L’article que PAJU a choisi de partager cette semaine, écrit par Larry Haiven, est possiblement l’article le plus long que nous ayons publié en vingt ans d’existence de PAJU. C’est également l’un des articles les plus importants que nous ayons partagés. « Annuler la culture » s’avère un regard clair et sans équivoque sur la manière dont le lobby pro-israélien au Canada utilise les menaces et l’intimidation pour obtenir que divers lieux annulent tous les événements critiques des politiques répréhensibles d’Israël envers la population palestinienne assiégée et subjuguée. De plus, il est fort probable que des tactiques similaires soient utilisées dans tous les pays où le lobby pro-Israël existe.

La mécanique de l’« annulation de la culture»  telle que façonnée par le lobby pro-Israël, et son utilisation de la fausse notion d’antisémitisme telle qu’elle est présentée via la définition de l’antisémitisme de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA), sont affichées avec une candeur qui fait que l’article de Haiven doit absolument être diffusé largement. Nous encourageons les lecteurs à partager l’article avec d’autres, en particulier sur leurs propres listes. De plus, si vous êtes sur Facebook ou Twitter, veuillez partager la référence à l’article de Larry Haiven.

PAJU remercie Larry Haiven pour son autorisation à la diffusion de son article que nous avons traduit en français.

« Annuler la culture » et le lobby israélien

Par Larry Haiven

Lorsque Sportsnet a congédié Don Cherry, une personnalité du hockey et des médias canadiens en novembre 2019, pour ses remarques sectaires sur Coach’s Corner, nous avons entendu le refrain habituel de la plainte de droite concernant la suppression de la liberté d’expression par la gauche libérale.

Une méthode de censure privilégiée récemment serait la «dé-plate-forme» ou le refus à ceux avec qui qui vous n’êtes pas d’accord  d’accéder à une plate-forme pour parler. Ceci est également appelé « annuler la culture ». Plus récemment, un groupe de 150 éminents intellectuels a signé une « Lettre sur la justice et un débat ouvert » dans le magazine Harper, déclenchant une vague de débats sur les limites de la liberté d’expression dans la gauche.

En réalité, cependant, annuler la culture est (au mieux) une activité marginale à gauche. Dans l’ensemble, les progressistes croient toujours au débat raisonné.

Cet article fait référence à l’expérience du Canada, mais il a également son homologue dans de nombreux autres pays.

Ainsi, si nous voulons identifier les vrais maîtres de la culture d’annulation, nous devons suivre le modus operandi du lobby institutionnel pro-israélien et de ses adhérents, comme le Centre pour Israël et les affaires juives (CIJA), B’nai Brith Canada (BBC), le Simon Wiesenthal Center (SWC) et d’autres organisations de droite juives. Ils peuvent nous apprendre une ou deux choses sur la façon de supprimer la liberté d’expression et annuler un évènement avant qu’il ne se réalise.

Vraisemblablement, la manière d’étouffer un événement critique à l’endroit d’ Israël est d’empêcher que des gens y assistent et apprennent quelque chose, en particulier dans le cadre d’un débat rigoureux. Même une manifestation à l’entrée d’un événement ou une interruption pendant un événement pourrait attirer l’attention sur ce qui est dit. Pour les fervents protecteurs intellectuels d’Israël, il faut à tout prix y mettre un terme.

Le manuel d’annulation d’activités culturelles du lobby pro-Israël

Une série d’exemples suivra, mais d’abord, pour résumer, voici ce que l’on pourrait appeler les « règles d’engagement » pour les dé-plateformes » en faveur d’Israël.

Dès que vous entendez parler d’un événement critique d’Israël, utilisez la formule suivante:

