PAJU - Palestiniens et Juifs Unis

Aller au contenu | Aller au menu | Aide - Accessibilité | Plan du site | English version

  1. Vous êtes ici :  
  2. Accueil  >
  3. Une histoire de BDS victorieux : Naot ferme son magasin de chaussures rue Saint-Denis

Une histoire de BDS victorieux : Naot ferme son magasin de chaussures rue Saint-Denis

Date de publication : 2015-01-02

Communiqué de presse

Montréal, 2 janvier 2015

En 2010, PAJU (Palestiniens et Juifs unis) lance sa campagne pour faire de la rue Saint-Denis à Montréal une zone libérée de l’apartheid. La campagne a débuté en ciblant les chaussures Beautyfeel (fabriquées en Israël) au magasin de chaussures Le Marcheur, bien que l’objectif ultime de la campagne ait été la boutique Naot, une société transnationale dans laquelle Disney est détenteur majoritaire d’actions par le biais des investissements Shamrock. Leur usine de production est sise dans la colonie illégale de Gush Etzion, près de Hébron.

La décision de commencer un piquetage devant la boutique Le Marcheur montrait que PAJU boycottait un produit israélien et que ce boycott n’avait rien d’antisémite, en dépit des commentaires provenant des cercles en soutien à l’occupation israélienne illégale des territoires palestiniens.

Une histoire de BDS victorieux : Naot ferme son magasin de chaussures rue Saint-Denis

En 2010, PAJU (Palestiniens et Juifs unis) lance sa campagne pour faire de la rue Saint-Denis à Montréal une zone libérée de l’apartheid. La campagne a débuté en ciblant les chaussures Beautyfeel (fabriquées en Israël) au magasin de chaussures Le Marcheur, bien que l’objectif ultime de la campagne ait été la boutique Naot, une société transnationale dans laquelle Disney est détenteur majoritaire d’actions par le biais des investissements Shamrock. Leur usine de production est sise dans la colonie illégale de Gush Etzion, près de Hébron.

La décision de commencer un piquetage devant la boutique Le Marcheur montrait que PAJU boycottait un produit israélien et que ce boycott n’avait rien d’antisémite, en dépit des commentaires provenant des cercles en soutien à l’occupation israélienne illégale des territoires palestiniens.

Ces cercles proapartheid et leurs contacts avec les médias de soutien ont permis que la campagne de PAJU fasse les manchettes non seulement à Montréal, mais partout au Canada. Nous avions ainsi percé le rideau de silence sur la question du Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) contre l’occupation israélienne illégale et son système institutionnalisé de l’apartheid. Ce fut l’occasion pour PAJU de déplacer le piquetage de samedi en face de la boutique de chaussures Naot.

Peu de temps après, un groupe de contre-manifestants a commencé à apparaître les samedis pour harceler le piquet de PAJU et à apporter leur soutien au principe de l’apartheid israélien. Ils avaient le soutien à la fois du Journal de Montréal et du The Suburban. Malgré cette opposition proapartheid (laquelle a cessé de se présenter il y a environ deux ans), les membres du PAJU ont distribué en moyenne autour de 300 dépliants (français et anglais) tous les samedis aux passants pour la période de deux heures que le piquetage a duré.

Cela a continué pendant 4 ans jusqu’à ce que la boutique Naot de la rue Saint-Denis ferme ses portes il y a quelques semaines. Au cours de ces quatre années — de 2010 à 2014 — les membres du PAJU sur la ligne de piquetage ont distribué plus de 35 000 dépliants, expliquant la nature de l’occupation israélienne illégale, le but de la campagne BDS et le caractère illégal de ces usines implantées en territoires palestiniens occupés.

PAJU a utilisé sa campagne BDS contre Naot pour informer et éduquer le public sur ce qui se passe sur le terrain en Palestine occupée et quel rôle le public peut jouer pour forcer Israël à respecter l’état de droit tel qu’il s’applique au droit international et par rapport au principe des droits de la personne par le biais de la campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions contre Israël.

PAJU continue sa campagne de boycott contre Indigo-Chapters dont sa PDG, Heather Reisman continue de promouvoir le programme HESEG, le Soldat Solitaire lequel incite les jeunes à s’enrôler dans l’armée de l’occupation israélienne en échange de bénéfices éducatifs et sociaux en Israël. (Voir le document du Canadiens pour la Justice et la Paix au Moyen Orient :http://www.cjpmo.org/DisplayDocument.aspx?DocumentID=1063)

PAJU incite le public d'acheter les livres en anglais ailleurs que chez Indigo-Chapters. Le boycott de PAJU contre Indigo-Chapters a lieu tous les vendredis de midi à 13h00 devant la librairie Indigo, rue Ste-Catherine coin avenue McGill College à Montréal. Venez vous joindre à nous.

Lorsque des centaines de groupes populaires et les militants sociaux à travers le monde travaillent ensemble à l’appui du peuple palestinien, les choses changent sur le terrain comme ce fut le cas en Afrique du Sud suite à la campagne BDS contre l’apartheid sud-africain. Le vent tourne contre l’apartheid israélien. PAJU est fier de faire partie de ce processus.

www.pajumontreal.org

  1. Retour en haut de page