Avec une attaque contre Linda Sarsour, la campagne Biden veut-elle offrir l’élection à la droite de Trump?

Par  Mohammed Nurhussein

23 août 2020

Le directeur de la réponse rapide de la campagne de Joe Biden, Andrew Bates, a tweeté « Joe Biden condamne Linda Sarsour pour son point de vue et son soutien à BDS ».  Il poursuit en disant que Biden a toujours été un fervent partisan d’Israël et qu’il a été toute sa vie fermement contre tout antisémitisme ce qui implique que Sarsour est antisémite.

Membre de la DSA et parfois substitut de Bernie Sanders, Sarsour, de New York, a conduit les délégués musulmans – elle aussi en est une – et des alliés à la convention démocrate qui venait de se conclure.

Elle l’a approuvé après avoir choisi Kamala Harris comme vice-présidente. L’extrême droite a immédiatement attaqué, accusant celle-ci d’antisémitisme. Il n’a pas fallu longtemps au directeur de la réponse rapide de Biden pour apaiser Ben Shapiro, animateur du virulent du site Web de droite, le Daily Wire, qui a cité en écho, le Daily Caller, comme source de ce salissage.

Shapiro, il faut se souvenir, était rédacteur en chef de Breitbart News (2012-2016) et membre du David Horowitz Freedom Center connu pour ses opinions islamophobes. Le site Web Daily Caller a été fondé par Tucker Carlson de Fox News.

La campagne Biden a réagi en généralisant par réflexe ces souhaits de droite en condamnation de  Sarsour. Ni les accusateurs ni la campagne Biden ne disent ce qui la rend « antisémite ».

Serait-ce sa ferme défense des droits des Palestiniens, son soutien au BDS et son opposition à l’occupation de la Cisjordanie et au blocus de Gaza par Israël? Le BDS est une résistance non violente que les Palestiniens utilisent contre l’occupation et bénéficie du soutien mondial des organisations populaires.

Les organisations juives progressistes telles que Jewish Voice for Peace (JVP) soutiennent le BDS.

Sarsour se décrit comme une Arabo-américaine palestinienne et musulmane sans vergogne. Elle est une militante des droits humains engagée dans les luttes contre la brutalité policière, pour le féminisme, une juste politique d’immigration, contre les incarcérations de masse et organisatrice de Black Lives Matter depuis Ferguson.

Elle travaille en étroite collaboration avec JVP, Jews for Racial and Economic Justice et de nombreuses autres organisations progressistes. Elle a cofondé et dirigé la Marche des femmes 2017 avec Tameeka Mallory pour protester contre la présidence de Trump. Rapidement Mallory et Sarsour ont été pointées du doigt pour antisémitisme.

La vie de Sarsour était alors menacée. Le Conseil national des femmes juives qui a travaillé avec elle en 2017 est venu à sa défense. Les partisans de Trump, les sionistes de droite et les médias l’ont accusée entre autres de soutenir l’Etat islamique et de vouloir la charia aux États-Unis, le tout sans aucun fondement.

Ady Barkan, un activiste progressiste populaire parmi les démocrates et souffrant de la SLA, a qualifié dans un tweet la déclaration de Biden de « vile et malhonnête ». Il a poursuivi en disant: « Linda est une ardente défenseure de la justice, de la liberté et une antiraciste et organisatrice de premier plan contre l’antisémitisme ».

La campagne Biden-Harris doit à Linda des excuses publiques et une rétractation de leur déclaration non fondée sur des faits. La campagne Biden est en fait, par cette déclaration, devenue propagatrice de fausses affirmations à son endroit et ainsi un soutien àTrump. Son opposition au gouvernement israélien et son soutien au BDS ne la rendent pas antisémite.

Le parti démocratique qui prétend être « un carrefour pluriel » après avoir dirigé une convention qui a fait tout son possible pour montrer sa diversité semble maintenant renier cet acquis et met en péril la bonne volonté et le soutien d’un vaste segment de son électorat – les millions de très diverses communautés musulmanes, y compris les Afro-Américains, les immigrants africains, les Arabes américains, les femmes, les membres de la DSA et les personnes de couleur en général.

La campagne de Biden-Harris pourrait finir par céder la présidence au président suprémaciste blanc sur un plateau d’argent à moins qu’une action corrective rapide ne soit prise en se rétractent sur leur fausse affirmation.

Le chroniqueur Mohammed Nurhussein est un médecin retraité basé à New York.

Adapté de : https://www.blackstarnews.com/us-politics/justice/with-attack-on-linda-sarsour-does-biden-campaign-want-to-gift

DISTRIBUÉ PAR PAJU (PALESTINIENS ET JUIFS UNIS)

PAJUMONTREAL.ORG/FR