  1. Avoir un certain nombre d’organisations au travail. Si le Centre consultatif de relations juives et israéliennes est nerveux, demandez à B’nai Brith Canada de le faire. S’il ou si le Centre Simon Wiesenthal ont des scrupules, l’imprudente et belligérante Ligue de défense juive ou Herut Canada peuvent le faire.
  2. Peu importe à quel point l’orateur est distingué et crédible, essayez la culpabilité par association, si ténue soit-elle. Leur oncle appartenait-il à une organisation douteuse? Leur cousin a-t-il écrit quelque chose qui critiquait Israël? Payent-ils des cotisations à un syndicat d’étudiants qui soutient le boycott, le désinvestissement et les sanctions (BDS)? Arrêtez-les!
  3. Si les intervenants sont des universitaires, attaquez leurs publications ou insistez pour que leur mandat soit refusé. S’ils sont étudiants, demandez que leurs diplômes ne soient pas retenus. Le Canadian Jewish News a récemment rapporté: «Plutôt que de débattre à propos d’Israël, Manfred Gerstenfeld, l’ancien président du Jerusalem Center for Public Affairs (JCPA), plaide pour le discrédit professionnel des ennemis [sic] d’Israël. « Trouvez le plagiat ou une mauvaise note de bas de page et rendez-le public », a-t-il déclaré lors d’une activité de financement pour l’Institut canadien de recherche juive, à Montréal, le 1er décembre [2019]. « Environ 10% seulement des universitaires sont des anti-israéliens intransigeants et les autres ne risquent pas leur carrière. Les universitaires sont des lâches. »
  4. En l’absence de preuves réelles d’antisémitisme, une simple accusation suffira.
  5. Découvrez où l’événement a lieu et qui sont les commanditaires. Contactez le lieu et les commanditaires et dites-leur que le conférencier ou l’événement est antisémite.
  6. Si vous ne voulez pas menacer vous-même de violence, suggérez qu’il pourrait y avoir de la violence d’un quartier inconnu si l’événement se poursuit.
  7. Dites à l’hôte ou au groupe qui parraine l’évènement qu’ils seront eux aussi considérés comme antisémites s’ils poursuivent leur implication.
  8. Si l’un des lieux ou commanditaire accède à ces demandes, faites-en la publicité pour faire honte aux non-adhérents.
  9. Si un événement que vous n’aimez pas est annulé ou reporté, penez-en crédit.
  10. Même si la tentative de fermeture ne réussit pas complètement, le coût et les efforts nécessaires pour résister à votre attaque effrayeront les organisateurs et inciteront les autres à réfléchir à deux fois pour faire quelque chose de similaire à l’avenir.
  11. Ce que j’appelle « l’effet grincement » est particulièrement utile avec les médias. Lorsqu’une critique d’Israël apparaît, lancez une avalanche de lettres, de courriels et d’appels téléphoniques désobligeants. Même si la prépondérance du matériel dans le média en question a été pro-israélienne, critiquez le « manque d’équilibre ». Si tout le reste échoue, exigez « un temps égal » de même importance pour un point de vue opposé. Cela devrait effrayer le média hors sujet.

Le manuel en action

Alors que la culture de l’annulation pro-israélienne a des origines lointaines, voici plus de deux douzaines d’exemples assez récents de ce livre du jeu en action. Ils sont principalement tirés de rapports publiés, mais quelques-uns sont tirés de comptes rendus de personnes directement impliquées.

Vancouver

En 2016, des militants contre l’occupation israélienne devaient faire partie d’un panel lors d’une conférence de l’Université Simon Fraser (SFU) sur le génocide. Un intervenant soutiendrait que ce qui avait été fait aux Palestiniens constituait un génocide. (La définition de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide implique l’une des actions suivantes: tuer des membres du groupe; causer des lésions corporelles ou mentales graves à des membres du groupe; infliger délibérément au groupe des conditions de vie propres à entraîner sa destruction physique totale ou partielle; imposer des mesures visant à empêcher les naissances au sein du groupe; et / ou transférer de force les enfants du groupe dans un autre groupe.)  B’nai Brith a demandé à SFU de faire annuler le panel. Les organisateurs ont repoussé la demande, tendant la main à un éventail de supporters à SFU. Le panel et la conférence ont eu lieu.

En 2017, la Alma Mater Society (union étudiante) de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) a annoncé la tenue d’un référendum pour soutenir le mouvement Boycott, désinvestissement et sanctions: crimes de guerre, occupation illégale et oppression des Palestiniens? » Plutôt que de faire campagne pour amener les étudiants à rejeter cette motion sur le fond, Hillel, une organisation qui prétend représenter les étudiants universitaires juifs, a déposé une requête en justice pour interdire complètement le référendum. Cette action en justice a échoué.

