie illégale de Yamit lorsque l’occupation israélienne du Sinaï égyptien a pris fin en 1982.

Mais pour Hotovely, il semble que s’abstenir de « déraciner ce qui est planté » ne suffit pas à satisfaire sa vision d’un Grand Israël en expansion.

Traductions en hébreu par David Sheen, avec des contributions de Dena Shunra.

Vous pouvez visionner la vidéo du discours complet en cliquant sur le lien ci-dessous vers l’article de l’Electronic Intifada.

Adapté de : https://electronicintifada.net/blogs/asa-winstanley/incoming-ambassador-uk-called-expanding-israels-borders

DISTRIBUÉ PAR PAJU (PALESTINIENS ET JUIFS UNIS)

PAJUMONTREAL.ORG/FR