PAJU - Palestiniens et Juifs Unis

Aller au contenu | Aller au menu | Aide - Accessibilité | Plan du site | English version

  1. Vous êtes ici :  
  2. Accueil  >
  3. « QUE CESSE L’OCCUPATION ! » PAJU No 909, 13 juillet 2018: L’ « accord ultime » que Jared Kushner propose pour la Palestine dépouillerait les gens de toute leur dignité

« QUE CESSE L’OCCUPATION ! » PAJU No 909, 13 juillet 2018: L’ « accord ultime » que Jared Kushner propose pour la Palestine dépouillerait les gens de toute leur dignité

Date de publication : 2018-07-13

par Robert Fisk

Les Palestiniens n’ont-ils pas été assez humiliés? Après Oslo, après la « Solution à deux États », après les années de l’occupation israélienne de la « Zone A » et de la « Zone C » définissant sous quel type d’occupation les Palestiniens doivent vivre, après la vaste colonisation juive des terres volées de leurs propriétaires arabes, après les massacres de Gaza et la décision de Trump de faire de tout Jérusalem la capitale d’Israël, va-t-on demander aux Palestiniens de se contenter d’argent et d’un village misérable? Ne devrait-on avoir au moins un minimum de honte?


L’ « accord ultime » que Jared Kushner propose pour la Palestine dépouillerait les gens de toute leur dignité

Les Palestiniens n’ont-ils pas été assez humiliés? Après Oslo, après la « Solution à deux États », après les années de l’occupation israélienne de la « Zone A » et de la « Zone C » définissant sous quel type d’occupation les Palestiniens doivent vivre, après la vaste colonisation juive des terres volées de leurs propriétaires arabes, après les massacres de Gaza et la décision de Trump de faire de tout Jérusalem la capitale d’Israël, va-t-on demander aux Palestiniens de se contenter d’argent et d’un village misérable? Ne devrait-on avoir au moins un minimum de honte?

Car les Palestiniens vont bientôt recevoir le « marché ultime » : un village pitoyable comme capitale, pas de fin à la colonisation, pas de sécurité, pas d’armée, pas de frontières indépendantes, pas d’unité territoriale en échange d’une énorme somme d’argent, des milliards de dollars et d’euros. Après trois guerres arabo-israéliennes, des dizaines des milliers de morts palestiniens et des millions de réfugiés, Jared Kushner croit-il vraiment que les Palestiniens vont se contenter d’argent?

N’a-t-il jamais remarqué que les Palestiniens qui ont protesté et souffert et sont morts et ont perdu leurs terres depuis 70 ans n’ont pas manifesté dans leurs rues pour de meilleures routes, des zones hors-taxes ou un autre aéroport? Est-ce qu’il pense que les gens de Gaza sont allés dans leurs rues et ont marché vers la barrière frontalière mortelle parce qu’ils exigent de nouvelles cliniques prénatales? Comment peut-il humilier tout un peuple arabe en suggérant que leur liberté, souveraineté, indépendance, dignité, justice et leur sens de la nation sont simplement des « points de discussion des politiciens »? N’y aura-t-il pas de fin à cette folie?

Les détails qui émergent de l’« accord ultime » de Trump-Kushner dans les journaux israéliens - le vénérable Haaretz en tête - est que les Palestiniens devront abandonner Jérusalem-Est comme capitale d’une future Palestine, qu’Israël se retirera d’une poignée de villages à l’est et au nord de Jérusalem - le misérable Abu Dis parmi eux, pour créer une « capitale » Potemkin, mais qu’Israël restera pour toujours dans l’Ancienne Ville. Qu’un état palestinien sera complètement démilitarisé (on oublie la question de « sécurité »), mais que chaque colonie juive construite illégalement sur des terres pour les Juifs, et les Juifs seulement, restera, et qu’Israël contrôlera toute la vallée du Jourdain. Le droit de Retour? Oubliez ça.

