PAJU - Palestiniens et Juifs Unis

Aller au contenu | Aller au menu | Aide - Accessibilité | Plan du site | English version

  1. Vous êtes ici :  
  2. Accueil  >
  3. Articles  >
  4. Israël est à blâmer pour la violence à la Mosquée Al Aqsa

Israël est à blâmer pour la violence à la Mosquée Al Aqsa

Date de publication : 2017-07-25

Communiqué de presse

Montréal, le 25 juillet 2017

La deuxième Intifada palestinienne faisait suite à la provocation d’Ariel Sharon devant la Mosquée Al Aqsa. Encore une fois, la politique du gouvernement Netanyahou visant à apaiser les zélotes juifs d’extrême droite cherchant à reconstruire le temple original, le Temple de Salomon, est à la source de la violence récente. Cela n’exclut pas la possibilité d’une troisième Intifada. Tout le territoire d’Al Aqsa, la Mosquée elle-même et le Dôme du Rocher, est partie intégrante de la Mosquée Al Aqsa, le troisième site le plus saint de l’Islam. Les mesures de sécurité d’Israël, dont l’utilisation de détecteurs de métaux dans une partie de la zone sacrée d’Al Aqsa — ont alimenté les craintes musulmanes selon lesquelles ces mesures de sécurité ne sont qu’un prétexte destiné à fournir à Israël les moyens de diviser Al Aqsa entre les musulmans et les juifs comme première étape pour reprendre entièrement la zone dans le but de reconstruire le premier temple juif.

Israël est à blâmer pour la violence à la Mosquée Al Aqsa

Montréal, le 25 juillet 2017

La deuxième Intifada palestinienne faisait suite à la provocation d’Ariel Sharon devant la Mosquée Al Aqsa. Encore une fois, la politique du gouvernement Netanyahou visant à apaiser les zélotes juifs d’extrême droite cherchant à reconstruire le temple original, le Temple de Salomon, est à la source de la violence récente. Cela n’exclut pas la possibilité d’une troisième Intifada.

Tout le territoire d’Al Aqsa, la Mosquée elle-même et le Dôme du Rocher, est partie intégrante de la Mosquée Al Aqsa, le troisième site le plus saint de l’Islam. Les mesures de sécurité d’Israël, dont l’utilisation de détecteurs de métaux dans une partie de la zone sacrée d’Al Aqsa — ont alimenté les craintes musulmanes selon lesquelles ces mesures de sécurité ne sont qu’un prétexte destiné à fournir à Israël les moyens de diviser Al Aqsa entre les musulmans et les juifs comme première étape pour reprendre entièrement la zone dans le but de reconstruire le premier temple juif.

PAJU dénonce la violence continue d’Israël contre les Palestiniens sous occupation et le danger de ces provocations qui amplifient les craintes musulmanes d’une éventuelle prise de contrôle sioniste de la région d’Al Aqsa. Cette action odieuse de la part du régime de Netanyahou en appui à sa base d’extrême droite, pourrait transformer le conflit israélo-palestinien actuel en une guerre religieuse.

Une déclaration publiée par la Ligue arabe se lit : « Jérusalem est une ligne rouge que les musulmans et les Arabes ne peuvent pas permettre de croiser... et ce qui se passe aujourd’hui est une tentative d’imposer une nouvelle réalité à la ville Sainte. Le gouvernement israélien joue avec le feu et risque une crise majeure entre le monde arabe et le monde islamique. »

Dans un communiqué publié il y a quelques jours, le département d’État américain déclare qu’Israël est « responsable des attentats terroristes commis par des Palestiniens et il accuse l’État juif d’être en grande partie responsable de l’impasse dans les négociations de paix... » (http://freebeacon.com/national-security/state-dept-blames-israel-terrorism-claims-palestinians-rarely-incite-attacks/)

Il n’est pas surprenant que le lobby israélien aux États-Unis ait réagi avec son habituelle tentative de chantage afin de faire taire les critiques contre Israël, appelant leurs élus à la Chambre des représentants des États-Unis et au Sénat à censurer le rapport du département d’État. La vérité, cependant, ira de l’avant.

Ce que le département d’État américain a détaillé dans son rapport, c’est exactement ce que sous-tend la réaction violente des Palestiniens à l’agression israélienne à Al-Aqsa. C’est l’occupation illégale d’Israël des terres palestiniennes, son système de ségrégation brutal et institutionnalisé, connu sous le nom d’apartheid qui est la source de la violence, comme l’indique le rapport du département d’État.

METTONS FIN À l’OCCUPATION, METTONS FIN AU SYSTÈME D’APARTHEID D’ISRAËL, ENSUITE IL Y AURA LA PAIX!

PAJU (Palestiniens et Juifs unis)

  1. Retour en haut de page