Comment les députés fédéraux canadiens du groupe interparlementaire Canada-Israël sont à la table de l’apartheid

par Bruce Katz

Le 11 juin 2020

Les caractéristiques de la domination coloniale d’Israël sur la population palestinienne soumise sont déjà largement reconnues comme étant un apartheid. Lorsque le gouvernement d’Israël a adopté la « loi sur l’État-nation juif », Israël a officiellement approuvé l’apartheid, en violation flagrante du droit international et des droits de la personne.

La loi sur l’État-nation l’emporte sur toutes les autres lois jugées contradictoires à cette loi fondamentale et stipule sans équivoque que seuls les juifs ont le « droit à l’autodétermination nationale » en Israël, privant de leurs droits et de leurs intentions 1,5 million de citoyens israéliens d’origine palestinienne (environ 20 pour cent de la population d’Israël).

Israël a ratifié la Déclaration universelle des droits de l’homme tout en la violant en toute impunité. Il nie qu’il s’agit d’un État d’apartheid, choisissant de définir « l’apartheid » comme une référence à la couleur de la peau, en référence à l’expérience d’apartheid sud-africaine, limitant ainsi la définition de la «race». Résolution 2106 de l’Assemblée générale des Nations Unies (21 décembre, 1965) définit la « race » dans les termes suivants:

1ère partie (traduit de l’anglais par l’auteur)

Article 1.

  1. Dans la présente Convention, le terme « discrimination raciale » désigne toute distinction, exclusion, restriction ou préférence fondée sur la race, la couleur, l’ascendance ou l’origine nationale ou ethnique qui a pour objet ou pour effet d’annuler ou de compromettre la reconnaissance, la jouissance ou l’exercice, sur un pied d’égalité, des droits de la personne et des libertés fondamentales dans les domaines politique, économique, social, culturel ou tout autre domaine de la vie publique.

Article 2 

  1. Les États associés condamnent la discrimination raciale et s’engagent à poursuivre par tous les moyens appropriés et sans délai une politique d’élimination de la discrimination raciale sous toutes ses formes et à promouvoir la compréhension entre toutes les races et, à cette fin: a) Chaque État associé s’engage à ne commettre aucun acte ou pratique de discrimination raciale à l’encontre de personnes, groupes de personnes ou institutions et à veiller à ce que toutes les autorités publiques et institutions publiques, nationales et locales, agissent conformément à cette obligation; b) Chaque État associé s’engage à ne pas parrainer, défendre ou soutenir la discrimination raciale d’aucune personne ou organisation;

De toute évidence, Israël enfreint les principes de la résolution 2106 des Nations Unies sur la lutte contre la discrimination raciale. Israël a entrepris une politique d’expropriation illégale de terres palestiniennes et de destruction de domiciles palestiniens depuis 1948 (plus de 40 000 maisons palestiniennes ont été démolies depuis 1967). Il menace désormais d’annexer une grande partie de la Cisjordanie palestinienne occupée, y compris la vallée du Jourdain, conformément au projet du Grand Israël.

Le débat actuellement mené par les diplomates et autres, porte uniquement sur le caractère de jure de l’annexion. Ce qu’il faut comprendre, c’est que cette annexion existe déjà sur le terrain. Il est le résultat d’un processus bien planifié et systématique d’expropriation des terres et de nettoyage ethnique. Cela a forcé la population palestinienne dans des enclaves disjointes, traversées par une myriade de barrières telles que plusieurs centaines de points de contrôle, des autoroutes de contournement clôturées pour les juifs seulement, destinées à relier les colonies israéliennes illégales entre elles. Ces routes de contournement traversent le territoire environnant en le découpant et le mur de séparation illégal (jugé illégal par la Cour internationale de Justice en 2004) entoure la Cisjordanie.

Gaza fait l’objet d’un blocus illégal qui dure depuis plus de 12 ans, ce qui constitue une punition collective, un crime contre l’humanité dont Israël est coupable. (1) L’éminente journaliste israélienne Amira Hass a fait référence à Gaza où les conditions de vie sont horribles comme étant un «camp de concentration». Le blocus illégal et criminel de Gaza continue avec le silence complice des classes politiques moralement en faillite.

