Biden, Israël et le peuple palestinien

Par Josh Ruebner

Le candidat présidentiel démocrate présumé Joe Biden, bénéficie actuellement d’une avance de six points selon un récent sondage national mené par USA Today / Suffolk University. Il n’est pas trop tôt pour spéculer sur ce à quoi pourrait ressembler une politique étrangère de l’administration Biden envers Israël et le peuple palestinien.

Biden est issu d’une époque révolue où démocrates et républicains ont fait preuve d’une loyauté inégalée envers Israël et totalement ignoré les droits des Palestiniens. Une administration Biden refléterait probablement cette vision dépassée du monde.

Le site Web de la campagne de Biden situe ses politiques à l’endroit d’ Israël et du peuple palestinien non pas dans le cadre de la politique étrangère états-unienne, mais comme une extension de son « bilan et plan d’amitié, de soutien et d’action» envers la «communauté juive ».

La confusion de Biden entre le plaidoyer israélien de la vieille école et les intérêts supposés d’une « communauté juive » monolithique imaginée est une mauvaise interprétation des divisions réelles au sein des communautés juives américaines à l’endroit d’Israël. À l’ère Trump et de suprématie blanche sans vergogne, cette double loyauté présumée contribue par inadvertance à l’idée des juifs américains comme étant l’ « Autre» et contribue à alimenter la malheureuse résurgence de l’antisémitisme aux États-Unis.

Pire encore est le contenu des positions et propositions de Biden, qui se distinguent à peine des politiques de Trump, malgré quelques critiques tièdes. Quatre des six « items » représentant les positions de Biden, démontrant son « soutien indéfectible à Israël », réitèrent son engagement à fournir des armes à Israël.

Un autre met en lumière son opposition au BDS, malgré la participation de nombreux juifs américains à ce mouvement pour les droits des Palestiniens. Il promet que son administration « rejettera fermement le mouvement BDS » sans fournir de détails, laissant potentiellement la porte ouverte à soutenir les efforts législatifs inconstitutionnels visant à empiéter sur la liberté d’expression des personnes qui défendent les droits des Palestiniens.

Alors que Biden promet d’« inverser la rupture destructrice des relations diplomatiques de l’administration Trump avec l’Autorité palestinienne» (astuce des conseillers de Biden: l’OLP, pas l’Autorité palestinienne, mène la diplomatie au nom du peuple palestinien) et de rétablir l’aide américaine, il est clair que Biden envisage une restauration du statu quo ante plutôt qu’un programme proactif pour promouvoir une solution juste.

Biden ne peut même pas se résoudre à soutenir sans équivoque l’option politique désuète de l’État palestinien. Au lieu de cela, il s’engage simplement à « maintenir vivante la perspective d’un résultat négocié pour deux États », sans doute par un processus de paix futile: des négociations dans le but de maintenir la fiction selon laquelle les négociations sont conçues pour produire un accord.

Reflétant le livre bien nommé de Branko Marcetic sur Biden, Yesterday’s Man, le candidat aspire également à un retour à l’ère révolue de la courtoisie bipartite envers Israël. Il jure de renverser « l’exploitation par Trump du soutien américain à Israël en tant que « game  politique », réduisant le vaste et probablement irréversible gouffre de l’opinion publique entre démocrates et républicains sur les politiques de l’actuel président.

Avant que le coronavirus ne mette un terme brutal à la campagne primaire démocrate, Biden a en outre démontré à quel point sa politique à l’égard d’Israël était en décalage avec la base du parti qu’il cherche à diriger. Alors que les porte-étendards progressistes Bernie Sanders et Elizabeth Warren, et même le centriste habilement emballé Pete Buttigieg, ont soulevé la possibilité de conditionner l’aide militaire à Israël, Biden a dénoncé cette idée avec véhémence. Biden a qualifié la proposition de déraisonnable d’«erreur gigantesque» et absolument scandaleuse», alors qu’elle a été soutenue par une majorité de démocrates dans un sondage de Brookings en 2018.

Non seulement Biden est en retard sur la base de son parti en ce qui concerne les droits des Palestiniens mais il semble également que sa dévotion envers Israël soit sincère, presque mystique, et touche à son identité même. En d’autres termes, ses positions sur Israël semblent immuables, un contraste frappant avec la malléabilité et la docilité d’un candidat qui n’est pas connecté à un ensemble cohérent de principes sous-jacents à ses politiques.

