PAJU - Palestiniens et Juifs Unis

Aller au contenu | Aller au menu | Aide - Accessibilité | Plan du site | English version

  1. Vous êtes ici :  
  2. Accueil  >
  3. Vigile  >
  4. « QUE CESSE L’OCCUPATION ! » PAJU No 848, 12 mai 2017: Médecins israéliens ayant une mentalité nazie?

« QUE CESSE L’OCCUPATION ! » PAJU No 848, 12 mai 2017: Médecins israéliens ayant une mentalité nazie?

Date de publication : 2017-05-12

Dans un rapport obtenu par le PIC le samedi 4 mars 2017, la Commission des prisonniers et des ex-prisonniers a déclaré que les médecins du service pénitentiaire israélien, ceux travaillant pour les forces de sécurité et ceux qui travaillent dans les camps de l’armée israélienne, torturent les prisonniers palestiniens en exerçant une pression psychologique, en les négligeant et en les laissant seuls face à la maladie qui envahit leurs corps, sans tenir compte de la manière et des enseignements de la médecine, ni des lois internationales et humanitaires à cet égard.


Médecins israéliens ayant une mentalité nazie?

Dans un rapport obtenu par le PIC le samedi 4 mars 2017, la Commission des prisonniers et des ex-prisonniers a déclaré que les médecins du service pénitentiaire israélien, ceux travaillant pour les forces de sécurité et ceux qui travaillent dans les camps de l’armée israélienne, torturent les prisonniers palestiniens en exerçant une pression psychologique, en les négligeant et en les laissant seuls face à la maladie qui envahit leurs corps, sans tenir compte de la manière et des enseignements de la médecine, ni des lois internationales et humanitaires à cet égard.

De nombreux détenus ont témoigné de la collaboration entre les médecins et les interrogateurs. Les médecins ont présenté des rapports indiquant que les prisonniers palestiniens pouvaient supporter la torture et l’épuisement physique et psychologique et ont refusé de fournir les médicaments nécessaires pour les prisonniers palestiniens blessés, interrogés dans les centres d’interrogatoire. De plus, ils ne se sont pas opposés aux négociations des interrogateurs israéliens qui offraient des médicaments aux prisonniers palestiniens en échange d’aveux, ce qui confirme leur implication dans la torture.

Ce rapport révèle que les prisonniers palestiniens doivent attendre longtemps, avant d’être déplacés dans des hôpitaux pour des examens médicaux, ce qui est un crime. Certains prisonniers sont morts et il a été révélé que leur décès était dû à la négligence médicale, à des absences de tests nécessaires à l’identification de leur maladie et à l’accès aux médicaments nécessaires.

Conspiration systémique

Le rapport a révélé que ces médecins n’assumaient pas leurs responsabilités concernant les examens médicaux de base des prisonniers et leur transport vers les hôpitaux dans des fourgonnettes Bosta et non dans des ambulances et qu’ils n’ont présenté aucun rapport concernant la pertinence des conditions d’emprisonnement pour la santé des prisonniers palestiniens.

Le rapport ajoute qu’il y a un silence et une complicité absolus des médecins, en violation des principes et lois relatives au service médical, puisqu’ils ont abandonné leurs responsabilités liées à la prestation de soins de santé aux prisonniers et la protection des prisonniers face au traitement sévère, humiliant et inhumain.

Le rapport note : « Il existe une surveillance planifiée par ces médecins pour les besoins des prisonniers palestiniens, en regard des soins de santé, à la nourriture et à la propreté des prisonniers. Beaucoup de ces médecins sont restés silencieux lorsque les prisonniers palestiniens ont été maltraités, faits tabasser, subits des attaques de gaz lacrymogènes et interdits de visites familiales. » Ils n’ont pas révélé les résultats de l’autopsie de prisonniers palestiniens morts et ne les ont pas remis aux officiels palestiniens, taisant des informations sur les erreurs médicales et les examens effectués sur les prisonniers palestiniens.

Ce rapport indique que les médecins du service pénitentiaire israélien sont complices de la position politique du gouvernement israélien et de l’appareil de sécurité israélien, telle l’écriture de rapports rejetant la libération anticipée pour les prisonniers palestiniens malades et blessés, affirmant que leur état de santé était bon, en plus de créer de nombreux obstacles pour refuser l’accès à d’autres médecins pour qu’ils mènent les examens médicaux nécessaires pour les prisonniers palestiniens malades.

Le nazisme en général

Le rapport mentionnait des cas de négligence de ces médecins à l’endroit des prisonniers palestiniens souffrant de graves maladies :

Les médecins du service pénitentiaire israélien et les forces de sécurité israéliennes ont violé les Quatre Conventions de Genève de 1949 et les Règles minimales des Nations Unies pour le traitement des prisonniers de 1955 concernant la nourriture, la propreté et les soins médicaux accordés aux prisonniers.

Ils ont violé le document de l’Association médicale mondiale de 1956, qui a déclaré que la tâche fondamentale des médecins est de protéger la santé et de sauver des vies.

Ces médecins israéliens ont également violé la déclaration de Tokyo de 1975, qui explique le rôle des équipes médicales dans la protection des prisonniers et des détenus, même si les autorités tentent de les forcer à en faire partie, et qu’il est de leur devoir de fournir aux prisonniers et aux détenus les soins de santé et la protection mentale, et de traiter leurs maladies avec la même qualité de soins de santé accordée aux non-détenus et aux détenus.

Adapté de : https://english.palinfo.com/news/2017/3/7/Doctors-with-Nazi-mentality-torture-Palestinian-prisoners

Lire plus: https://english.palinfo.com/24371

Distribué par PAJU (Palestiniens et Juifs unis)

WWW.PAJUMONTREAL.ORG

  1. Retour en haut de page