En 2018, l’Association canadienne des études culturelles a parrainé une conférence à SFU intitulée « Culture carcérale », y compris un panel sur Israël / Palestine. Encore une fois, B’nai Brith a tenté de l’annuler. La contre-mobilisation a vaincu le gambit de B’nai Brith.

Calgary

En 2014, le groupe Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient (CJPMO) a préparé une exposition de photos intitulée «Dispossessed, but Defiant: Indigenous Struggles from around the World» qui juxtapose les déplacements palestiniens à ceux d’autres cibles du colonialisme, tels les Noirs Sud-africains sous l’apartheid et les peuples autochtones du Canada. L’exposition était censée se rendre partout au Canada, mais des opposants pro-israéliens ont tenté à plusieurs reprises de bloquer ces présentations. À Calgary, ils ont réussi à décloisonner l’exposition à partir d’un petit centre communautaire. Lorsque les hôtes ont finalement trouvé un emplacement dans l’Église Unie, les opposants ont inondé le nouveau lieu d’appels et de courriels. Le spectacle a continué, mais les militants n’ont jamais pu louer cette église depuis, validant les points 10 et 11 du manuel ci-dessus.

En 2016, des militants locaux ont réservé un espace à l’Institut national canadien pour les aveugles pour une conférence de Haider Abu Ghosh de la Palestine Medical Relief Society, sur l’éradication par les Israéliens de trois villages palestiniens en 1967. Les militants ont été forcés par des plaintes de transférer l’événement à la Bibliothèque publique de Calgary. Les groupes pro-israéliens ont mis tellement de pression sur la bibliothèque que les hôtes ont été contraints d’assurer la sécurité, à un coût important.

L’écrivain de Calgary Marcello Di Cintio a remporté le prix du livre W. O. Mitchell de la ville de Calgary en 2012 pour «Walls: Travels Along the Barricades» et, encore une fois, en 2018 pour «Pay No Heed to the Rockets: Palestine in the Present Tense». Mais des organisations pro-israéliennes locales se sont opposées à sa nomination comme écrivain en résidence à la bibliothèque publique, insistant, contre toute évidence, qu’il était un antisémite.

Winnipeg

En février 2018, plusieurs groupes, dont Voix juives indépendantes-Winnipeg, la Canadian Arab Association of Manitoba et le United Jewish Peoples Order-Winnipeg, ont organisé une réunion publique à l’Université de Winnipeg intitulée « My Jérusalem» pour discuter de la récente décision de déplacer son ambassade d’Israël à Jérusalem. L’un des orateurs était le rabbin David Mivasair, membre de Voix juives indépendantes. Ayant échoué dans sa tentative de faire annuler la réunion, B’nai Brith Canada s’est plaint à l’université que les conférenciers étaient antisémites et a exigé que l’université s’excuse. B’nai Brith a affirmé que l’un des intervenants a accusé Israël d’avoir commis un « génocide » contre les Palestiniens et qu’un autre a qualifié les juifs israéliens de « colons européens ». Le responsable des droits de l’homme et de l’équité de l’université a enquêté sur la plainte et, affirmant avoir consulté la définition de travail de l’antisémitisme de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste, a laissé le salissage se tenir, concluant que la critique d’Israël équivalait à de l’antisémitisme. Interrogé par les commanditaires de la réunion sur les déclarations antisémites, le responsable a refusé de répondre.

L’étudiant rabbinique Lex Rofeberg, activiste de l’American Institute for the Next Jewish Future, avait été invité en tant que conférencier d’honneur à Limmud Winnipeg (un événement culturel et éducatif juif annuel) en mars 2019. Limmud a annulé l’invitation lorsque la Fédération juive de Winnipeg a menacé de lui retirer son parrainage, se plaignant que Rofeberg était un critique d’Israël et un partisan du BDS et de l’organisation IfNotNow.  Aucune des présentations prévues de Rofeberg (une sur le judaïsme numérique, l’autre sur le judaïsme et les sports) n’avait quoi que ce soit à voir avec son point de vue sur Israël, mais il était coupable par association.

