PAJU - Palestiniens et Juifs Unis

Aller au contenu | Aller au menu | Aide - Accessibilité | Plan du site | English version

  1. Vous êtes ici :  
  2. Accueil  >
  3. « QUE CESSE L’OCCUPATION ! » PAJU No 913, 10 août 2018:Des milliers de personnes assistent à une méga leçon d’arabe à Tel-Aviv pour protester contre la loi de l’État-nation

« QUE CESSE L’OCCUPATION ! » PAJU No 913, 10 août 2018:Des milliers de personnes assistent à une méga leçon d’arabe à Tel-Aviv pour protester contre la loi de l’État-nation

Date de publication : 2018-08-10

Organisé par un consortium d’organisations de la société civile israélienne, l’événement a eu lieu pour protester contre la loi controversée de l’État-nation, adoptée ce mois-ci, qui abaisse l’arabe comme l’une des langues officielles du pays.

par Judy Maltz

Elle a été annoncée comme la plus grande leçon d’arabe dans le monde, et lundi soir, les organisateurs ont estimé que quelques milliers d’Israéliens ont participé au méga événement organisé dans l’un des principaux carrefours de Tel-Aviv.


Des milliers de personnes assistent à une méga leçon d’arabe à Tel-Aviv pour protester contre la loi de l’État-nation

Organisé par un consortium d’organisations de la société civile israélienne, l’événement a eu lieu pour protester contre la loi controversée de l’État-nation, adoptée ce mois-ci, qui abaisse l’arabe comme l’une des langues officielles du pays.

par Judy Maltz

Elle a été annoncée comme la plus grande leçon d’arabe dans le monde, et lundi soir, les organisateurs ont estimé que quelques milliers d’Israéliens ont participé au méga événement organisé dans l’un des principaux carrefours de Tel-Aviv.

En plus d’apprendre de nouveaux mots en arabe, la foule a eu droit à des représentations de musiciens et d’artistes juifs et arabes.

Organisé par un consortium d’organisations de la société civile israélienne, l’événement a été organisé pour protester contre la loi controversée de l’État-nation, adoptée par la Knesset ce mois-ci, laquelle annule l’arabe comme l’une des langues officielles du pays. Des T-shirts vendus à l’événement avaient les mots « I love Arabic » (en arabe, mais lettres hébraïques) imprimés dessus.

La foule comprenait des Juifs et des Arabes, dont beaucoup avaient parcouru de longues distances pour y assister. Ils ont répété à l’appel des enseignants les mots et les termes de base en arabe. La leçon était transmise à partir d’une scène centrale, parfois mais rarement avec des traductions en hébreu.

Chai Margolis, un jeune homme de 16 ans originaire de la ville de Modi'in, au centre d’Israël, était arrivé à la place Habima avec un groupe d’amis, tous actifs comme lui dans une organisation appelée « Debate4Peace ».

« Personnellement, je pense que vous ne pouvez pas avoir un État-nation démocratique qui ne traite pas les minorités comme des égales », a déclaré Margolis, qui portait une kippa sur la tête et portait une affiche avec les mots « Pour comprendre, commence par parler » imprimé en plusieurs langues différentes.

L’événement s’est ouvert sur une performance de Miriam Tukan, la première Arabe à avoir participé à « Kochav Nolad », l’équivalent israélien de « American Idol », et la première à chanter en arabe sur le programme. Elle était accompagnée à la guitare par Idan Toledano, un musicien juif actif dans diverses initiatives de société partagée.

L’allocution d’ouverture a été prononcée par Sameh Saleimah, une militante féministe arabe du village mixte juif arabe de Neve Shalom, également connu sous le nom de Wahat as-Salam.

« Le rêve de ma mère était d’être enseignante, et aujourd’hui, avec des centaines et des milliers d’élèves, son rêve est réalisé », a déclaré Saleimah, qui a exhorté les Arabes et les Juifs à unir leurs forces pour combattre le gouvernement de droite du premier ministre Benjamin Netanyahou.

Parmi les faits saillants de ces événements, plusieurs duos ont été chantés par Achinoam Nini, un musicien juif, et Mira Awad, une musicienne arabe, deux éminents militants de la paix qui se produisent souvent ensemble.

Anat Ben-Yehoshua, qui vit à proximité de Ramat Gan, a déclaré qu’elle était simplement heureuse qu’un événement de ce genre puisse avoir lieu et qu’elle puisse en faire partie. « Les choses sont devenues si déprimantes ici avec ce gouvernement que quelque chose comme ça donne de l’espoir », a-t-elle dit, tenant son chien par sa laisse.

Les organisations parraines de l’événement étaient le New Israel Fund, les Abraham Fund Initiatives, Sikkuy, Givat Haviva, Yad b'Yad (un réseau d’écoles judéo-arabes autour d’Israël), Omdim b'Yachad (une association à but non lucratif d’autres, soutient la société partagée en Israël) et Neve Shalom.

Edan Ring, le directeur des affaires publiques de Sikkuy, a déclaré que le taux de participation lui a prouvé qu’« il y a un grand public là-bas dont la voix n’est pas entendue ».

« Ce sont des gens », a-t-il ajouté, « qui considèrent l’arabe comme un trésor culturel plutôt qu’une menace, comme le font certains de nos politiciens. Il est vraiment triste que nous en soyons arrivés à la conclusion que parler arabe dans le centre de Tel-Aviv est aujourd’hui perçu comme quelque chose de subversif ».

Amnon Be’eri-Sulitzeanu, exécutif à la codirection d’Abraham Fund Initiatives, a déclaré que les nombreux Israéliens venus participer « comprennent que nous sommes à un carrefour critique : soit nous choisissons l’apartheid, soit nous choisissons l’inclusion ».

Ces Israéliens, a-t-il dit, « comprennent l’importance de la langue arabe et n’abandonneront pas ».

Adapté de: https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-several-thousand-protesters-attend-mega-arabic-lesson-in-tel-aviv-1.6334735

DISTRIBUÉ PAR PAJU (PALESTINIENS ET JUIFS UNIS)

WWW.PAJUMONTREAL.ORG

  1. Retour en haut de page