PAJU - Palestiniens et Juifs Unis

Aller au contenu | Aller au menu | Aide - Accessibilité | Plan du site | English version

  1. Vous êtes ici :  
  2. Accueil  >
  3. Articles  >
  4. Déclaration de PAJU à l’occasion du centième anniversaire du génocide arménien

Déclaration de PAJU à l’occasion du centième anniversaire du génocide arménien

Date de publication : 2015-05-07

Montréal, le 5 mai 2015

Notre organisation, Palestiniens et Juifs unis (PAJU), s’associe au peuple arménien et aux personnes et organisations qui commémorent le génocide arménien de 1915, premier grand génocide du XXe siècle.

D’avril 1915 à juillet 1916, deux tiers des Arméniens (un million et demi ou davantage) qui vivaient sur le territoire actuel de la Turquie ont été massacrés par le gouvernement de l’Empire ottoman. Les Arméniens « périssent du fait de déportations, famines et massacres de grande ampleur. Il est planifié et exécuté par le parti au pouvoir à l’époque, le Comité Union et Progrès (CUP), plus connu sous le nom de « Jeunes-Turcs».

Déclaration de PAJU à l’occasion du centième anniversaire du génocide arménien

Montréal, le 5 mai 2015

Notre organisation, Palestiniens et Juifs unis (PAJU), s’associe au peuple arménien et aux personnes et organisations qui commémorent le génocide arménien de 1915, premier grand génocide du XXe siècle.

D’avril 1915 à juillet 1916, deux tiers des Arméniens (un million et demi ou davantage) qui vivaient sur le territoire actuel de la Turquie ont été massacrés par le gouvernement de l’Empire ottoman. Les Arméniens « périssent du fait de déportations, famines et massacres de grande ampleur. Il est planifié et exécuté par le parti au pouvoir à l’époque, le Comité Union et Progrès (CUP), plus connu sous le nom de « Jeunes-Turcs».

Déportations et massacres ont été préparés, organisés et mis en œuvre dans chaque localité par les responsables des districts et des provinces. Chaque responsable local était chargé de rassembler ses administrés arméniens, puis les soldats et gendarmes ottomans devaient escorter les convois jusqu’au désert dans des « marches de la mort » et procéder eux-mêmes aux assassinats et laisser libre cours à la violence de groupes de bandits armés (fr.wiképedia) La reconnaissance politique à travers le monde fait encore l’objet de débats et de controverses, à cause de la négation de ce génocide, notamment en Turquie. En avril 2015, le génocide est reconnu par les parlements de vingt-quatre pays.

La solution consiste à agir, à créer des organisations de défense des droits de la personne, à éduquer et à mobiliser la population contre l’exploitation, l’oppression, le fascisme et la guerre, à constituer un front uni mondial alors que les contradictions entre les blocs impérialistes poussent les États à adopter des politiques d’austérité, de fascisme et de guerre. Les impérialismes et les raisons d’État empêchent l’application du droit international, ce qui finit par banaliser le génocide. En 2015, on se trouve dans un état permanent de guerre. Quand la justice pour les peuples bafoués de la terre? Quand la justice pour le peuple arménien? Quand la justice pour le peuple palestinien?

Info: Bruce Katz

www.pajumontreal.org

  1. Retour en haut de page