Inspirés par les protestations américaines, des ministres israéliens d’origine éthiopienne luttent contre la brutalité policière

Par Danny Zaken

18 juin 2020

Le meurtre de George Floyd  le 25 mai par un policier de Minneapolis et les manifestations qui ont suivi ont rappelé à de nombreux Israéliens des cas similaires ici au Moyen-Orient. Le plus important d’entre eux en Israël a été le meurtre de Salomon Tekah par un policier en juillet 2019. L’enquête officielle sur cet événement n’est pas encore terminée. À l’époque, Mazal Mualem a écrit dans Al-Monitor que la manifestation qui a éclaté après les funérailles de Tekah était l’une des plus violentes qu’Israël ait vues depuis la fondation du pays. Elle a donné la parole à la profonde crise de confiance entre un groupe marginalisé de la société israélienne et les divers services chargés de l’application des lois, dont la police et sa division des affaires internes. Pour les Israéliens d’origine éthiopienne, ces deux groupes incarnent le racisme institutionnalisé auquel ils sont confrontés en raison de la couleur de leur peau.

C’est peut-être la raison pour laquelle la première mesure prise par le vice-ministre de la Sécurité publique, Gadi Yevarkan (Likoud), lui-même enfant d’immigrés éthiopiens, a été de proposer une législation pour démanteler les Affaires internes et la remplacer par une nouvelle agence sous les auspices du ministère de la Justice. Dirigé par un juge, cet organe aurait des pouvoirs beaucoup plus étendus que ceux dont dispose actuellement la division des Affaires internes. En présentant son projet de loi, Yevarkan a déclaré que les policiers qui ne respectent pas la loi devraient être sévèrement punis.

La solution pour traiter efficacement l’attitude des autorités en général et des forces de l’ordre en particulier est probablement l’inclusion de Noirs – des Israéliens d’origine éthiopienne dans le cas d’Israël – et d’autres minorités à des postes clés. Dans le gouvernement d’unité actuel d’Israël, il y a deux de ces personnes. Le premier est bien sûr Yevarkan, qui a été nommé sous-ministre de la sécurité publique, qui est responsable de la police mais aussi de l’intégration des immigrés éthiopiens dans la police. Un poste encore plus élevé est occupé par la membre de la Knesset, Pnina Tamano-Shata ( parti Bleu et Blanc), ministre de l’intégration des immigrants. Elle est la première femme de la communauté éthiopienne à servir à la Knesset, et elle est également la première de cette communauté à être élue au poste de ministre.

Tamano-Shata a déjà fait preuve de sa détermination par rapport aux défis auxquels elle a fait face depuis son plus jeune âge. Née dans le district de Gondar en Éthiopie, elle avait trois ans lorsqu’elle a immigré en Israël dans le cadre de l’opération Moses, avec son père et cinq frères et sœurs. Ils ont traversé le désert du Soudan à pied jusqu’à ce qu’ils atteignent un point de rencontre éloigné, d’où ils ont été transportés par avion vers Israël. L’histoire de l’immigration de la communauté par le biais du Soudan est racontée dans le film «Red Sea Diving Resort», ou comme on l’appelle aussi, Operation Brothers (2019).

Dans des interviews qu’elle a accordées après sa nomination, Tamano-Shata a décrit la fillette de trois ans qui a parcouru le désert en Israël sans sa mère, son adolescence en Israël et les luttes qu’elle a menées – et continue de mener – au nom de la communauté, son intégration et son acceptation de l’autre, mais aussi contre le racisme et la discrimination flagrants.

C’est aussi une combattante. Alors qu’elle n’avait que cinq ans, elle a rejoint son père lors d’une manifestation devant la Knesset contre le grand rabbinat, qui a remis en question l’identité juive des immigrants éthiopiens et a exigé qu’ils se reconvertissent. Elle a poursuivi la lutte en tant que jeune membre de la Knesset. Cela est intervenu dans le sillage d’un rapport d’enquête, qui a révélé que des mohels sans licence et inexpérimentés étaient envoyés pour circoncire les enfants en bas âge des immigrants éthiopiens, parce que: «Ils ne comprennent pas. Ils ne le sentiront jamais si le mohel fait une coupe tordue».

