Notre bulletin « Que cesse l’occupation » est publié hebdomadairement.

Que cesse l’occupation » No. 1039

 Israël: les projets routiers de l’Apartheid

L’expansion des routes de contournement des colons en Cisjordanie a été essentielle pour transformer « l’occupation temporaire » d’Israël en une réalité permanente à un seul État.

Par Ahmad Al-Bazz et Edo Konrad

« Alors que le monde commençait à être ébranlé par l’épidémie de la Covid-19 en mars 2020, les autorités israéliennes étaient occupées par une série de projets d’infrastructure dans toute la Cisjordanie occupée. Ces projets comprennent l’installation d’une nouvelle section du mur de séparation, la construction de ponts de contournement pour les colons israéliens, le creusement de tunnels et l’approbation de routes de séparation réservées aux Palestiniens dans divers endroits à l’est et au sud-est de Jérusalem. En poursuivant ces initiatives, Israël a travaillé avec acharnement pour réaliser sa future conception géographique et démographique de la Cisjordanie, transformant ce qui était autrefois décrit par beaucoup comme une « occupation temporaire » en une réalité permanente d’apartheid.

L’un de ces projets a été l’extension de la route 60 – communément appelée « route des tunnels » –, la principale route menant de Jérusalem vers le sud, aux colonies de Cisjordanie, entre Bethléem et Hébron. Située entre Beit Jala et Bethléem, la route se trouve entre deux murs de béton géants et ne sert qu’aux véhicules portant des plaques d’immatriculation israéliennes jaunes. (suite…)

Continuer la lecture Que cesse l’occupation » No. 1039

Que cesse l’occupation » No. 1038

Un message retentissant de Bethléem

Par Sami Abu Shehadeh

le 26 décembre 2020

Les Palestiniens ont droit à un avenir de paix basé sur la justice, la tolérance et le respect.

Les développements politiques qui ont eu lieu en 2020 devraient être correctement compris afin de rendre l’année 2021 meilleure pour tous.

Le gouvernement de Trump laisse derrière lui un legs d’incitation à la haine et d’utilisation de la religion comme d’une arme contre les droits du peuple palestinien.

Le gouvernement israélien sera bientôt dispersé et la quatrième élection en moins de deux ans aura lieu au printemps ; pourtant il n’y a aucun signe que ses politiques d’annexion dans les territoires occupés, son incitation contre les citoyens palestiniens d’Israël et leur discrimination institutionnalisée vont se terminer rapidement.

C’est le contexte dans lequel nous devrions aborder le Noël de cette année en Terre sainte occupée : Bethléem, le lieu de naissance de Jésus, a connu une « nuit silencieuse » avec très peu de pèlerins et presqu’aucune activité touristique, à cause de la Covid-19. La cité est assiégée par des milliers de nouvelles unités de colonisation israéliennes illégales construites sur ses terres. (suite…)

Continuer la lecture Que cesse l’occupation » No. 1038

Que cesse l’occupation » No. 1037

Ô petite ville de Bethléem

Par Francis A. Boyle

le 3 décembre 2010

C’était en décembre 1991 et j’étais conseiller juridique de la délégation palestinienne aux négociations de paix au Moyen-Orient à Washington DC. Les Israéliens bloquaient les négociations, ne négociant même pas de mauvaise foi, et les Américains sous Baker et Ross ne faisaient rien pour lancer les négociations.

Cela durait déjà depuis 3 semaines et Noël approchait rapidement. Ceux d’entre nous de l’équipe palestinienne qui étions chrétiens se demandaient si nous allions pouvoir rentrer à la maison pour Noël – beaucoup de Palestiniens sont chrétiens, les chrétiens d’origine, retournant à Jésus-Christ et aux apôtres eux-mêmes. Je revenais régulièrement avec ma femme et mes deux fils à l’époque – des petits garçons. Ma pauvre et douce épouse devait faire tous les préparatifs de Noël toute seule sans moi. (suite…)

Continuer la lecture Que cesse l’occupation » No. 1037

Que cesse l’occupation » No. 1036

Les occupants du monde s’unissent!

Par Michael Sfard

Occupation. Des milliers de membres de la nation occupée sont des réfugiés dans les pays de la région. L’organisation qui représente les occupés est illégale et nombre de ses militants sont en état d’arrestation. Depuis des décennies, les organisations internationales de défense des droits de la personne signalent que la liberté d’expression des opposants au régime dans le territoire occupé est limitée et que tenter d’obtenir l’indépendance est considéré comme un sabotage.

L’occupant a construit des colonies dans le territoire occupé et y a transféré des centaines de milliers de ses citoyens. Les manifestations contre l’occupation et les colonies et en faveur de l’indépendance rencontrent une opposition disproportionnée, telle l’utilisation de balles en caoutchouc, et leurs organisateurs sont arrêtés. Même les militants des droits de la personne de la nation occupée, qui travaillent au bénéfice des occupés, sont la cible de provocation et de délégitimation. (suite…)

Continuer la lecture Que cesse l’occupation » No. 1036