En avril 2019, le Winnipeg Social Planning Council et le Canadian Muslim Women’s Institute ont invité la militante américano-palestinienne et cofondatrice de la marche des femmes de 2017, Linda Sarsour, à prendre la parole. La Fédération juive de Winnipeg et B’nai Brith Canada, entre autres, ont fait pression pour que l’événement soit annulé et ont convaincu le maire de Winnipeg et le vice-premier ministre provincial de s’y opposer. Les opposants ont réussi à faire exclure Sarsour du Seven Oaks Performing Arts Center et la réunion s’est déplacée au temple du travail ukrainien, où elle s’est poursuivie.

Toronto

Avec les plus grandes populations juive, musulmane et arabe du Canada, Toronto peut être un paratonnerre pour les outrages de dé-plateformisme. En 2007, CanStage, une compagnie de théâtre, a décidé d’annuler son projet de monter une production de « Mon nom est Rachel Corrie » (une pièce tirée des écrits de l’activiste américaine tuée à Gaza par un bulldozer israélien lors d’une manifestation), et deux années plus tard, le Crow’s Theatre ne présenta que quelques «lectures mises en scène» de «Seven Jewish Children» (du dramaturge britannique Caryl Churchill). Les deux pièces critiquaient Israël et ces deux productions torontoises avaient fait l’objet d’un lobbying négatif de la part du lobby pro-israélien qui les avait qualifiées d’antisémites.

Un exemple plus sensationnel de la culture d’annulation s’est produit lorsque, en 2009, des universitaires de l’Université Queen’s et de la Osgoode Hall Law School de l’Université York ont organisé une conférence internationale intitulée « Israël / Palestine: cartographier les modèles d’État et les chemins de la paix ». Le conseil consultatif de la conférence comprenait quatre Israéliens. Pourtant, des organisations pro-israéliennes, dont la Ligue de défense juive, le Centre consultatif de relations juives et israéliennes, Hasbara, B’nai Brith et la Fédération juive unie d’appel du Grand Toronto, se sont engagées sur le chemin de la guerre, exigeant l’annulation de la conférence. L’Université York a été avertie des boycotts et de la cessation des dons et a été dénoncée dans des annonces à pleine page dans les journaux.  Lorsque B’nai Brith a accusé l’un des orateurs d’être un négationniste de l’Holocauste, le menace d’un procès a forcé B’nai Brith à s’excuser sur sa page Web. Lorsque l’université a refusé d’annuler l’événement, le gouvernement fédéral conservateur de Stephen Harper a ordonné au Conseil de recherches en sciences humaines de reconsidérer son financement de l’événement (ce que le CRSH a refusé). L’Association canadienne des professeurs d’université (ACPPU) a mis sur pied une commission d’enquête indépendante dirigée par le mathématicien Jon Thompson pour enquêter. La commission et le livre qui en est ressorti («No Debate: The Israel Lobby and Free Speech at Canadian Universities, Lorimer 2011) ont conclu que, bien que l’événement se soit déroulé, la liberté académique avait été gravement atteinte.

En 2009, le Koffler Centre for the Arts (associé à la communauté juive de Toronto) a commandé à Reena Katz un projet d’art commémorant l’histoire du marché de Kensington. Mais lorsque son directeur exécutif a découvert que Katz avait qualifié Israël d’« État d’apartheid », l’organisation s’est dissociée du projet. Comme dans l’affaire Limmud de Winnipeg, ci-dessus, et d’autres exemples ci-dessous, l’exposition de Kensington n’a rien à voir avec Israël. Mais Katz était coupable par association.

En 2011, une thèse de maîtrise critique d’Israël, par Ben Peto, étudiant à l’Université de Toronto, intitulée «The Victimhood of the Powerful: White Jews, Zionism and the Racism of Hegemonic Holocaust Education», a été dénoncée ouvertement par des groupes pro-israéliens, qui ont exigé que l’université lui retire son diplôme. Les responsables de l’université ont hésité.