Dans la mesure où presque tout homme politique pourrait être crédité d’être authentique, le discours de Biden en 2011 à un rassemblement de 2000 rabbins et autres dirigeants juifs à Détroit mérite d’être cité assez longuement pour la lumière qu’il jette sur son identification avec Israël :

« Bien que… je n’aie pas été instruit dans une école juive, j’ai été éduqué dans les traditions du judaïsme. J’ai appris sur l’oppression et le génocide commis contre les juif et les liens historiques entre le peuple juif et la terre d’Israël. J’ai été éduqué à table par ce que mes amis juifs à la maison appellent – et vous le feriez vous-même- en tant que chrétien juste, en homme à qui on a a enseigné que sans vigilance, le refuge sûr d’Israël, cela pourrait se reproduire sans Israël.

J’ai eu des ennuis il y a quelques années… Il y a environ 18, 20 ans, je parlais à l’Organisation sioniste de Baltimore. Et j’ai déclaré « je suis sioniste », car j’ai appris qu’il n’est pas nécessaire d’être juif pour être sioniste. Le fait est que l’homme qui m’a élevé était absolument déterminé à ce que cela ne se reproduise plus, l’homme qui ne pouvait pas comprendre pourquoi il pourrait même y avoir un débat sur la création de l’État d’Israël. Cet homme était mon père.

Pour Biden, son engagement envers Israël est un mélange de piété filiale et de volonté à fermer les yeux sur l’oppression d’Israël comme un moyen d’apaiser sa conscience coupable de l’antisémitisme chrétien. Son mandat de plus de trois décennies au Sénat confirme également son soutien indéfectible à Israël et son insouciance totale envers les droits des Palestiniens. Cela ne peut-être mieux illustré que par son soutien indéfectible à la loi de 1995 sur l’ambassade de Jérusalem, la pièce législative la plus conséquente de la relation avec Israël que le Congrès américain a adopté au cours de sa carrière au Sénat.

Le projet de loi obligeait le président à déplacer l’ambassade des États-Unis de Tel Aviv à Jérusalem, mais permettait une échappatoire invoquée par les présidents Clinton, Bush, Obama, et même une fois par Trump, pour maintenir l’ambassade en place pour raison de sécurité nationale.

Adopté quelques mois plus tôt, Israël et l’OLP étaient censés avoir entamé des pourparlers sur le statut permanent et cet acte était une tentative provocatrice du Congrès de préjuger de ces questions en faveur d’Israël et était un signe avant-coureur de la politique de Trump. Comme Michael Arria l’a souligné la semaine dernière dans The Shift, voici une vidéo de Biden plaidant avec passion pour le projet de loi sur le parquet du Sénat tout en éludant complètement tout lien chrétien ou musulman avec Jérusalem ou les droits nationaux palestiniens.

Y a-t-il espoir qu’une administration Biden romprait avec le record du demi-siècle du candidat de «soutien indéfectible à Israël»? C’est très improbable, à moins que sa rhétorique antérieure n’ait été qu’un coup de baguette à jeter au besoin.

En effet, l’adoption par Biden des plans de Sanders et Warren sur les frais de scolarité des collèges et la réforme des procédures de mise en faillite, ainsi que son appropriation de leur rhétorique, confèrent certainement à la théorie que Biden est un politicien sans principes changeant de forme et disposé à adopter des politiques et des positions pour renforcer sa popularité. Potentiellement, Biden pourrait également faire volte-face sur Israël et le peuple palestinien s’il ressentait la pression de le faire par la base de son parti et d’un contingent croissant de membres démocrates du Congrès poussant au changement.

Adapté de: https://mondoweiss.net/2020/05/biden-israel-and-the-palestinian-people/?utm_source=mailpoet&utm_medium=email&utm_campaign=daily-email-mailpoet

Voir aussi: See also: Blinken reveals how Obama & Biden helped Israel’s 2014 Gaza massacre

https://israelpalestinenews.org/blinken-reveals-how-obama-biden-helped-israels-2014-gaza-massacre/?utm_source=If+Americans+Knew+Subscribers&utm_campaign=32b01309a5-IAK_Daily_Updates&utm_medium=email&utm_term=0_492062bf3f-32b01309a5-329689225

Distribué par PAJU (Palestiniens et juifs unis)

PAJUMONTREAL.ORG/FR