PAJU - Palestiniens et Juifs Unis

Aller au contenu | Aller au menu | Aide - Accessibilité | Plan du site | English version

  1. Vous êtes ici :  
  2. Accueil  >
  3. Vigile  >
  4. « QUE CESSE L’OCCUPATION ! » PAJU No 917, 7 septembre 2018: Un film censuré désigne Adam Milstein comme bailleur de fonds de la Canary Mission

« QUE CESSE L’OCCUPATION ! » PAJU No 917, 7 septembre 2018: Un film censuré désigne Adam Milstein comme bailleur de fonds de la Canary Mission

Date de publication : 2018-09-07

par Asa Winstanley and Ali Abunimah, The Electronic Intifada

Le financier du lobby israélien, Adam Milstein, a été identifié comme bailleur de fonds de Canary Mission, le site anonyme qui vise à ternir la réputation des partisans américains des droits des Palestiniens.

Milstein a été nommé financier de Canary Mission par Eric Gallagher, un ancien employé du Israël Project, dans le film d’investigation censuré d’Al Jazeera, The Lobby - USA.

The Electronic Intifada a publié des extraits du film : l’un montre Gallagher raconter à un journaliste infiltré d’Al Jazeera le rôle de Milstein, et l’autre présente Milstein parlant de la nécessité d’enquêter et d’énoncer les critiques d’Israël que Milstein taxe d’être non seulement des antisémites, mais taxe aussi des militants d’être « anti-chrétiens » et « anti-liberté » ce qui « nous terrorise ».

Un film censuré désigne Adam Milstein comme bailleur de fonds de la Canary Mission

Le financier du lobby israélien, Adam Milstein, a été identifié comme bailleur de fonds de Canary Mission, le site anonyme qui vise à ternir la réputation des partisans américains des droits des Palestiniens.

Milstein a été nommé financier de Canary Mission par Eric Gallagher, un ancien employé du Israël Project, dans le film d’investigation censuré d’Al Jazeera, The Lobby - USA.

The Electronic Intifada a publié des extraits du film : l’un montre Gallagher raconter à un journaliste infiltré d’Al Jazeera le rôle de Milstein, et l’autre présente Milstein parlant de la nécessité d’enquêter et d’énoncer les critiques d’Israël que Milstein taxe d’être non seulement des antisémites, mais taxe aussi des militants d’être « anti-chrétiens » et « anti-liberté » ce qui « nous terrorise ».

Le film révèle également que les membres du lobby israélien qui s’appuient sur les informations fournies par Canary Mission « coordonnent » leurs activités avec le gouvernement israélien.

Cette révélation peut aider à expliquer les indications récentes selon lesquelles les responsables des frontières israéliennes utilisent les profils de Canary Mission pour empêcher des Américains palestiniens de rentrer dans leur pays d’origine.

En tant que radiodiffuseur agréé au Royaume-Uni, Al Jazeera opère selon le code défini par le régulateur Ofcom.

Ces règles exigent que Milstein et d’autres personnalités pro-israéliennes figurant dans le film aient la possibilité de répondre aux allégations. Ni Milstein, ni Gallagher, ni des dizaines d’autres personnalités pro-israéliennes apparaissant dans le film n’ont répondu aux lettres du « droit de réponse » d’Al Jazeera, selon les producteurs du film.

Malgré les efforts intenses déployés pour découvrir qui est derrière Canary Mission, seule l’unité d’enquête d’Al Jazeera a pu identifier Milstein comme étant la force motrice du site.

La semaine dernière, le projet Grayzone a rapporté que Howard Sterling, un riche avocat et fervent défenseur d’Israël, possède le nom de domaine Internet utilisé par le site Web de Canary Mission. Mais Sterling, contrairement à Milstein, est relativement inconnu.

McCarthyisme pour Israël

Aux côtés de son associé Sheldon Adelson, Milstein est une personnalité de premier plan du lobby israélien.

La fondation de Milstein finance des organisations anti-palestiniennes telles que la Coalition Israel on Campus, StandWithUs, CAMERA, l’Initiative AMCHA et Foundation for Defense of Democracies.

Milstein finance également le Conseil israélo-américain, un groupe de pression dont il préside le conseil d’administration. Magnat de l’immobilier né en Israël et basé en Californie, Milstein a purgé une peine dans une prison fédérale pour évasion fiscale en 2009.

Canary Mission a ciblé quelque 1 900 étudiants et universitaires dans ses profils depuis 2015, les qualifiant de « racistes », « antiaméricains » et « antisémites ». Dans le film, un associé de Milstein affirme à propos de Canary Mission : « Adam Milstein, c’est lui qui le finance ».

Cet acquiescement a été fait par Eric Gallagher, reconnaissant qu’il était alors responsable de la collecte de fonds du Israel Project, l’une des organisations financées par Milstein. Avant cela, Gallagher travaillait au géant du lobby israélien AIPAC (American Israel Public Affairs Committee).

Gallagher a parlé à « Tony », le journaliste d’Al Jazeera infiltré en tant que stagiaire au Israel Project. Gallagher a cessé de travailler pour le Israel Project après que des groupes pro-israéliens eurent appris l’enquête secrète d’Al Jazeera.