Depuis des années, des organisations pro-israéliennes tentent d’empêcher la marche de la Journée du  Quds à Toronto. Se déroulant chaque année en juin et initialement parrainé par le gouvernement iranien, l’événement a attiré le feu des organisations pro-israéliennes, principalement en raison de la force de sa critique du régime israélien. En mars 2019, après des consultations avec des spécialistes du droit et d’autres parties prenantes, le personnel de la ville de Toronto a signalé qu’il n’était pas conseillé d’empêcher l’ensemble de l’activité. Après des demandes de réexamen, le personnel a signalé un mois plus tard que la ville disposait déjà de moyens pour lutter contre des actes spécifiques de discours de haine présumés.  Selon ce deuxième rapport, en outre, en réponse aux plaintes de partisans pro-israéliens au sujet du rassemblement de 2018, la police de Toronto avait conclu que «les paroles prononcées lors du rassemblement, qui ont été capturées et publiées sur YouTube, ne correspondaient pas aux critères de crime haineux ». Sans se laisser décourager, les adversaires ont lancé d’autres actions pour interdire l’événement. Le rassemblement s’est déroulé en juin 2019, avec 1000 participants et s’est déroulé en ligne lors du confinement dû au coronavirus en 2020.

À l’été 2019, le Palestine Youth Movement planifiait un événement à l’église unie Trinity St-Paul de Toronto pour lancer une nouvelle bourse portant le nom du romancier et nationaliste palestinien Ghassan Kanafani. B’nai Brith Canada a fait appel au conseil d’administration de l’église pour annuler l’événement, basé sur ses affirmations selon lesquelles Kanafani était un porte-parole du Front populaire pour la libération de la Palestine et avait été impliqué dans le massacre de l’aéroport de Lod en 1972 (il a été assassiné peu de temps après par les Israéliens). Le conseil de l’église capitula rapidement. Kanafani a un cachet de martyr parmi les Palestiniens similaire à celui de Josef Trumpeldor pour les juifs israéliens.

Parfois, cette culture de l’annulation pro-israélienne cible également les juifs pro-israéliens modérés, rappelant les querelles internes toxiques qui déchirent les entreprises familiales. En janvier 2020, Israël et le Golda Koschitzky Center for Jewish Studies de l’Université York ont annulé une table ronde sur le climat des étudiants juifs sur les campus. La Ligue de défense juive s’est vantée en ligne de sa responsabilité, expliquant qu’elle s’opposait à l’apparition de la modérée Mira Sucharov (que la LDJ a qualifiée, à tort, de « facilitatrice du BDS »). Pour rendre l’intervention vraiment bizarre, la LDJ s’est également opposée à la présence d’Alexandre Joffe, rédacteur en chef et moniteur BDS du groupe Scholars for Peace in the Middle East, qui est anti-BDS.

En juillet 2020, un individu de la Ligue de défense juive (JDL) a été filmé en train de dégrader la devanture de la sandwicherie Foodbenders à Toronto en plein jour. Selon Yves Engler, écrivant à Mondoweiss:

« Les voyous de la LDJ ont organisé un rassemblement devant Foodbenders, et « I Love Gaza » a été peint à sa fenêtre. Au cours de leur fête de la haine, ils ont effacé les paroles Palestinian Lives Matter écrit sur le trottoir et, comme ce que les colons juifs suprémacistes font aux maisons palestiniennes en Cisjordanie occupée, quelqu’un a peint le symbole du drapeau israélien sur la fenêtre du restaurant. En plus de se voir peindre l’Étoile de David sur sa devanture, la propriétaire de Foodbenders, Kimberly Hawkins, a été confrontée à une multitude d’abus en ligne. Hawkins a été qualifié de « sale pute palestinienne » et: « La Palestine est pourrie, je brûlerai votre restaurant » et « J’espère que votre famille sera piégée à l’intérieur du restaurant quand il brûlera. »

Hamilton

Depuis plus de 25 ans, Hamilton accueille le Gandhi Peace Festival. En 2019, B’nai Brith a tenté d’exclure deux conférenciers du programme, organisé par le professeur McMaster Rama Singh. L’un des conférenciers visés était Azeezah Kanji, spécialiste du droit islamique et directeur de la programmation au Noor Cultural Centre de Toronto. L’autre était le professeur émérite de McMaster, M. Atif Kubursi, économiste spécialisé dans le pétrole et le Moyen-Orient et ancien secrétaire exécutif par intérim de la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l’Asie occidentale. Il est récipiendaire de la Médaille du centenaire du Canada pour ses contributions académiques exceptionnelles. Aucun d’eux ne devait même parler de la Palestine lors de l’événement, mais tous deux avaient fait des déclarations critiques à l’égard d’Israël par le passé et ont donc été accusés de culpabilité par association. À la demande pressante de B’nai Brith,  la Fédération juive de Hamilton a retiré sa participation. L’événement s’est déroulé sans la participation de la Fédération mais avec la présentation de ces deux intervenants.

