• Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Bulletin

Les chrétiens palestiniens condamnent dans les « termes les plus forts»  les désignations terroristes d’Israël

Les groupes chrétiens palestiniens affirment que la décision d’Israël de désigner six groupes palestiniens comme « organisations terroristes » vise toutes les organisations de la société civile palestinienne.

PAR JEFF WRIGHT  26 OCTOBRE  2021

Dix organisations chrétiennes mondialement reconnues en Palestine « condamnent et dénoncent dans les termes les plus forts possibles » la décision d’Israël de désigner six groupes palestiniens, y compris des groupes de défense des droits humains, comme « organisations terroristes ».

Vendredi, le ministre israélien de la Défense Benny Gantz a déclaré : « Les groupes sont contrôlés par la haute direction du FPLP et emploient de nombreux membres du groupe à des postes de direction et sur le terrain – y compris des militants impliqués dans le terrorisme. Les organisations sont Addameer, Al-Haq, Bisan Center, Defence for Children International Palestine, l’Union des comités de femmes palestiniennes et l’Union des comités de travail agricole.

L’organisation chrétienne a déclaré dans sa réponse : « Cette désignation vise toutes les organisations de la société civile palestinienne » et a affirmé que cette décision visait à « faire taire » les groupes de la société civile qui défendent les Palestiniens. Les groupes ont appelé les églises, les gouvernements et les organisations de défense des droits humains du monde entier à « rejeter et condamner cette décision » et à « faire pression sur Israël pour qu’il révoque la décision et qu’il continue de soutenir le droit des Palestiniens à la justice, à la liberté et à la dignité ».

La déclaration a été signée par Sabeel, Kairos Palestine, Diyar Consortium, YMCA de Jérusalem-Est, The Joint Advocacy Initiative, Arab Orthodox Union Club Jerusalem, Arab Educational Institute, YWCA of Palestine, Bethlehem Bible College et Wi’am : le Centre de transformation des conflits palestiniens.

« L’Église doit toujours dire la vérité au pouvoir, en restant fidèle aux enseignements du Christ, en exposant la décision injuste des dirigeants. », a déclaré le directeur du Centre de théologie de la libération œcuménique Sabeel à Jérusalem, Omar Haramy.

« Notre crainte », a poursuivi Haramy, « est que la communauté internationale accepte ces allégations sans exiger de preuves ni employer un tiers indépendant pour enquêter sur les preuves qu’Israël pourrait fournir. À moins d’exiger des preuves transparentes et inattaquables, une hésitation de la part de la communauté internationale à prendre une position ferme révélera l’efficacité de l’intimidation d’Israël, laissant notre peuple à la merci du système de sécurité israélien.

Haramy a souligné un « rétrécissement de l’espace pour la liberté d’expression en Israël et dans l’Autorité palestinienne ». Lorsque des groupes de la société civile signalent des violations des droits humains, a-t-il déclaré, ils « font face à des menaces et à la diffamation. Israël et ses partisans jouent les cartes du terrorisme et de l’antisémitisme. » Il a ajouté : « Ces attaques organisées visent à détruire la réputation de nos OSC [organisations de la société civile] afin de réduire la crédibilité de leurs rapports et de créer une distraction du contenu de ces rapports.»

Rifat Kassis, coordinateur général de l’initiative palestinienne chrétienne Kairos Palestine, a déclaré : « C’est un message d’Israël à la communauté mondiale, aux gouvernements, aux partenaires religieux et aux autres donateurs. Kassis a spéculé : « La déclaration de Gantz est un autre effort de la part d’Israël pour intimider nos amis et couper le financement des soutiens américains et mondiaux.»

L’une des organisations figurant sur la liste, Defence of Children International-Palestine, ou DCIP, a co-lancé « No Way to Treat a Child », une campagne avec l’American Friends Service Committee qui a apporté son soutien à la résolution 2590 de la députée Betty McCollum qui visait à limiter l’aide à Israël concernant la détention d’enfants palestiniens. La résolution, coparrainée maintenant par 30 membres du Congrès, exige que les fonds américains ne soient pas utilisés par Israël pour garantir l’arrestation sans mandat, l’incarcération et les abus physiques d’enfants palestiniens en détention israélienne.

Kassis a également déclaré que Gantz est nommé, avec d’autres responsables israéliens, dans les dossiers que les Palestiniens ont présentés à la CPI alléguant des crimes de guerre, après la guerre de 2014 entre Israël et le Hamas. Désignant les six groupes palestiniens comme des organisations terroristes, Kassis a déclaré, « travaille à réduire au silence et met en danger leur témoignage continu des violations croissantes d’Israël ».

« La société civile mondiale et les gouvernements du monde entier ne devraient pas permettre à Israël de poursuivre en toute impunité ses graves violations du droit international et des conventions relatives aux droits humains », a déclaré Kassis. « Il est temps maintenant de faire pression sur Israël pour qu’il mette fin à l’occupation et à ses pratiques d’apartheid. »

Adapté de : Palestinian Christians condemn in ‘strongest terms’ Israel’s terrorist designations – Mondoweiss

DISTRIBUÉ PAR PAJU (PALESTINIENS ET JUIFS UNIS)

PAJUMONTREAL.ORG/FR