Et tout cela pour des milliards de dollars dans des projets d’infrastructure, une zone commerciale libre à Al Arish dans le Sinaï, un déversement d’argent en Cisjordanie, un nouveau leadership palestinien, on sortira Mahmoud Abbas, corrompu, arrogant, sénile et dictatorial dont le leadership ne promeut « aucune idée » et qui n’a mis de l’avant aucun « effort ayant des chances de succès » (ce dernier constat de Kushner, bien sûr) en faveur d’un homme nouveau et pragmatique qui le fera (la pensée davantage délirante) en étant encore plus souple, plus épris de paix et plus rampant qu’Abbas lui-même.

Toutes ces absurdités dépendent à la fois des largesses de l’Arabie saoudite dont l’incompétent prince héritier semble batailler avec son père royal parce que ce dernier ne veut pas abandonner l’initiative saoudienne originale d’un état palestinien ayant Jérusalem comme capitale ajoutée à la faiblesse du roi Abdallah de Jordanie, soumis aux diktats financiers imposés par le FMI, ce qui a provoqué des émeutes et la chute de son gouvernement, et enfin au soutien du maréchal/président de l’Égypte qui sera heureuse d’imposer sa loi et des avantages financiers à la frontière égypto-palestinienne de Gaza. De plus, il n’y aurait pas de réel contact entre Gaza et la Cisjordanie. Il semblerait que le Hamas a été oublié.

Faut-il en rire ou en pleurer? Quand Trump a déplacé l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem au milieu des massacres à Gaza, le monde entier criait en colère, mais tout est redevenu silencieux. L’écran partagé passant de l’adulation diplomatique et la tuerie de masse, à une distance d’à peine cent miles entre les deux, a en quelque sorte normalisé la combinaison de la mort et de l’injustice dans le conflit arabo-israélien.

Il y a quelque chose d’étrange, de presque comique, à propos des photographies de ces « artisans de la paix » diplomatique de l’Amérique, assis autour du premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou. En Occident, nous choisissons avec raison de ne pas souligner l’origine religieuse ou ethnique de ces hommes. Mais les Israéliens, le philosophe Uri Avnery, et Haaretz le font remarquer: tous sont juifs, au moins deux d’entre eux sont des partisans enthousiastes de la colonisation israélienne des terres de la Cisjordanie palestinienne, y compris l’ambassadeur des États-Unis en Israël qui a taxé le groupe de lobby juif modéré J Street de « pire que des kapos ».

N’était-il pas possible, dans l’ensemble du corps diplomatique américain ou de « conseillers » américains de trouver même un musulman américain qui se joigne à cette équipe? Est-ce que ces « artisans de la paix » ne pouvaient bénéficier d’une seule voix d’un homme ou d’une femme qui partageait la même foi que l’« autre » moitié du projet de paix israélo-arabe?

Mais non. Cela n’aurait pas non plus eu d’importance. Abbas a rompu toute relation diplomatique avec la Maison-Blanche depuis la reconnaissance de Jérusalem comme la capitale israélienne par Trump, et il a retiré son ambassadeur à Washington. L’« Accord ultime » d’origine, l’accord d’Oslo, même s’il était un calice empoisonné suivi d’une série de mini retraits suivis d’autres retraits et d’autres occupations et des conférences ad hoc « antiterroristes » ne représente maintenant que l’humiliation absolue des Palestiniens: sans Jérusalem-Est, sans fin à la colonisation, sans une reconnaissance du Droit de Retour, sans État, sans futur. Juste de l’argent.

Adapté de : https://www.independent.co.uk/voices/palestine-jared-kushner-ultimate-plan-israel-donald-trump-jerusalem-right-to-return-a8420836.html

DISTRIBUÉ PAR PAJU (PALESTINIENS ET JUIFS UNIS)

WWW.PAJUMONTREAL.ORG

  1. Retour en haut de page