Les organisations juives institutionnelles tentent depuis de nombreuses années d’amener les présidents d’université à travers le pays à interdire la semaine de l’apartheid israélien (IsraelApartheidWeek). L’une des campagnes les plus agressives contre IAW a eu lieu à l’Université McMaster. En 2020, plusieurs groupes, dont la Jewish Defence League et Hillel Ontario, ont demandé à l’Université McMaster de proscrire l’événement annuel, affirmant que cela rend les étudiants juifs sur le campus mal à l’aise et les met en danger. L’université a refusé de répondre à la demande générale de fermeture des activités. Un porte-parole a insisté sur le fait que « le groupe organisant l’événement en question est un groupe d’étudiants inscrit auprès de la McMaster Students Union… [ces] groupes sont régis par le Code de conduite des étudiants de McMaster, qui favorise la sûreté et la sécurité de tous les étudiants et encourage le respect des autres ».

London

Le Conseil des étudiants de l’Université de Western Ontario a une longue histoire d’essai de décloisonnement des organisations du campus vouées à la critique d’Israël. Au début, c’était Solidarité pour les droits de l’homme palestiniens (SPHR), puis Groupe de recherche sur l’intérêt public de l’UWO (UWO-PIRG). L’un des conférenciers parrainés par l’UWO-PIRG (et vraisemblablement offensé le Conseil des étudiants) était l’historien juif israélien de renom Ilan Pappe, auteur, entre autres, de « The Ethnic Cleansing of Palestine ». La Commission ontarienne des droits de la personne a accueilli trois plaintes contre l’université et une contre le Conseil des étudiants et a demandé au Conseil des étudiants de s’excuser et de ratifier les organisations.

Ottawa

Rehab Nazzal est un artiste multidisciplinaire d’origine palestinienne basé à Toronto, dont certains travaux portent sur le traitement sévère des Palestiniens par Israël. L’exposition de 2014 de Nazzal « Invisible » à la galerie d’art Karsh-Masson au rez-de-chaussée de l’hôtel de ville d’Ottawa a été publiquement condamnée par l’ambassadeur d’Israël au Canada, et plusieurs groupes pro-israéliens, dont le B’nai Brith Canada, ont exigé que le maire annule l’ exposition. Le maire a refusé, invoquant la liberté d’expression. Mais la ville a publié un avertissement à l’extérieur. Les groupes ont également protesté contre le fait que Nazzal avait reçu un prix financier du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. Nazzal a ensuite parlé à une foule de personnes dans une salle pleine  à Ottawa et a reçu une ovation debout. En 2015, un tireur d’élite israélien a tiré dans la jambe de Nazzal alors qu’elle photographiait une confrontation à Bethléem. Selon le Ottawa Citizen, le porte-parole israélien Eitan Weiss a commenté: «Il est très difficile de savoir ce qui se passe lors d’une émeute, car il faut imaginer des centaines de personnes jetant des pierres, des cocktails Molotov, utilisant des armes à feu réelles… il est très difficile de prouver ce qui est arrivé, et il est très difficile de prouver que cela ne s’est pas produit. »

Montreal

Zahra Kazemi était une photographe canado-iranienne décédée en 2003 dans des circonstances mystérieuses dans une prison iranienne après avoir été arrêtée pour avoir pris des photos d’une manifestation en Iran. En juin 2005, cinq photographies ont été retirées d’une exposition de son travail à la bibliothèque municipale de Côte St Luc (à Montréal). Les photos controversées ont été prises en Palestine. Un responsable de l’arrondissement a expliqué que la prise en compte de la grande population juive de l’arrondissement a joué un rôle dans la décision. Le fils de Kazemi, Stephan Hachemi, a refusé de laisser l’affichage se poursuivre sans les photos censurées, arguant que c’était une insulte à l’héritage de sa mère.

