Cela pourrait vous intéresser de savoir que de nombreuses forces de police aux États-Unis (et au Canada) participent à des séances de formation spéciales en Israël. En effet, les forces de police à Minnesota, dont quatre membres étaient impliqués dans le meurtre de George Floyd, ont reçu une formation en Israël. (Voir le lien vers le reportage LES FLICS QUI ONT TUÉ GEORGE FLOYD AVAIENT REÇU UNE FORMATION EN ISRAËL qui suit l’article ci-dessous.)

Aux États-Unis, des organisations pro-israéliennes financent souvent des échanges entre la police américaine et leurs homologues israéliens. Il en va de même pour des organisations similaires au Canada vis-à-vis des forces policières canadiennes. Ce sont des partenaires de la violence et du racisme systémique.

BLACK LIVES MATTER! PALESTINIAN LIVES MATTER! À BAS LE RACISME! À BAS L’APARTHEID!

« Échange mortel »: la police raciste américaine a des racines en Israël

Par Miko Peled

Au cours de sessions de formation en Israël, des délégations de la police américaine rencontrent les forces militaires, la police et les services de renseignement israéliens ont enseigné ce qu’Israël appelle le contre-terrorisme, mais il ne s’agit en fait que de « raffiner les méthodes de profilage racial ».

Le racisme et la violence contre les personnes de couleur aux États-Unis n’ont rien de nouveau. En fait, les États-Unis, qui prétendent être «la terre de la liberté », ont toujours été un État raciste, génocidaire et violent. Il a été fondé sur le génocide des autochtones et sur le dos des esclaves africains. Les États-Unis ont commis des crimes de guerre des plus flagrants de l’histoire de l’humanité, y compris le génocide, l’utilisation d’armes nucléaires, la destruction des démocraties et le soutien aux dictateurs meurtriers du monde entier, et la liste ne cesse de s’allonger depuis les premiers jours de l’Union à ce jour.

L’État d’Israël, qui est historiquement récemment créé, a également été fondé sur le génocide et le racisme. Depuis près de cent ans, le mouvement sioniste qui a créé Israël s’est engagé dans une campagne brutale pour débarrasser la Palestine de sa population indigène et donner leur terre aux colonisateurs juifs. Il ne faut donc pas s’étonner que de bonnes relations existent entre les États-Unis et Israël.

Il existe d’innombrables domaines de la vie aux États-Unis dans lesquels Israël et diverses organisations sionistes influencent et interviennent. La Fédération juive, la Ligue anti-diffamation et l’AIPAC sont les plus connues mais ne sont que trois des innombrables organisations qui opèrent dans les cinquante États et poursuivent sans relâche les intérêts israéliens dans toutes les facettes de la vie américaine.

Ces organisations s’ingèrent dans les élections américaines en injectant de l’argent dans les campagnes des candidats pro-israéliens; ils sont en train d’influencer fortement l’issue des procès où les accusés sont arabes ou musulmans, et ils financent des campagnes pour éditer et réécrire les programmes dans les écoles publiques afin que le Moyen-Orient soit toujours enseigné d’une manière qui soutienne le récit sioniste.

Un échange mortel

Alors que le clip vidéo d’un officier de police du Minnesota étouffant lentement et vicieusement George Floyd est devenu viral, de nombreuses personnes, dont moi-même, se sont souvenues de la Palestine. L’officier Derek Chauvin, qui a mis nonchalamment son genou sur le cou de George Floyd, aurait pu facilement être un soldat israélien ou un officier de police tenant un Palestinien. La façon dont il s’est assis là, a mis un genou sur le cou de Floyd, ignorant Floyd qui a répété à plusieurs reprises qu’il ne pouvait pas respirer, ignorant Floyd alors qu’il le suppliait de lui permettre de respirer et ignorant le fait que l’homme sous son genou étouffait lentement à mort. Il est clair que ce policier était un prédateur et George Floyd n’était que sa proie.

Cela se produit en Amérique tout comme en Palestine. Les similitudes ne sont pas une coïncidence et elles pourraient bien être le résultat de ce qui est devenu connu sous le nom de «Deadly Exchange», une collaboration entre les deux États racistes qui ne voient aucun problème à exécuter et à observer la mort lente et angoissante des Noirs et des Bruns.

