« Que cesse l’occupation » no. 1094

Le blanchiment par le sport est associé à certains pays – pourquoi pas Israël?

Par Jonathan Liew

L’objectif en douceur du sport israélien est de nous pousser à nous focaliser sur une équipe cycliste ou une visite de Lionel Messi plutôt que sur la Palestine.

Pendant l’été 2020, un groupe de cinq cyclistes de Ramallah étaient sortis faire un tour quand ils ont été arrêtés par un groupe de colons israéliens. D’après Reuters, en découvrant que les cyclistes étaient Palestiniens, les colons ont commencé à leur lancer des pierres. Quatre se sont échappés dans un champ voisin. Un, Samer Kurdi, a perdu l’équilibre et a été battu encore et encore avec une barre métallique, et a souffert de graves blessures. On ne sait pas s’il y a eu des arrestations.

Pour Chris Froome et ses collègues de l’équipe de cyclistes professionnels Israel Start-Up Nation, les routes de la Cisjordanie occupée ont été un endroit bien plus sûr en novembre dernier alors qu’ils roulaient à travers les Collines de Judée lors d’un entraînement en extérieur. Les médias de langue anglaise ont été envoyés par avion en Israël où ils ont eu libre accès à l’équipe pendant leur premier camp en Israël depuis 2019. L’équipe et ses suiveurs ont bénéficié d’une hospitalité luxueuse, emmenés sur des plages et dans des excursions en kayak. Mais l’Israel Start-Up Nation d’alors – la jeune équipe relancée la semaine dernière sous le nom d’Israel-Premier Tech – a toujours reconnu la valeur d’une bonne communication. (suite…)

Continuer la lecture« Que cesse l’occupation » no. 1094

« Que cesse l’occupation » no. 1093

Un berger palestinien a résisté pacifiquement à l’occupation israélienne. Et maintenant il est mort.

Par Ali Veshi

Le 22 janvier 2022

Al Haj Suleiman al-Hathaleen était un berger de Cisjordanie et un militant anti-occupation bien connu. Suleiman était un petit homme sans armes. Il résistait à l’occupation par la désobéissance civile. Alors que les bulldozers israéliens détruisaient les maisons de son quartier, il défiait pacifiquement avec un drapeau palestinien et son bâton de berger. Ali Veshi a rencontré Haj Suleiman lors de son dernier voyage en Israël, à Gaza et en Cisjordanie fin 2019. Il y a deux semaines, les forces israéliennes sont entrées dans le village de Haj Suleiman à Umm Al-Khair et ont commencé à confisquer des voitures palestiniennes non immatriculées. Haj Suleiman a fait ce qu’il avait fait pendant des décennies : il a résisté pacifiquement. Puis il a été renversé par une dépanneuse, sous contrat avec la police israélienne. (suite…)

Continuer la lecture« Que cesse l’occupation » no. 1093

« Que cesse l’occupation » no. 1092

Un éducateur de Toronto poursuit Israël Advocacy Group, B’nai Brith, pour diffamation

Lundi 10 janvier 2022

Javier Davila, conseiller du programme d’équité étudiante et éducateur en justice sociale primé par le Toronto District School Board (TDSB) qui a été diffamé dans le Toronto Sun au printemps dernier après avoir fourni des ressources anti-oppression sur la Palestine via une liste de diffusion opt-in au TDSB, a lancé une poursuite en diffamation contre le groupe de défense pro-israélien B’nai Brith Canada et son PDG, Michael Mostyn.

« J’ai été la cible d’une campagne de diffamation malveillante pour avoir fait mon travail d’éducateur anti-oppression » dit Davila. « Fournir des ressources qui contrent les voix effacées, dévalorisées et marginalisées des Palestiniens s’avère une partie importante de ce travail. B’nai Brith et son PDG doivent être tenus responsables. » (suite…)

Continuer la lecture« Que cesse l’occupation » no. 1092

« Que cesse l’occupation » no. 1091

2021 : L’année la plus meurtrière pour les enfants palestiniens depuis 2014

Au lieu de tenir les coupables pour responsables, Israël criminalise le travail que font des organisations comme la mienne pour protéger les droits des enfants palestiniens.

Par Khaled Quzmar 14 décembre 2021

« Cette année ne ressemblait à aucune autre dont je me souvienne de mes décennies de défense des droits des enfants palestiniens. Le bombardement par Israël de la bande de Gaza en mai, au milieu d’un soulèvement de masse mené par des jeunes dans toute la Palestine historique, a déclenché un tollé dans le monde entier, avec plus de gens que jamais exigeant qu’Israël soit tenu pour responsable de sa violence envers les Palestiniens et appelant à la fin de son apartheid régime. C’était comme si notre mouvement pour la justice, la responsabilité et la libération était enfin sous les projecteurs du monde. Et pourtant, cette attention n’a entraîné aucun changement significatif pour les enfants palestiniens vivant sous l’occupation militaire israélienne. En fait, 2021 a été l’année la plus meurtrière pour les enfants palestiniens depuis 2014, une année qui comprenait l’assaut militaire dévastateur d’Israël dans la bande de Gaza sous le nom de code « Opération Bordure Protectrice ».

Au 14 décembre, 86 enfants palestiniens avaient été tués en Cisjordanie occupée, y compris à Jérusalem-Est et dans la bande de Gaza, selon des documents collectés par Défense des Enfants International – Palestine, où je suis directeur général. Les forces israéliennes et les civils israéliens armés ont tué 78 de ces enfants palestiniens. (suite…)

Continuer la lecture« Que cesse l’occupation » no. 1091