En janvier 2009, le Combined Jewish Appeal  a annulé à la dernière minute une conférence donnée à son centre Gelber par le célèbre activiste israélien pour la paix Jeff Halper. Halper effectuait une tournée pancanadienne pour critiquer l’opération Israël Plomb durci contre Gaza, qui a tué 1 417 et blessé 5 303 Palestiniens. Une annulation similaire de Halper s’est produite à Winnipeg, bien que Halper ait rempli d’autres auditoriums à travers le pays.

En février 2010, des organisations pro-israéliennes ont tenté d’empêcher l’exposition de photos CJPMO (voir Calgary ci-dessus) au cinéma du Parc. Les avocats du propriétaire du cinéma ont insisté sur le fait que les locaux étaient uniquement « à usage cinématographique [sic]». Le cinéma, qui avait accueilli d’autres expositions politiques dans le passé, a refusé de reculer et l’exposition a continué.

En novembre 2013, une conférence de Limmud Montréal (nommée « Le Mood ») financée par la fédération juive locale a annulé deux présentations de Sarah Woolf, une activiste de « Renounce Birthright » (un site Web qui critique les visites-éclairs en Israël pour les jeunes juifs). Une session était intitulée « Où sont tous les juifs radicaux? » et une autre axée sur l’histoire des ouvriers juifs de l’industrie de vêtements dans cette ville. Woolf et le co-facilitateur Aaron Lakoff ont écrit sur le blog de Lakoff: « En fin de compte, il nous a été interdit de parler au Mood à cause de notre politique personnelle (ou quoi que Le Mood et la Fédération CJA perçoivent notre politique respective), non pas basé sur le contenu de nos panels, qui ont été examinés, acceptés et programmés il y a des mois. » En réponse au déclassement, Lakoff et Woolf ont organisé des présentations dans un parking à l’extérieur du site principal de la conférence et ont rassemblé plus de 100 personnes.

Halifax

En octobre 2016, l’assemblée générale annuelle de la Halifax Pride a accueilli une motion du groupe « Queer Arabs of Halifax ». La résolution interdirait la distribution à la Foire annuelle de la fierté de documents vantant l’État d’Israël pour sa prétendue amitié LGBT. QAH et ses alliés ont affirmé que ces documents permettaient de blanchir les violations des droits de l’homme d’Israël contre les Palestiniens par le biais du « pinkwashing ». Un autre groupe, le Nova Scotia Rainbow Action Project, avait recueilli plus de 500 noms sur une pétition condamnant le pinkwashing. En réponse, l’Atlantic Jewish Council a organisé des centaines de membres de la communauté juive pour assister à l’AGA afin de protester et de perturber le vote, bien que la grande majorité des interlocuteurs n’étaient pas LGBTQ +. Les organisateurs de l’AGA ont pris la décision controversée d’autoriser tous les participants à la réunion à voter. Cela a abouti à la défaite de toutes les résolutions critiques pour Israël et à un débrayage des participants du BIPOC (Noirs, autochtones et de couleur) affirmant que « la fierté blanche droite gagne à nouveau ». Un participant palestinien LGBTQ + a déclaré que la prise de contrôle de la réunion lui rappelait l’occupation israélienne. Un autre commentateur l’a résumé ainsi: «Ceci est un exemple classique où un groupe se cache derrière l’apparence de la liberté d’expression jusqu’au moment où il peut utiliser sa liberté d’expression et la mettre-dessus de la tête de tout le monde

Au cours de la tournée Naim Ateek 2018 mentionnée ci-dessus, le département des études religieuses de l’Université Saint Mary’s, un des commanditaires de l’événement de Halifax, a reçu une lettre de B’nai Brith Canada demandant l’annulation de la conférence. Le département, familiarisé avec le travail et la réputation d’Ateek, a refusé et l’événement s’est poursuivi.