Après avoir demandé que l’affaire soit portée devant le Comité de l’intérieur de la Knesset, elle a prononcé un discours passionné, déclarant: «Nous sommes devenus des pions entre les mains d’antisémites qui détestent les Juifs. Personne n’a le droit de contester notre judaïsme. … Est-ce à cause de ma couleur de peau? Si cela arrivait aux immigrants d’Europe, il y aurait un chahut mondial. C’est un pays qui déteste les Noirs et les Juifs. Mon grand-père a porté le rouleau de la Torah de notre village jusqu’en Israël, et vous vous demandez s’il est juif?»

Ces propos durs ont provoqué une énorme agitation à l’époque, mais même maintenant qu’elle fait partie du gouvernement, elle prétend être là pour inciter au changement, mais de l’intérieur. Après l’incident de George Floyd et les manifestations qui ont suivi, Tamano-Shata a déclaré que la police israélienne et le gouvernement lui-même devaient se réveiller et montrer qu’ils étaient conscients du racisme et de la discrimination systémiques, en particulier au sein des forces de l’ordre. Elle a fait valoir que la société israélienne ne peut plus accepter les distorsions structurelles qui entraînent un nombre disproportionné d’Éthiopiens en prison, compte tenu de leur pourcentage global de la population. En outre, il y a beaucoup plus d’enquêtes policières centrées sur les Israéliens et les Éthiopiens qui sont accusés de délits particulièrement mineurs. En d’autres termes, la communauté est confrontée à une police excessive.

Des manifestations ont éclaté en 2015 après qu’un soldat éthiopien du nom de Damas Pakada a été battu par un membre de la police anti-émeute. Ces manifestations sont rapidement devenues des émeutes. Les manifestants ont lancé des pierres et des bouteilles sur la police et brisé les vitrines des magasins; la police a riposté avec des grenades assourdissantes, des canons à eau et des gaz lacrymogènes. À bien des égards, ces manifestations rappellent davantage les événements récents aux États-Unis. Le gouvernement a réagi en décidant, entre autres, de créer une unité de lutte contre le racisme. La nouvelle unité a recommandé l’abandon de milliers d’affaires contre de jeunes Israéliens d’origine éthiopienne accusés de délits mineurs. L’unité recueille également des données sur les racismes institutionnels et autres. Son dernier rapport, datant de 2019, a révélé que 37% des plaintes qu’il a traitées provenaient de la communauté israélo-éthiopienne. Le rapport note également que si les Juifs d’origine éthiopienne représentent 1,7% de la population, ils représentent 3,27% du nombre de personnes arrêtées.

Après l’incident de George Floyd, Yevarkan a écrit sur Facebook: «Il s’agit de l’un des événements les plus racistes, les plus cruels et les plus meurtriers jamais enregistrés. L’affaire prouve à nouveau que le racisme est une arme mortelle. … La violence policière contre les Noirs est un fléau, de nombreux pays dans le monde se battant contre elle. … Ici en Israël, nous avons aussi beaucoup à faire. Les policiers et les femmes doivent comprendre qu’ils ont un pouvoir énorme, mais aussi qu’ils doivent l’utiliser proportionnellement, conformément à la loi, au bon sens et aux bonnes mœurs. Une chose que les gens doivent savoir, c’est que les citoyens blancs d’Israël se sentent en sécurité quand il y a une voiture de police dans le quartier, tandis que les citoyens noirs d’Israël ne se sentent pas du tout en sécurité».

Le fait même que Yevarkan et Tamano-Shata aient été nommées à des postes élevés au sein du gouvernement est particulièrement important pour la lutte contre le racisme institutionnel. Leur test sera de savoir si elles parviennent à apporter un réel changement dans les années à venir.

Adapté de: https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2020/06/israel-us-ethiopia-george-floyd-racism-police-brutality.html#ixzz6PkTzf27o

Voir: Plight of Ethiopian Israelis (Video)

https://www.presstv.com/Detail/2019/03/13/590893/Plight-of-Ethiopian-Israelis

Distribué par PAJU (Palestiniens et juifs unis)

PAJUMONTREAL.ORG/FR