PAJU - Palestiniens et Juifs Unis

Aller au contenu | Aller au menu | Aide - Accessibilité | Plan du site | English version

  1. Vous êtes ici :  
  2. Accueil  >
  3. Vigile  >
  4. « QUE CESSE L’OCCUPATION ! » PAJU No 867, 22 septembre 2017: Israël continue d’armer la junte militaire du Myanmar

« QUE CESSE L’OCCUPATION ! » PAJU No 867, 22 septembre 2017: Israël continue d’armer la junte militaire du Myanmar

Date de publication : 2017-09-22

La violence dirigée contre la minorité Rohingya du Myanmar par le régime du pays s’est intensifiée. Les données des Nations Unies montrent qu’environ 60 000 membres du groupe minoritaire ont récemment fui l’état Rahine du Myanmar, chassés par la violence croissante et l’incendie de leurs villages, des informations confirmées par des images satellites. Mais rien de cela n’a entraîné un changement dans la politique du ministère israélien de la Défense, qui refuse d’arrêter les ventes d’armes au régime au Myanmar, le pays du Sud-Est autrefois connu sous le nom de Birmanie. Jeudi, les corps de 26 réfugiés, dont 12 enfants, ont été retirés de la rivière Naf, qui longe la frontière entre le Myanmar et le Bangladesh. Parmi les réfugiés qui ont réussi à atteindre le Bangladesh, plusieurs avaient été abattus. Il y a également rapports de viol, de tirs et de tabassages mortels dirigés contre la minorité Rohingya, qui se voit refuser les droits de la personne au Myanmar. L’armée du pays a été au cœur d’une campagne militaire depuis octobre dernier laquelle s’est intensifiée à la suite du récent meurtre de 12 soldats du Myanmar par des rebelles musulmans.

Israël continue d’armer la junte militaire du Myanmar

La violence dirigée contre la minorité Rohingya du Myanmar par le régime du pays s’est intensifiée. Les données des Nations Unies montrent qu’environ 60 000 membres du groupe minoritaire ont récemment fui l’état Rahine du Myanmar, chassés par la violence croissante et l’incendie de leurs villages, des informations confirmées par des images satellites. Mais rien de cela n’a entraîné un changement dans la politique du ministère israélien de la Défense, qui refuse d’arrêter les ventes d’armes au régime au Myanmar, le pays du Sud-Est autrefois connu sous le nom de Birmanie.

Jeudi, les corps de 26 réfugiés, dont 12 enfants, ont été retirés de la rivière Naf, qui longe la frontière entre le Myanmar et le Bangladesh. Parmi les réfugiés qui ont réussi à atteindre le Bangladesh, plusieurs avaient été abattus. Il y a également rapports de viol, de tirs et de tabassages mortels dirigés contre la minorité Rohingya, qui se voit refuser les droits de la personne au Myanmar. L’armée du pays a été au cœur d’une campagne militaire depuis octobre dernier laquelle s’est intensifiée à la suite du récent meurtre de 12 soldats du Myanmar par des rebelles musulmans.

Depuis que la Birmanie a reçu son indépendance de la Grande-Bretagne en 1948, la guerre civile a été menée en permanence dans diverses régions du pays. En novembre 2015, des élections démocratiques organisées dans le pays ont été remportées par le militant des droits de l’homme Aung San Suu Kii, récipiendaire du prix Nobel de la paix. Mais son gouvernement n’exerce pas un véritable contrôle sur les forces de sécurité du pays, puisque des milices privées sont redevables à la junte qui contrôlait le Myanmar avant les élections.

Les membres de la milice continuent de commettre des crimes contre l’humanité, des crimes de guerre et d’autres violations graves des droits de la personne dans tout le pays, en particulier contre les groupes minoritaires à qui l’on ne reconnaît pas de citoyenneté. Depuis que les opérations militaires ont été lancées par le Myanmar à Rakhine en octobre dernier, plusieurs sources ont décrit des scènes de mises à mort de civils, de disparitions inexpliquées et de viols de femmes et de filles, ainsi que de villages entiers en flammes. L’armée continue jusqu’à présent de commettre des crimes de guerre en violation du droit international.