Israël prétend qu’étant physiquement absent à Gaza même, sa présence à la frontière de Gaza ne constitue pas une punition collective. Israël détient néanmoins un contrôle total sur Gaza, ce qui signifie qu’en vertu du droit international, Israël est responsable du bien-être de la population de Gaza. Par conséquent, Israël est coupable d’un crime contre l’humanité vis-à-vis de son blocus illégal de Gaza. Dans le Neguev, Israël a passé plus d’une décennie à chasser les Bédouins de leurs terres, conformément à la déclaration de Benjamin Netanyahu selon laquelle il devrait y avoir une « majorité juive » vivant dans le Neguev.

Les atrocités infligées aux Palestiniens sont si nombreuses que je ne tenterai pas de toutes les énumérer ici. Elles occuperaient un livre entier. Qu’il suffise de dire qu’en cette période de pandémie de COVID-19, Israël a démoli des cliniques médicales en Cisjordanie et à Gaza et a arrêté des médecins spécialistes dont la population palestinienne a tant besoin. La destruction de maisons palestiniennes et le déplacement de familles palestiniennes à Jérusalem-Est se poursuivent.

Nous avons tous été témoins de l’exécution brutale de George Floyd – un véritable lynchage retransmis à des observateurs horrifiés dans le monde entier – ce qui a entraîné des manifestations massives contre la brutalité policière et les gouvernements autoritaires pratiquement partout dans le monde.

La connexion nord-américaine

Cela pourrait vous intéresser de savoir que de nombreuses forces de police aux États-Unis (et au Canada) participent à des sessions de formation spéciales en Israël. En effet, les forces de police du Minnesota, dont quatre membres étaient impliqués dans le meurtre de George Floyd, ont reçu une formation en Israël.

Aux États-Unis, les organisations pro-israéliennes financent souvent les échanges entre la police américaine et leurs homologues israéliens. Il en va de même pour des organisations similaires au Canada vis-à-vis des forces policières canadiennes. Ils sont partenaires de la violence et du racisme systématique. (2)

Adam Palmer

✔ @ChiefPalmer

Pleasure to meet with @israelpolice Major General Avshalom Peled today – insightful leader! #training #diversity #CounterTerrorism @IL_police @VancouverPD @CanadianFSWC @JewishVancouver

2:36PM-Jul 8, 2018

Imaginez alors, un groupe de députés canadiens représentant quatre des cinq partis fédéraux siégeant à la Chambre des communes, soutenant implicitement, sinon explicitement, le régime brutal d’apartheid d’Israël en participant au Canada Israel Inter-parliamentary Group qui fonctionne comme groupe de pression interne dont la fonction est de normaliser et, par conséquent, de blanchir le régime d’apartheid d’Israël. Au sein de ce groupe siègent 19 députés du Bloc québécois (sur 32 députés du Bloc québécois siégeant à la Chambre des communes), 18 députés conservateurs, 16 députés libéraux, 2 néo-démocrates et 9 sénateurs. (3)

Le lobby israélien au Canada est puissant et bien organisé (4) et est toujours présent dans les couloirs du pouvoir, tout comme d’autres lobbies, il convient de le noter. Cependant, il existe peu d’autres lobbies qui correspondent à leur influence. La présence de tant de députés de divers partis politiques au sein du Canada Israel Inter-parliamentary Group témoigne de cette influence.

Il y a cependant des changements sur le terrain. Ils peuvent sembler à peine perceptibles, mais ils sont là. Les mouvements de masse contre le racisme et l’autoritarisme qui ont été déclenchés par le meurtre brutal de George Floyd – martyr pour tous ceux qui recherchent la justice et un phare contre les ténèbres du racisme – est le signe avant-coureur de changements encore à venir. Tout récemment, des manifestations de masse contre la brutalité policière et les tirs aveugles de Palestiniens par la police israélienne ont eu lieu à Tel Aviv où des jeunes – juifs israéliens et Palestiniens israéliens- ont brandi des drapeaux palestiniens au mépris ouvert du régime fasciste d’Israël.

C’est le réveil. C’est un avertissement à tous les régimes politiques trop complaisants qui croient pouvoir agir en toute impunité. Cela envoie également un message aux députés à Ottawa.

Bruce Katz est enseignant à la retraite. Il est membre fondateur et actuel co-président de PAJU (Palestiniens et juifs unis)

Adapté de: https://www.thecanadafiles.com/the-middle-east/cmpic

Distribué par PAJU (Palestiniens et juifs unis)

PAJUMONTREAL.ORG/FR