PAJU - Palestiniens et Juifs Unis

Aller au contenu | Aller au menu | Aide - Accessibilité | Plan du site | English version

  1. Vous êtes ici :  
  2. Accueil  >
  3. Qui sommes-nous ?  >
  4. 3 ressources dans cette catégorie

Qui sommes-nous ?

Palestiniens et Juifs Unis (PAJU) est une organisation de défense des droits de la personne. Nous reconnaissons explicitement le droit du peuple palestinien à une existence nationale ainsi que le droit de ce peuple à vivre en sécurité. Nous sommes contre toutes violations de droits humains. Le PAJU a été fondé à Montréal par Bruce Katz, un juif canadien et par Rezeq Faraj un canadien d'origine palestinienne. Bruce et Rezeq sont des amis depuis plus de 25 ans. Notre groupe est composé de juifs, de Palestiniens et de Canadiennes et Canadiens. Nous travaillons ensemble pour la promotion de la paix au Moyen-Orient ainsi qu'à l'éducation du public concernant la question palestinienne.

[3 ressources dans cette catégorie]

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DE PAJU 2016

À son assemblée générale de 2016, ont été élus à la direction de l'organisation:

Co-Présidence: Bruce Katz

Co-Présidence: Chadi Marouf

Secrétariat: François Brosseau

Trésorerie: Michel Labelle

Conseillères et conseillers:

Fondateurs

Rezeq Faraj

Rezeq Faraj est né en Palestine avant la Nakba (la Catastrophe) de 1948 et la création de l'État d'Israël. Il a grandi dans le camp de réfugiés de Deheisha près de Bethléem, où vit toujours sa famille. Après un séjour en Europe, Rezeq Faraj est arrivé au Canada en 1966. Après 28 ans dans l'enseignement, il a pris sa retraite en mars 2003. Rezeq est cofondateur de PAJU (Palestiniens et Juifs unis) avec son grand ami et frère Bruce Katz.

Rezeq Faraj est l'auteur du livre « Palestine : le refus de disparaître ». Il est aussi l'auteur de nombreux articles sur le Moyen-Orient, parus dans divers revues et journaux canadiens et américains. Conférencier invité dans divers collèges et universités du Québec, du Canada et des États-Unis, il poursuit son travail de sensibilisation à la cause du peuple palestinien et à la défense des opprimés.

Bruce Katz

Bruce Katz est né et a grandi à Montréal. Il est professeur de langues par vocation. En novembre 2000, Bruce est co-fondateur de PAJU (Palestiniens et Juifs unis) avec son grand ami et frère, Rezeq Faraj. Bruce Katz est aussi un membre fondateur de l'ONG canadien, le CCCCH (Comité Canadien pour Combattre les Crimes Contre l'Humanité), une organisation vouée à l'instauration du principe des crimes économiques en loi internationale.

La charte de PAJU

Telle que modifiée lors de l’assemblée générale de PAJU, le 28 septembre 2008, au 1600, rue Delorimier, à Montréal.

1 - PAJU (Palestiniens et Juifs Unis) est une organisation non gouvernementale et non violente dont la mission est de défendre les Palestiniens et les Israéliens en ce qui a trait aux droits de la personne et aux droits civiques.

2 - PAJU reconnaît formellement le droit à l’existence des populations israélienne et palestinienne, ainsi que leur droit de vivre en sécurité.

3 - PAJU se donne pour mission de contribuer à l’établissement d’une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens.

4 - PAJU condamne toute violation des droits de la personne.

5 - PAJU affirme que le conflit israélo-palestinien peut et doit être résolu par l’application du Droit international tel qu’il s’exprime dans les quatre conventions de Genève, dans la Charte des Nations Unies, la Déclaration universelle des Droits de l’Homme et toutes les résolutions des Nations Unies qui s’appliquent.

6 - État palestinien : PAJU soutient le droit du peuple palestinien à l’autodétermination et appuiera toutes les décisions prises en ce sens.