Le documentaire d’Al Jazeera montre qu’Israel on Campus Coalition, un autre groupe financé par Milstein, travaille en étroite coordination avec Canary Mission. Jacob Baime, directeur exécutif de la coalition Israel on Campus, se vante dans le film que la Canary Mission est hautement efficace dans la mesure où nous surveillons les étudiants pour la justice en Palestine et leurs alliés.

Le film montre également des séquences de Milstein et Baime dans de longues discussions privées en marge d’une conférence StandWithUs.

Baime parle de la mission de Canary Mission comme un exemple de la stratégie secrète d’Israel on Campus Coalition en mettant en place un site Web anonyme, promu par des publicités ciblées sur Facebook, pour salir les militants de la solidarité palestinienne sur campus.

Parlant de la nécessité de répondre aux publications, notamment The Electronic Intifada, qui décrit le travail d’organisations anti-palestiniennes, Baime a déclaré : « Fuck them, nous le faisons en retour. Je veux dire, pas “nous” mais, euh, juste un groupe anonyme ».

Baime explique sa réticence à revendiquer ouvertement le crédit pour ce type d’opérations, soulignant que « nous le faisons de manière sécurisée et anonyme et c’est la clé ». Baime décrit également la coopération de son organisation avec le ministère des Affaires stratégiques, l’agence secrète d’Israël pour combattre le mouvement de solidarité palestinien dans le monde entier, en particulier le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions, ou BDS.

Le directeur général du ministère est Sima Vaknin-Gil, un ancien officier supérieur du renseignement militaire israélien. Il est dirigé par des agents des différentes agences d’espionnage d’Israël dont l’identité est en grande partie protégée, bien que certaines aient été fichées.

Espionner pour Israël

Pour le partage d’informations, « nous avons ajouté le ministère des Affaires stratégiques à notre dossier d’opérations et de renseignement », explique Ian Hersh, député de Baime.

Hersh a déclaré que ce lien avec Israël provient de la manière dont « nous obtenons des informations sur ce qui se passe sur les campus universitaires américains ». Baime décrit cette approche comme « étant inspirée de la stratégie de contre-insurrection du général Stanley McChrystal en Irak ».

La Israel on Campus Coalition a une opération de recherche « de très haute technologie », selon Baime, à un coût d’« un million et demi (dollars) ou plus. Il s’agit probablement de 2 millions de dollars à ce stade. Je ne sais même pas, c’est énorme ».

Les aveux de Baime soulèvent des questions quant à savoir si la Israel on Campus Coalition et les personnes associées au travail qu’il décrit, agissent comme agents d’un État étranger sans le reconnaître, comme l’exige la loi américaine de la division de contre-espionnage du ministère de la Justice.

Blacklisting

Canary Mission a commencé à publier des profils de militants étudiants en 2015. Tel que rapporté par The Electronic Intifada en juin 2018, sa campagne de harcèlement McCarthyite a ciblé près de 2 000 étudiants et universitaires.

Ces profils dénigrent l’« antisémitisme » des militants de la solidarité palestinienne, souvent des étudiants palestiniens dans le but explicite de leur nuire dans de futures carrières. Dans le film, Baime explique l’effet de cette stratégie quant à ses objectifs : « Soit ils les ignorent, soit ils passent du temps à y répondre et enquêter, du temps qu’ils ne peuvent alors passer à attaquer Israël. C’est incroyablement efficace ». Un grand nombre de personnes ciblées sur Internet ont déclaré avoir été interrogées par des employeurs et des écoles, actuels et potentiels, au sujet de leur soutien aux droits des Palestiniens, a déclaré Palestine Legal. D’autres ont été mis en congé, privés de leurs comptes bancaires, ont reçu des menaces de mort et se sont vu refuser l’entrée en Israël, notamment en Cisjordanie occupée, selon le groupe de défense des droits civils. Le film fait suite à The Lobby, l’enquête secrète d’Al Jazeera sur les groupes pro-israéliens au Royaume-Uni, diffusé en janvier dernier. Depuis que le régulateur de la télé britannique a justifié ce film en octobre, il est devenu de plus en plus clair que le gouvernement du Qatar avait interdit à Al Jazeera de diffuser la suite.

Le film a été censuré même s’il aborde des questions d’intérêt public élevé, notamment concernant les efforts secrets de la part d’un État étranger pour espionner, harceler ou empêcher les Américains de se livrer à des activités protégées par le premier amendement.

En mars, The Electronic Intifada a été le premier à publier les détails du contenu de ce film.

Avec cette vidéo, il est le premier à publier des extraits du documentaire censuré.

https://electronicintifada.net/content/censored-film-names-adam-milstein-canary-mission-funder/25356

Voir aussi: https://www.youtube.com/watch?v=51PIq8iU-Tw

Adapté de: https://electronicintifada.net/content/censored-film-names-adam-milstein-canary-mission-funder/25356

DISTRIBUÉ PAR PAJU (PALESTINIENS ET JUIFS UNIS) WWW.PAJUMONTREAL.ORG

  1. Retour en haut de page