En juin 2019, un candidat du NPD de Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, candidat aux élections fédérales de 2019, avait découvert avoir publié quelques tweets un an plus tôt comparant les tirs israéliens de Gaza dans la « Marche du retour » aux actions de l’Allemagne nazie. Rana Zaman, une activiste communautaire infatigable, a présenté des excuses avec l’aide de l’IJV-Halifax, mais le bureau fédéral du NPD lui a suggéré de la diriger par l’Atlantic Jewish Council, l’organisation juive institutionnelle locale. L’AJJ n’a pas eu d’autre réponse aux excuses que d’envoyer à Zaman une copie de la définition de l’IHRA, qui qualifie automatiquement d’antisémite  » de faire des comparaisons de la politique israélienne contemporaine avec celle des nazis « . Le bureau fédéral du NPD a retiré la candidature de Zaman.

En décembre 2019, la Commission des droits de la personne de la Nouvelle-Écosse a décerné un très convoité « Prix des droits de la personne » à Zaman. Le Conseil juif de l’Atlantique a immédiatement commencé une campagne pour que Zaman soit dépouillé du prix, et la révocation a suivi à peine dix jours plus tard. Les organisations institutionnelles juives ont refusé d’accepter les excuses originales de Zaman, insistant sur le fait qu’il n’était pas sincère.

Conclusion

Tous ces déclassements ci-dessus demandent beaucoup de travail. Et cela fait ressembler le lobby pro-israélien aux brutes qu’ils sont. À l’heure actuelle, le débat est trop compliqué. Par conséquent, le lobby souhaite construire une meilleure souricière; celui qui atténuera la nécessité d’intervenir à chaque fois qu’un événement ou une activité critique Israël. Combien plus facile si la meilleure souricière fonctionne pour se refermer automatiquement, brisant le cou de la souris sans arguments désordonnés et récrimination.

Une telle meilleure souricière est la définition de l’antisémitisme mise de l’avant par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste. Comme l’a souligné Voix juives indépendantes, la définition de l’IHRA est remarquablement bâclée et vague. Mais il contient onze « exemples » d’antisémitisme, dont sept impliquent des critiques d’Israël.

Le lobby essaie de faire adopter la définition de l’IHRA par les législatures, les conseils municipaux, les organisations non gouvernementales, les syndicats étudiants, les organes des droits de la personne, les services de police, les universités et tout forum qui pourrait éventuellement être en mesure de fermer ou de sanctionner une activité critique d’Israël. Nous ne savons pas si, ni comment, l’adoption de la définition de l’IHRA par ces organes pourrait réellement criminaliser la critique d’Israël. Au Canada, après tout, nous avons toujours la liberté d’expression en vertu de la Charte des droits et libertés.

Cependant, nous avons vu comment la simple accusation d’antisémitisme – exacte et méritée ou entièrement fausse – a été utilisée pour entraver des carrières politiques.

Nous avons également vu comment la définition de l’IHRA a été utilisée pour punir les personnes et les organisations qui l’ont enfreinte. Le cas de l’Université de Winnipeg cité ci-dessus en est un exemple. Prétendant avoir utilisé la définition de l’IHRA, le responsable de la diversité de l’université a déclaré la réunion antisémite et l’université s’est excusée d’avoir autorisé la réunion.

Nous avons vu que B’nai Brith Canada utilise la définition IHRA pour décider quels événements devraient être ajoutés à leur vérification des incidents antisémites.

Enfin, nous avons vu que l’utilisation de plus en plus ouverte du terme antisémite pour qualifier ceux et celles qui critiquent Israël pourrait entraver des poursuites légitimes pour diffamation par les victimes de cette insulte.

C’est pourquoi les défenseurs des droits de la personne des Palestiniens et les partisans de la paix et de la justice au Moyen-Orient doivent redoubler de vigilance pour s’assurer que la définition de l’IHRA ne va pas plus loin et que la liberté d’expression et la raison reviennent.

Une version de cet article a été publiée pour la première fois dans Canadian Dimension le 10 juillet 2020, et une version étendue a été publiée dans SocialistProject.ca.

Adapté de: https://mondoweiss.net/2020/07/cancel-culture-and-the-israel-lobby/

Voir aussi: Uncovering Canadian Media’s Devastating Pro-Israel Bias https://readpassage.com/uncovering-canadian-medias-devastating-pro-israel-bias/

Distribué par PAJU (Palestiniens et juifs unis)

PAJUMONTREAL.ORG/FR