Deadly Exchange est le nom d’une campagne visant à mettre fin à la collaboration entre les services de police des États-Unis et ceux de l’État d’Israël. Les organisateurs de la campagne ont publié un rapport détaillé qui décrit la coopération entre les forces de l’ordre aux États-Unis et en Israël. Le rapport énumère également les dangers et les menaces que cet échange représente pour les personnes de couleur aux États-Unis.

Démocratie et sécurité israéliennes

Israël est présenté à tort comme une démocratie confrontée à une menace perpétuelle. En réalité, c’est un État d’apartheid et son appareil de sécurité n’est dédié ni à la sûreté ni à la sécurité comme il le prétend, mais plutôt à l’assujettissement des Palestiniens. Au cours de sessions de formation en Israël, les délégations des forces de l’ordre américaines rencontrent les forces militaires, policières et de renseignement israéliennes. On leur donne des «opportunités» pour apprendre ce qu’Israël appelle le contre-terrorisme, mais ce n’est en fait rien de plus que «raffiner les méthodes de profilage racial».

Profitant cyniquement des attentats du 11 septembre, quelques mois après les attentats, les représentants américains chargés de l’application des lois se sont rendus en Israël pour leurs premières expéditions officielles de formation. Le but était d’apprendre de la soi-disant «expertise» d’Israël dans ce que l’on a appelé le contre-terrorisme. Le contre-terrorisme, il convient de le noter ici, est un euphémisme pour les moyens violents utilisés pour asservir les personnes opprimées.

Selon Deadly Exchange, la toute première délégation en Israël comprenait des chefs de police et des députés de Californie, du Texas, du Maryland, de la Floride et de New York. La délégation comprenait également des agents du FBI et de la CIA, de futurs officiers de l’ICE et des directeurs de la sécurité du MTA de New York.

Parmi les commanditaires de ce programme d’échange figurent la Ligue anti-diffamation (ADL), qui prétend lutter contre la diffamation du peuple juif, mais qui se consacre en fait à la diffamation des Arabes et des musulmans, et l’Institut juif pour les affaires de sécurité nationale (JINSA). La JISNA affirme qu’elle est dédiée à «éduquer les décideurs du Congrès, de la sécurité nationale militaire et civile sur la défense et les intérêts stratégiques américains», dont la pierre angulaire, selon JINSA, «est une solide coopération de sécurité américano-israélienne». Les deux groupes sont des organisations sionistes bien financées qui se consacrent à la promotion et à la défense de la violence et du racisme israéliens quoi qu’il arrive.

Racisme systémique

L’une des nombreuses similitudes entre Israël et les États-Unis est leur propension au racisme systémique. Dès le début, Israël a imposé un régime d’apartheid en Palestine occupée et les citoyens palestiniens d’Israël sont soumis à un profilage systématique. Cela signifie que les interactions avec la police israélienne conduisent régulièrement à «un usage excessif et souvent mortel de la force déployée en toute impunité».

Comme c’est le cas aux États-Unis où les Américains noirs et bruns constituent la majorité de la population carcérale, dans les prisons israéliennes, les citoyens palestiniens d’Israël représentent un nombre disproportionné de personnes incarcérées. Un rapport dans la publication israélienne Mekomit (https://www.mekomit.co.il) déclare que les citoyens palestiniens d’Israël, qui représentent environ 20% de la population totale, représentent plus de 40% de la population carcérale, en fait, selon Mekomit, seulement environ un quart des prisonniers détenus dans les prisons en Israël sont juifs, et parmi les mineurs détenus dans les prisons israéliennes, seulement 13 pour cent sont juifs.

Si nous incluons les «prisonniers de sécurité», qui viennent de la Cisjordanie palestinienne occupée, de Jérusalem et de la bande de Gaza, les chiffres sont encore plus grotesques, portant le pourcentage de Palestiniens au sein de la population carcérale israélienne à 73%.

La police israélienne utilise une politique officielle selon laquelle une population entière est coupable jusqu’à preuve du contraire et cela fait naturellement partie de la soi-disant formation antiterroriste offerte par Israël. Il renforce le profilage racial institutionnalisé et même le ciblage des mouvements sociaux qui réclament la justice raciale.

Le gouvernement israélien utilise de fausses allégations de «terrorisme» pour traiter tous les Palestiniens comme des combattants ennemis potentiels. L’excuse du terrorisme est également utilisée pour soumettre les Palestiniens à un système de lois différent, ce qui conduit inévitablement à davantage de services de police et à des taux d’incarcération plus élevés.