7 - En ce qui concerne l’occupation : PAJU soutient le droit du peuple palestinien à résister à l’occupation israélienne, selon le Droit international.

8 - PAJU reconnaît que l’occupation israélienne est une cause fondamentale de la violence existant entre Israéliens et Palestiniens.

9 - PAJU appuie les résolutions 242, 338 et 181 des Nations Unies et les recommandations de la IVème Convention de Genève. Par conséquent, PAJU exige qu’Israël évacue définitivement tous les territoires occupés depuis 1967.

10 - En ce qui concerne les colonies : PAJU soutient la IVème Convention de Genève, dont les principes exigent qu’Israël évacue définitivement toutes les colonies de peuplement et tous les colons israéliens de tous les territoires occupés en 1967.

11 - En ce qui concerne Jérusalem Est : PAJU soutient la création d’un État palestinien indépendant et laïque ayant pour capitale Jérusalem Est, celle-ci étant partie intégrante des territoires palestiniens illégalement occupés en 1967.

12 - PAJU reconnaît la signification particulière de Jérusalem pour les Chrétiens, les Juifs et les Musulmans. Nous affirmons qu’aucune communauté religieuse ne devrait bénéficier d’une position privilégiée à Jérusalem; de même, personne ne devrait se voir refuser l’accès aux lieux saints de Jérusalem du fait de sa religion.

13 - En ce qui concerne les réfugiés : PAJU affirme que la question des réfugiés palestiniens doit être résolue selon les principes stipulés dans la Déclaration universelle des Droits de l’Homme des Nations Unies - clause 13 -, qui engage tous les pays membres des Nations Unies, y compris Israël.

14 - En ce qui concerne le Droit de retour : PAJU affirme que le Droit de retour des Palestiniens, tel que reconnu par la résolution 194 des Nations Unies et par la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, est un droit individuel que détiennent tous les Palestiniens déplacés ou exilés. Eux seuls disposent de ce droit, qui ne peut leur être retiré par quiconque. L’application du Droit de retour doit faire partie d’un accord négocié de paix juste et durable pour tous.

15 - En ce qui concerne la compensation : PAJU affirme que tous les réfugiés palestiniens devront recevoir une pleine compensation pour leurs pertes matérielles et leurs souffrances physiques et morales, basée sur des précédents clairement établis par la jurisprudence internationale. Les Palestiniens ne retournant pas à leur propriété d’origine devront recevoir une pleine compensation pour leurs pertes et ce, qu’ils décident ou non de retourner en Israël ou en Palestine.

16 - PAJU affirme qu’à défaut d’une juste solution apportée à la situation des réfugiés - y compris les compensations - la question palestinienne ne pourra être résolue de façon juste et définitive.

17 - Autres matières sujettes à négociation : Toutes les autres questions en souffrance telles que la question de l’eau, le sort des prisonniers politiques et le développement humain et économique - entre autres, la lutte continuelle contre le racisme -, devront être résolues à la table des négociations, entre égaux.

18 - Assistance aux réfugiés Palestiniens : PAJU se consacre à l’aide aux réfugiés palestiniens dans la lutte quotidienne qu’ils mènent pour leur survie, jusqu’à ce que des accords de paix soient établis, accords auxquels les réfugiés palestiniens et leurs représentants devront pouvoir adhérer librement.

19 - Sensibilisation du public à ces questions : PAJU se donne pour mission d’utiliser toutes les tribunes à sa disposition afin de promouvoir la paix et la justice sociale pour toutes les communautés de la région concernée, par la poursuite des objectifs précédemment mentionnés.

20 - En ce qui concerne les Palestiniens d’Israël : Plus de 1 200 000 Palestiniens vivent en Israël. PAJU dénonce la politique discriminatoire employée par Israël à l’égard de ses citoyens palestiniens. PAJU demande de la part du gouvernement d’Israël une application égale de toutes les lois et un respect de tous les droits de tous ses citoyens sans distinction.

  1. Retour en haut de page