PAJU - Palestiniens et Juifs Unis

Aller au contenu | Aller au menu | Aide - Accessibilité | Plan du site | English version

  1. Vous êtes ici :  
  2. Accueil  >
  3. Vigile  >
  4. « QUE CESSE L’OCCUPATION ! » PAJU No 906, 22 juin 2018: Razan, une infirmière responsable et courageuse

« QUE CESSE L’OCCUPATION ! » PAJU No 906, 22 juin 2018: Razan, une infirmière responsable et courageuse

Date de publication : 2018-06-21

Quand on a demandé à Razan une infirmière de 21 ans, d’être prudente et de limiter sa présence aux manifestations, sa réponse a été brève : « Je n’hésite pas à me sacrifier pour mon pays, c’est mon devoir comme infirmière d’être là pour aider les blessés. »

Elle aurait tant aimé poursuivre ses études en Allemagne, ce rêve ne se réalisera jamais puisqu’un soldat israélien l’a tuée le 1er juin 2018.


Razan, une infirmière responsable et courageuse

Quand on a demandé à Razan une infirmière de 21 ans, d’être prudente et de limiter sa présence aux manifestations, sa réponse a été brève : « Je n’hésite pas à me sacrifier pour mon pays, c’est mon devoir comme infirmière d’être là pour aider les blessés. » Elle aurait tant aimé poursuivre ses études en Allemagne, ce rêve ne se réalisera jamais puisqu’un soldat israélien l’a tuée le 1er juin 2018.

Au cours de la manifestation du vendredi, 27 avril (2018), Razan qui courait pour aider un manifestant blessé, s’est fait dire par un soldat israélien : « Si vous bougez, vous êtes morte. » Mais elle l’a ignoré et sans hésiter, s’est précipitée pour soigner le manifestant. Chaque vendredi amenant son lot de morts et de blessés, les huit infirmier.es du groupe médical rassemblé par Razan, ont tous été tués ou blessés en l’occurrence par ces balles qui explosent dans le corps ou par des bombes à gaz lacrymogènes.

Beaucoup sont tombés sous le feu mortel quand ils s’y attendaient le moins, alors qu’ils flânaient tranquillement. Les ambulanciers paramédicaux ont parlé de certains de leurs collègues ciblés intentionnellement, une pratique connue comme crime de guerre par les conventions de Genève. Mais les blessures atroces et les morts brutales dont Razan a été témoin ne l’ont pas brisée ou désespérée.

Au contraire, ces tragédies lui ont donné encore plus de force et de détermination. Un collègue a essayé de persuader Razan d’être plus prudente, de ne pas se précipiter près de la frontière quand un protestataire était blessé et d’attendre que d’autres membres du personnel viennent avec elle, mais Razan trouvait ces conseils peu appropriés et en plaisantant l’a traité de mauviette.

Les Palestiniens ont perdu une jeune femme de cœur et de courage.

Adapté de http://mondoweiss.net/2018/06/mountains-memory-najjar/

Distribué par PAJU (Palestiniens et Juifs Unis)

WWW.PAJUMONTREAL.ORG

  1. Retour en haut de page