Media

La formation offerte par Israël comprend également des méthodes de contrôle des médias. Les membres des forces de l’ordre qui ont reçu la formation ont déclaré avoir «appris comment intervenir et façonner l’accès des médias et la couverture des violences commises par l’armée et la police». Les méthodes israéliennes enseignées comprennent comment utiliser les médias comme bras du gouvernement et «recadrer la couverture de la violence de l’État»

Le gouvernement israélien utilise le bureau de la censure militaire pour contrôler tous les rapports sur le recours à la force par Israël. Il passe également en revue tous les livres et autres documents avant de les mettre à la disposition du public. Le bureau du porte-parole de Tsahal, qui cède également le pouvoir aux journalistes israéliens, agit en tant que bureau de relations publiques de facto d’Israël, limitant et façonnant la couverture locale de ce qu’il considère comme des « affaires de sécurité ».

Il convient de noter qu’en Israël, il y a très peu de critiques en ce qui concerne le travail de l’armée et d’autres agences de sécurité et les journalistes travaillent en étroite collaboration avec l’armée pour présenter sa violence contre les Palestiniens comme justifiée. La dissidence palestinienne, même lorsqu’elle s’exprime selon les méthodes les plus pacifiques, est régulièrement signalée comme de la violence et du terrorisme.

Israël a «normalisé» le recours à la force militaire pour éradiquer les manifestations populaires, contribuant ainsi à porter atteinte aux droits civils fondamentaux des Palestiniens. Ces méthodes violentes et énergiques de contrôle de la dissidence sont montrées aux délégations de la police américaine à travers des briefings et même des manifestations en direct.

Parallèles à la Palestine

Les violentes rencontres des communautés noires aux États-Unis avec la police ont conduit de nombreuses personnes à établir des parallèles entre les Palestiniens et les personnes de couleur aux États-Unis. Cela a créé un véritable sentiment de solidarité entre les mouvements sociaux américains et la lutte palestinienne pour la libération, une solidarité qui devient de plus en plus forte et peut potentiellement renverser le courant de l’opinion publique sur cette question aux États-Unis.

Dans son rapport, la Deadly Exchange Campaign exige que «le gouvernement américain mette fin à ses violences au nom de la sécurité». Le rapport indique également que «nous espérons que les gouvernements locaux à l’échelle nationale tiendront compte des appels des communautés à travers la Palestine et les États-Unis pour aider à construire un monde avec une sécurité réelle que nous pouvons tous habiter dans la dignité».

Miko Peled est un auteur et militant des droits de la personne né à Jérusalem. Il est l’auteur de The General’s Son. Journey of an Israeli in Palestine,” and “Injustice, the Story of the Holy Land Foundation Five.”

Adapté de: https://www.mintpressnews.com/deadly-exchange-america-racist-policing-training-roots-israel/268007/

! ! ! Lire aussi: LES FLICS QUI ONT TUÉ GEORGE FLOYD AVAIENT REÇU UNE FORMATION EN ISRAËL https://europalestine.com/2020/06/04/les-flics-qui-ont-tue-george-floyd-avaient-recu-une-formation-en-israel/

  • With Whom are Many U.S. Police Departments Training? With a Chronic Human Rights Violator – Israel

https://blog.amnestyusa.org/middle-east/with-whom-are-many-u-s-police-departments-training-with-a-chronic-human-rights-violator-israel

  • Police Chief Adam Palmer of Vancouver Police Department

https://twitter.com/chiefpalmer/status/1016028252089901056?lang=en

Jul 8, 2018Pleasure to meet with @israelpoliceMajor General Avshalom Peled today – insightful leader! #training #diversity #CounterTerrorism @IL_police@VancouverPD@CanadianFSWC@JewishVancouver

 

  • ‘He’s Disabled,’ the Caregiver Screamed. ‘I’m With Her,’ Eyad Cried. The Cop Opened Fire Anyway

https://www.haaretz.com/israel-news/.premium.MAGAZINE-he-s-disabled-the-aide-yelled-i-m-with-her-eyad-cried-the-cop-still-shot-him-1.8896746?utm_source=traffic.outbrain.com&utm_medium=referrer&utm_campaign=outbrain_organic

Distribué par PAJU (Palestiniens et juifs unis)

PAJUMONTREAL.ORG/FR