• Post author:
  • Post category:Articles

Montréal le 22 juin 2020

PAJU (Palestiniens et juifs unis) envoie ses félicitations à Just Peace Advocates et à Canadian Foreign Policy Institute pour la réussite de leur campagne visant à empêcher le Canada d’accéder à un siège au Conseil de sécurité des Nations Unies. Le gouvernement du Canada ne méritait pas ce siège étant donné son soutien inconditionnel au régime d’apartheid d’Israël aux dépens des droits des Palestiniens. Par ailleurs, son soutien au groupe autoritaire Lima Group et sa participation à une tentative de coup d’État au Venezuela, son soutien aux régimes répressifs en Haïti et au Honduras, son soutien tacite au coup d’État en Bolivie qui a destitué son chef autochtone, et les politiques du gouvernement Trudeau à l’égard des nations autochtones du Canada se traduisent par une politique étrangère peu différente de celle de la précédente administration Harper.

Le PAJU est fier de déclarer qu’il a été parmi les toutes premières organisations à signer la lettre ouverte envoyée à 193 diplomates des Nations Unies par Karen Rodman de Just Peace Advocates leur demandant d’accorder les deux sièges temporaires disponibles du Conseil de sécurité à la Norvège et à l’Irlande plutôt qu’au Canada. Plus de 100 organisations et de nombreux universitaires ainsi que des personnalités publiques bien connues telles que Roger Waters, Noam Chomsky, Richard Falk et John Dugard ont signé cette lettre.

Depuis 2000, sous des administrations successives inconditionnellement pro-israéliennes, le Canada a voté «non» à 166 résolutions différentes de l’Assemblée générale des Nations Unies sur la Palestine, confirmant son statut comme un simple satellite de la politique étrangère de Washington. L’Irlande et la Norvège, d’un autre côté, ont massivement soutenu la Palestine aux Nations Unies. Depuis 2000, l’Irlande a voté « Oui » 251 fois et la Norvège « Oui » 249 fois à des résolutions de l’ONU relatives aux droits des Palestiniens.

Depuis le début du mandat du gouvernement Trudeau, le Canada n’a appuyé qu’une seule résolution pro-palestinienne à l’Assemblée générale de l’ONU. Il a voté contre des résolutions en faveur de la Palestine  plus de 50 fois, choisissant à plusieurs reprises de s’opposer à toute tentative de condamner Israël pour ses violations des droits de la personne et ses colonies de peuplement illégales, et contre le soutien à la lutte palestinienne pour les droits civils et pour l’autodétermination.

En novembre 2018, lors d’une visite officielle en Israël, la ministre des Affaires étrangères de l’époque, Chrystia Freeland, a déclaré qu’elle espérait qu’un siège au CSNU permette au Canada de servir d ‘ »atout pour Israël« . Cela a sans aucun doute joué un rôle dans la défaite du Canada aux Nations-Unies le 17 juin dernier.

Les choix de politique étrangère serviles, mal planifiés et inefficaces du Canada ont été mis à nu. Le geste symbolique de premier ministre canadien qui met un genou sur le sol en soutien aux Afro-Américains brutalisés par la police –alors que beaucoup de ces policiers ont suivi une formation en Israël – tout en prêtant son soutien inconditionnel au régime d’apartheid à Tel Aviv est dépourvu de sens.

Sous Justin Trudeau, la politique étrangère du Canada a été administrée directement par le bureau du premier ministre, tandis que le département de Global Affairs a été mis de côté. Cela doit cesser, tout comme les politiques du gouvernement canadien à l’endroit du Moyen-Orient, en particulier l’appui à la question des droits inaliénables des Palestiniens en vertu du droit international. Un changement majeur dans la politique étrangère du Canada doit permettre des sanctions contre Israël; un autre consiste à faire pression sur Israël pour qu’il mette fin à son blocus illégal et inhumain de Gaza.

Le PAJU réitère son engagement à poursuivre sa participation à la campagne de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) contre Israël. Il est à noter que PAJU a été l’une des premières organisations au Québec (et au Canada) à endosser et participer à la campagne BDS demandée en 2005 par 170 organisations en Palestine représentant la société civile palestinienne. Nous continuerons à soutenir le BDS jusqu’à ce que les Palestiniens soient libres. En route vers la victoire!

–   30  –

Information :

Bruce Katz      (514) 582-1642