PAJU - Palestiniens et Juifs Unis

Aller au contenu | Aller au menu | Aide - Accessibilité | Plan du site | English version

  1. Vous êtes ici :  
  2. Accueil  >
  3. Vigile  >
  4. « QUE CESSE L’OCCUPATION ! » PAJU No 843, 7 avril 2017: Déclaration d’indépendance de la Palestine: implications pour la paix. 1ère partie

« QUE CESSE L’OCCUPATION ! » PAJU No 843, 7 avril 2017: Déclaration d’indépendance de la Palestine: implications pour la paix. 1ère partie

Date de publication : 2017-04-07

Les observateurs conviennent qu’une avancée du processus de paix est nécessaire. Les Accords d’Oslo qui ont établi l’autorité intérimaire palestinienne (AP) ont épuisé les espoirs d’un accord final après le sommet de Camp David en 2000 et le déclenchement de la Deuxième Intifada. En 2002, le cadre des étapes d’Oslo a été effectivement remplacé par l’accord plus simple, la Feuille de route, élaborée par l’administration Bush qui prônait ouvertement une solution à deux États. La feuille de route a remplacé tous les cadres précédents et reste pertinente à ce jour. Elle constituait également la base des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies approuvant une solution à deux États.

Déclaration d’indépendance de la Palestine: implications pour la paix. 1ère partie

Les observateurs conviennent qu’une avancée du processus de paix est nécessaire. Les Accords d’Oslo qui ont établi l’autorité intérimaire palestinienne (AP) ont épuisé les espoirs d’un accord final après le sommet de Camp David en 2000 et le déclenchement de la Deuxième Intifada. En 2002, le cadre des étapes d’Oslo a été effectivement remplacé par l’accord plus simple, la Feuille de route, élaborée par l’administration Bush qui prônait ouvertement une solution à deux États. La feuille de route a remplacé tous les cadres précédents et reste pertinente à ce jour. Elle constituait également la base des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies approuvant une solution à deux États.

En 2007, cependant, la feuille de route a été reconnue à son tour comme n’ayant pas progressé sur les questions épineuses concernant le statut de Jérusalem, les colonies, les frontières, l’eau et le retour des réfugiés palestiniens. Le commentaire de Dov Weissglass selon lequel le processus diplomatique a été engourdi après le retrait israélien des colonies juives de Gaza en 2006 s’est avéré.

Fin 2007, l’inquiétude internationale croissante a incité l’administration Bush à lancer un autre cadre, appelé ici le processus d’Annapolis. Ce processus était bien davantage qu’une nouvelle étape dans les négociations israélo-palestiniennes. Lancé lors d’une conférence d’une journée à Annapolis, dans le Maryland, le 27 novembre, ce processus a conduit à une conférence des donateurs à Paris en décembre (PDC). Le processus d’Annapolis a cependant retardé les négociations concernant un soutien financier pour l’État palestinien.

La confiance internationale a été rétablie temporairement par le Plan de réforme et de développement palestinien élaboré par l’Autorité palestinienne (PRDP), un ambitieux plan de développement élaboré par le gouvernement de Salim Fayyad. La Conférence des donateurs de Paris (PDC) a affirmé que le renforcement des structures financières de l’Autorité palestinienne et de l’efficacité des institutions étatiques pourraient éventuellement se traduire par un État palestinien indépendant, conformément à la vision des deux États affirmée par les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies 1397 et 1515.

Adapté de https://www.thefreelibrary.com/A+Palestinian+declaration+of+independence%3a+implications+for+peace.-a0224775155

Distribué par PAJU (Palestiniens et Juifs unis)

WWW.PAJUMONTREAL.ORG

  1. Retour en haut de page