» Que cesse l’occupation » No. 954

Cadeaux de Trump à Israël. Liste pour 2018   2e partie

Ces politiques américaines ont encouragé Netanyahu, qui remplit un cinquième mandat en tant que premier ministre, à se vanter de maintenir à jamais la souveraineté israélienne sur une « Jérusalem unie », en tant que « capitale éternelle » et à promettre de ne jamais abandonner le contrôle d’Israël sur aucun territoire palestinien à l’ouest du Jourdain. Il s’est également engagé à annexer toutes les colonies juives illégales de Cisjordanie. Entre-temps, les dirigeants palestiniens et les dirigeants arabes n’ont fait guère plus que des déclarations sans portée politique.

Ces changements, ainsi que d’autres, de la politique étrangère américaine traditionnelle au Moyen-Orient sont survenus à l’initiative des trois principaux conseillers de Trump au Moyen-Orient: son gendre Jared Kushner et ses deux anciens avocats de New York, Jason Greenblatt et David Freedman. Ils ont activement promu des politiques pro-israéliennes depuis des décennies. (suite…)

Continuer la lecture

» Que cesse l’occupation » No. 953

Cadeaux de Trump à Israël. Liste réalisée en 2018   1ère partie

Au cours des deux dernières années, le gouvernement Trump a lancé un assaut diplomatique achevé contre les Palestiniens, tout en préparant une nouvelle initiative visant à résoudre le conflit au Proche-Orient. Il a prétendu que son plan était différent des autres. En effet, les Palestiniens qui n’ont pas vu le plan à proprement parler, pressentent ce à quoi ils doivent s’attendre. Ils ont surveillé de près la façon dont l’administration Trump a rédigé ses politiques les unes après les autres avec la ferme intention de les humilier et de les soumettre.

En décembre 2017, cette administration a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël et a transféré l’ambassade américaine de Tel-Aviv en mai 2018.

En janvier 2018, elle a gelé toute assistance à l’UNRWA, l’agence des Nations Unies chargée de soutenir des millions de Palestiniens vivant en tant que réfugiés. Cette année-là, les États-Unis ont démissionné du Conseil des droits de l’homme des Nations unies après l’avoir accusé d’avoir un parti pris contre Israël en raison de sa politique en Palestine occupée. (suite…)

Continuer la lecture

» Que cesse l’occupation » No. 952

Le principal objectif de Kushner est de briser l’esprit des Palestiniens et leur espoir en un État souverain sur tous les territoires occupés depuis 1967

L’Art de l’humiliation

Kushner (gendre de Trump) écrivait dans un courriel de janvier 2018, une variante du vieil adage : « On ne peut pas faire une omelette sans casser des œufs » soit : « Notre objectif doit être d’améliorer considérablement les choses. Parfois, vous devez risquer de casser des choses de manière stratégique pour y parvenir ».

C’est une vieille histoire : une parabole en hébreu à propos d’un homme pauvre qui s’est plaint à son rabbin de vivre avec sa grande famille dans une petite maison. Le rabbin lui a dit d’amener tous ses animaux dans la maison. Bien qu’étonné, l’homme a fait ce qu’on lui avait dit. (suite…)

Continuer la lecture

» Que cesse l’occupation » No. 951

Quand Israël impose la contraception à ses Éthiopiennes

Le ministère israélien de la Santé a admis avoir pratiqué des injections d’un agent contraceptif aux juives falashas immigrées. À leur insu.

Par Armin Arefi

Le mystère est enfin levé sur l’étonnante baisse de 50 % du taux de fécondité des juifs éthiopiens d’Israël depuis 2000. Après cinq années de démentis successifs, le gouvernement israélien a admis qu’il avait instauré un système de contraception des femmes immigrées d’origine éthiopienne avant leur arrivée en Israël. L’affaire a fait grand bruit en décembre dernier, après la diffusion par la télévision israélienne d’un reportage dans l’émission d’éducation Vacuum.

Trente-cinq immigrées éthiopiennes y affirment avoir été forcées d’accepter, il y a huit ans, une injection de Depo-Provera, un agent contraceptif de longue durée, au risque de ne pas être autorisées à pénétrer sur le territoire israélien. « Ils nous disaient qu’il s’agissait d’un vaccin », raconte une femme interrogée par la journaliste Gal Gabbay, rapporte dimanche le quotidien israélien Haaretz. «  ls nous disaient que les gens qui ont beaucoup d’enfants souffrent. » « Nous leur disions que nous ne voulions pas l’injection », affirme de son côté Emawayish, une autre Éthiopienne. (suite…)

Continuer la lecture
Fermer le menu