Armes israéliennes avancées

En dépit de ce qui est connu à ce stade du rapport de l’envoyé des Nations Unies en poste là-bas et d’un rapport des chercheurs de l’Université Harvard qui a déclaré que la commission de crimes de ce genre se poursuit, le gouvernement israélien persiste à fournir des armes au régime.

L’un des chefs de la junte, le général Min Aung Hlaing, s’est rendu en Israël en septembre 2015 pour un « voyage d’achats » de fabricants militaires israéliens. Sa délégation a rencontré le président Reuven Rivlin ainsi que des fonctionnaires militaires, y compris le chef d’état-major de l’armée. Il a visité les bases militaires et les entrepreneurs de défense Elbit Systems et Elta Systems.

Le chef de la Direction de la coopération internationale en matière de défense du ministère de la Défense, plus connu sous son acronyme hébreu, SIBAT, est Michel Ben-Baruch, qui est allé au Myanmar à l’été 2015. Au cours de sa visite, qui a attiré peu de couvertures médiatiques, les chefs de la junte ont révélé qu’ils avaient acheté des bateaux de patrouille Super Dvora en provenance d’Israël et on a parlé d’achats supplémentaires.

En août 2016, des images ont été publiées sur le site web de TAR Ideal Concepts, une société israélienne spécialisée dans la fourniture de matériel militaire et d’équipement, montrant une formation sur les fusils de Corner Shot fabriqués par Israël, ainsi que la déclaration selon laquelle Myanmar avait commencé à utiliser les armes de façon opérationnelle. Le site Web a déclaré que la société était dirigée par l’ancien commissaire de la police israélienne, Shlomo Aharonishki. Actuellement, le site ne fait aucune référence spécifique au Myanmar, se référant uniquement plus généralement à l’Asie.

Qui supervisera les superviseurs?

La Haute Cour de Justice d’Israël devrait entendre, fin septembre, une pétition de militants des droits de l’homme contre la poursuite des ventes d’armes au Myanmar. Dans une réponse préliminaire publiée en mars, le ministère de la Défense a soutenu que le tribunal n’a pas d’importance en la matière, qu’il appelle « clairement diplomatique ». Le 5 juin, en réponse à une question parlementaire du député de la Knesset Tamar Zandberg sur les ventes d’armes au Myanmar, le ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, a déclaré qu’Israël « subordonne tout à tout le monde éclairé, c’est-à-dire aux États occidentaux et, d’abord, aux États-Unis, le plus grand exportateur d’armes. Nous nous subordonnons à eux et maintenons la même politique. »

Il a déclaré que le plenum de la Knesset pourrait ne pas être le forum approprié pour une discussion détaillée de la question et a réitéré qu’Israël respecte « toutes les lignes directrices acceptées dans le monde éclairé ».

Le rapport Lieberman était incorrect. Les États-Unis et l’Union européenne ont imposé un embargo sur les armes au Myanmar. On ne sait pas si la cause en est l’ignorance, et Lieberman n’est pas pleinement informé des exportations d’armes d’Israël (même s’il doit les approuver), ou une tentative de blanchiment.

Sur le plan factuel, la réclamation de Lieberman est incorrecte. Israël a soutenu des crimes de guerre en Argentine, par exemple, même lorsque le pays était sous embargo américain et a armé les forces serbes commettant des massacres en Bosnie malgré un embargo des Nations Unies.

Adapté de: http://www.haaretz.com/opinion/1.810390?utm_content=%2Fopinion%2F.premium-1.810390&utm_medium=email&utm_source=smartfocus&utm_campaign=newsletter-daily

DISTRIBUÉ PAR PAJU (PALESTINIENS ET JUIFS UNIS)

WWW.PAJUMONTREAL.ORG

  1. Retour en haut de page