PAJU - Palestiniens et Juifs Unis

Aller au contenu | Aller au menu | Aide - Accessibilité | Plan du site | English version

  1. Vous êtes ici :  
  2. Accueil  >
  3. Vigile  >
  4. « QUE CESSE L’OCCUPATION ! » PAJU No 879, 15 décembre 2017: Le droit d’Israël à voler des terres palestiniennes

« QUE CESSE L’OCCUPATION ! » PAJU No 879, 15 décembre 2017: Le droit d’Israël à voler des terres palestiniennes

Date de publication : 2017-12-15

Israël agit comme une organisation criminelle qui fonctionne selon ses propres lois. Le procureur général Avichai Mendelblit a autorisé la confiscation de terres privées palestiniennes pour les besoins de colons en Cisjordanie. Sa démarche faisait suite à une requête de la ministre de la Justice Ayelet Shaked pour le revêtement d’une route menant à l’avant-poste illégal Harasha, sans laquelle il serait impossible de « légitimer » ce vol.


Le droit d’Israël à voler des terres palestiniennes

Israël agit comme une organisation criminelle qui fonctionne selon ses propres lois. Le procureur général Avichai Mendelblit a autorisé la confiscation de terres privées palestiniennes pour les besoins de colons en Cisjordanie. Sa démarche faisait suite à une requête de la ministre de la Justice Ayelet Shaked pour le revêtement d’une route menant à l’avant-poste illégal Harasha, sans laquelle il serait impossible de « légitimer » ce vol.

Son opinion se fondait sur des décisions de juges de la Cour Suprême israélienne. Joubran a décrété que le commandant militaire de Cisjordanie devait également veiller aux besoins des colons, puisqu’ils sont résidents de la région. Aharon Barak pour sa part, stipulait que « les Israéliens de cette région ont droit à la vie, la dignité, la propriété et le reste des droits dont quiconque jouit en Israël ».

Avec tous les problèmes soulevés par cette décision, supposer que Mendelblit mette en œuvre ce jugement de Joubran est sans fondement. Joubran a souligné que le besoin de protéger les colons ne peut pas entacher le statut spécial des Palestiniens de « population protégée » selon le droit international et que le commandant militaire doit veiller à ne prendre aucune mesure qui pourrait porter atteinte à leurs droits, au détriment des résidents de l’État occupant.

Mendelblit et Shaked ont de toute évidence choisi d’ignorer ces points, jetant de la poudre aux yeux du public parce que le verdict du tribunal ne traitait pas du tout de l’expropriation de la terre pour les besoins des colonies et ne condamnait pas ce genre d’actions illégales.

On peut maintenant s’attendre à ce que l’opinion de Mendelblit soit utile à l’insatiable appétit des colons pour les terres privées des Palestiniens. Cependant, dans le processus de blanchiment juridique, les fonctionnaires impliqués ont omis, comme d’habitude, la question de la légalité des colonies. Selon le droit international, toutes les colonies de Cisjordanie sont illégales. Mendelblit ne peut donc légitimer le vol des terres palestiniennes en faveur d’aucune colonie au nom de « besoins publics », parce que le public auquel il s’adresse a volé la terre sur laquelle il habite.

Israël agit comme une organisation criminelle qui fonctionne selon ses propres lois et est persuadée qu’on peut la considérer comme un organe juridique.

Mendelblit a enjolivé son avis avec une série de vagues qualifications telles que « faisabilité » et « proportionnalité ». Ces mots n’ont aucun sens pratique lorsqu’il s’agit, pour les colons et le gouvernement, d’assouvir la passion qui les anime pour le vol des terres. Ce genre d’opinion conduit à porter atteinte aux droits des Palestiniens, à ce qu’Israël fasse fi du droit international et à saper la légitimité du système judiciaire d’Israël.

Adapté de : http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2017/11/20/editorial-le-droit-disrael-a-voler-la-terre-palestinienne/?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=editorial_dhaaretz_israel_agit_comme_une_organisation_criminelle_qui_fonctionne_selon_ses_propres_lois&utm_term=2017-11-30

Distribué par PAJU (Palestiniens et Juifs unis)

WWW.PAJUMONTREAL.ORG

  1. Retour en haut de page